2002, quand i-D rencontrait les TLC

Alors le groupe revient pour une tournée mondiale, le temps est venu de ressortir notre entretien avec Rozonda « Chilli » Thomas, peu de temps après la mort de Lisa « Left-Eye » Lopes, troisième membre du groupe, il y a 15 ans.

par i-D Staff
|
31 Mars 2017, 9:55am

Après le décès tragique de Lisa « Left Eye » Lopes en avril dernier, les membres de TLC ont continué à travailler d'arrache-pied pour terminer le quatrième - et probablement dernier - album du groupe. Rozonda « Chilli » Thomas nous parle de la vie après Lisa. 

Ça doit être très difficile de faire la promotion de votre nouvel album, 3-D, sans Lisa. Quel est votre meilleur souvenir d'elle ?
Il y en a tellement… On faisait souvent des blagues aux gens, du coup quand ils nous voyaient ils disaient : « Oh non ! C'est les folles de TLC ! » Quand on s'ennuyait dans les hôtels en tournée, on s'occupait en frappant à toutes les portes. Le but était de baisser son pantalon, montrer son derrière et courir le plus vite possible. Lisa et moi on le faisait tout le temps. La seule fois où Tionne s'est jointe à nous, elle s'est fait prendre par un agent de sécurité. Elle ne l'a jamais oublié ! Sur scène, c'était autre chose. Tionne et moi ne voulions jamais être trop proches de Lisa. Elle était hyper maladroite. Tu vois, les gens ne savent pas qu'elle était comme ça. Elle avait vraiment deux pieds gauches. Elle était capable de te mettre son micro dans la gueule à tout moment. Elle était juste maladroite, tu vois.

Est-ce que sa mort vous a rapprochées, Tionne et toi?
Sa mort nous a rapprochées, simplement parce que nous partageons la même souffrance. Elle était notre sœur. Au moment de sa mort, je ne voulais personne autour de moi à part Tionne parce que même si nos amis étaient eux aussi emplis de tristesse, ils ne pouvaient pas ressentir ce que nous ressentions. C'est dans ces moments que tu te rends compte de l'importance de la vie et de tes proches. Je pense que la plus grande des erreurs humaines est de prendre tout pour acquis.

Qu'est-ce que ça fait de travailler sans elle ?
Tu sais c'est marrant parce que j'ai l'impression qu'elle est toujours là quand on travaille. Elle nous a laissé tellement de contenus avec lesquels travailler. Le simple fait qu'elle ait donné le nom à l'album pour commencer. TLC 3-D, tridimensionnel. Elle faisait tellement partie de nous, on se connaissait tellement bien…

Est-ce qu'il a été difficile de finir cet album ?
Déjà ça a été très dur d'accepter que nous ne la reverrions plus jamais, parce que lorsque nous avons commencé le projet nous étions toutes ensemble en studio. Je ne peux pas m'empêcher de penser à nos débuts. Puis elle a mené un projet solo en parallèle. Tionne et moi avons continué ensemble. On a lui envoyé des pistes pour qu'elle pose sa voix dessus. La dernière track qu'on lui a envoyée était Girl Talk sur laquelle on l'entend chanter. Il est extrêmement difficile de se relever et finir ce projet pour elle. Il a fallu que je me surpasse et que je me dise qu'elle allait revenir, qu'elle était simplement partie… Ça a été très dur de finir l'album. Mais j'étais presque obsédée à l'idée de le finir parce qu'elle aurait voulu qu'on fasse ça, je me disais : « Il faut faire les choses bien ! » On s'est démenés pour elle, tout devait être parfait. On voulait qu'elle soit fière de nous.

Est-ce que les choses sont plus calmes depuis qu'elle n'est plus là ?
Ouais, je pense qu'elle doit manquer aux médias ! On ne savait jamais comment elle allait se comporter en interview ou sur un plateau. Elle pouvait dire un truc puis disparaître, porter des tenues improbables pour faire jaser les gens. On attendait toujours que Tionne nous appelle et dise : « Est-ce que t'as vu notre sœur à la télé ? Qu'est-ce qu'elle fait ? » Ce genre de truc. C'est certainement un peu plus calme aujourd'hui…

Ce nouvel album est une sorte de retour aux sources n'est-ce pas ?
Oh, totalement. Dans le genre de « Ain't Too Proud To Beg ».

Est-ce que ça sera votre dernier album sous le nom de TLC ?
Je ne sais pas… Je ne sais vraiment pas.

Quels sont tes plans pour le futur ?
[Rires] Et bien, pour l'instant, je me concentre surtout sur TLC et après je commencerai à bosser sur mon projet solo. J'aimerais faire des enfants aussi. Je ne sais pas. Je me concentre sur ça pour l'instant.

Qu'est-ce qui t'as aidé à traverser ces six derniers mois ?
Avoir toujours quelque chose à faire. Terminer l'album a été un bon moyen de me vider la tête. C'est pour cela que quand on a fait les MTV awards j'ai été frappée par la réalité, on était que toutes les deux, Tionne et moi, seules. Mais j'ai déjà commencé à accepter que ce serait comme ça, qu'il y aura des moments comme celui-ci.

Est-ce que tu as réussi malgré tout à en tirer du positif ?
Oui, complètement. L'une de mes chansons préférées de l'album s'appelle Turntable, elle parle du fait que lorsque tu prends des coups dans la vie, il y a toujours du positif à en tirer. Le vent tourne, il y a toujours quelque chose de bon qui arrive derrière le mauvais. Je tire ma force de cela et je suis heureuse d'être en vie, en bonne santé, avec mon fils. C'est largement assez pour regarder de l'avant.

Comment décrirais-tu ce nouvel album ?
Ooh… Je pense qu'il résume plus ou moins toute notre carrière. Il y a un peu du premier album, de l'énergie, et Lisa. Ça parle des problèmes relationnels et des événements qui changent le cours de la vie. C'est assez dur de trouver les mots pour en parler.

Quelle est la chose la plus grande leçon que tu retiens de cette épreuve ?
Que la vie continue. Même si on a l'impression que tout va s'arrêter, ça continue. Tu vois, tu pourrais décider de tout stopper, mais tout continue de bouger. Il faut trouver cette force pour se lever le matin et faire ce que tu as envie de faire parce que… ça continue.

Es-tu toujours « trop fière pour supplier » (Too proud to beg) ?
[Rires] Je ne serai jamais trop fière pour supplier !

Credits


Interview par Mark Hooper