les 7 plus grands moments mode des films de sofia coppola

Peu nombreux sont les cinéastes à posséder un instinct mode aussi précis que Sofia Coppola - de « Marie Antoinette » à « Virgin Suicides », cette liste finira de vous en convaincre.

par Nicole DeMarco
|
15 Octobre 2019, 11:33am

À chacun de ses films, Sofia Coppola nous invite à explorer les recoins de son univers surréaliste, où les récits d’époques sont amplifiés à coups de bandes-son millimétrées et de muses idéalisées, derrière lesquelles s'abritent des personnages toujours plus complexes. Au-delà de sa superbe cinématographique, l’œuvre de Coppola présente également certains des instants mode les plus iconiques des deux dernières décennies. Rappelez-vous de Marie Antoinette (Kirsten Dunst) tournoyant sur du New Order dans une robe victorienne ou les filles de The Bling Ring, énormes lunettes de soleil en strass sur le nez et café glacé XXL à la main sur le chemin de la maison de Lindsay Lohan. Si votre mémoire vous fait défaut, voici quelques-uns des meilleurs looks tirés des films de Sofia Coppola qui vous donneront, à coup sûr, envie de revoir ses films.

The-virgin-suicides-homecoming-dresses
The Virgin Suicides.

Les sœurs Lisbon à la fête du lycée dans Virgin Suicides
Le premier coup d’éclat de Sofia Coppola en tant que réalisatrice, c’est Virgin Suicides, un conte étrange qui suit l’histoire de cinq sœurs du Midwest américain – Cécilia, Lux, Bonnie, Mary et Therese Lisbon – qui se sentent prisonnières de leur genre et du peu d’écarts de mode que les années 1970 et leur mère catho leur autorisent. On garde en mémoire les quatre tenues assorties portées par les sœurs pour la fête du lycée : des robes girly, fleuries et au col rond enfantin. Lux (Kirsten Dunst) parvient à donner un petit twist à une tenue « prairie » un peu facile jusque-là, en écrivant le nom de son cavalier (Trip) sur sa culotte – ajoutant un petit cœur en guise de point du « i ». Comme une vraie reine du lycée.

Charlotte au karaoké dans Lost in Translation
Cette scène culte est reconnaissable à la seconde pour deux raisons : la perruque coupe au bol rose de Charlotte, et sa performance convaincante du morceau « Brass in Pocket » de The Pretenders. « Cause I’m gonna make you see/ There’s nobody else here/ no one like me, » chante-t-elle, la coiffe assortie à une robe noire. De quoi installer le personnage de Charlotte, jouée par une Scarlett Johansson de 18 ans, dans la mémoire collective. « Sofia est assez classique, elle ne frime pas, mais elle est toujours belle. On voulait que Scarlett colle à ce sentiment, de beauté sans effort, » raconte la costumière Nancy Steiner.

nicki-the-bling-ring
The Bling Ring.

La tenue de procès de Nicki dans The Bling Ring
Le film The Bling Ring est inspiré de faits réels - une véritable série de cambriolages survenus sur les collines d’Hollywood et perpétrés par un groupe d’ados obsédés par la célébrité. Mais plus que ça, le film est une ode à la mode des années 2000, à la fois terrible et fantastique et popularisée par les victimes de ces mêmes cambriolages – comprenez Lindsay Lohan ou Paris Hilton. L’ère est distillée à l’écran sous la forme de bottes Ugg, d’ensembles Juicy Couture et de colliers Tiffany. Pour se rendre à son procès, Nicki, jouée par Emma Watson, porte une tenue presque aussi mémorable que son utilisation constante de gloss tout au long du film. Devant le palais de justice, la moitié du visage couverte par d’énormes lunettes de soleil, elle déclare : « Je crois très fort au karma et je pense que cette situation est une leçon, qui va me faire grandir en tant qu’être humain spirituel. Pourquoi pas diriger un pays, un jour ? »

Kirsten Dunst dans le boudoir, Marie Antoinette
Il existe une infinité de moments mode mémorables dans le Marie Antoinette de Sofia Coppola, qui a vu la réalisatrice réimaginer l’histoire de la reine de France au destin tragique, tout en couleurs pastel et fantaisie sucrée. Au-delà des innombrables corsets, une scène en particulier ressort comme iconique, pour son look disons… minimaliste. Après une nuit de festivités au Château de Versailles, Marie Antoinette se rend à sa chambre pour attendre son amant Alex von Fersen (Jamie Dornan), avec pour seul habit une plume plantée dans la coiffe, des chaussettes nouées au-dessus des genoux et un éventail juste bien placé.

Cleo à la patinoire dans Somewhere
Avant les paillettes et le spandex scintillant de Margot Robbie dans I, Tonya, et l’engouement pour le patin à glace qui a suivi (qui s’est même fait une place en défilé Balenciaga), il y avait Elle Fanning, dans le rôle de Cleo, dans Somewhere. Son look ? Une jupe justaucorps en velours bleu clair qui colle parfaitement à son numéro sur glace, au rythme de la chanson « Cool » de Gwen Stefani. Cleo tourne, saute, tourbillonne de manière éthérée, comme flottant dans les nuages.

Trip Fontaine, beau gosse ultime de Virgin Suicides
Si l’on s’est jusque-là concentré sur les premiers rôles féminins des films de Coppola, il est impossible de dresser une telle liste sans évoquer Trip Fontaine, personnage joué par Josh Harnett dans The Virgin Suicides. Il est la quintessence même du tombeur des années 1970, de quoi faire pâlir Michael Kelso. Naturellement, toutes les filles de l’école sont en pâmoison devant ses longues mèches, ses lunettes de soleil aviator et son regard perçant. Sans oublier son collier en coquillages. Pour la fête du lycée, le beau gosse opte pour un look sur mesure. « J’ai créé ce costume en velours bordeaux, explique Steiner. On a fait en sorte que le personnage se démarque encore plus des autres garçons. Qu’il soit juste trop beau. »

the-beguiled-dinner-dress
Les Proies.

Alicia toute de volants vêtue dans Les Proies
Pour son dernier long-métrage, Sofia Coppola renoue avec le film d’époque pour nous replonger en pleine Guerre de Sécession. Le pitch ? Un soldat blessé (Colin Farrel) fait irruption dans une école pour filles en Virginie, Miss Martha (Nicole Kidman) et ses élèves partent dans une frénésie digne d’un roman Southern Gothic. On y découvre le casting préféré de Coppola faire sienne la mode du XIXème siècle, mélangeant les imprimés comme dans un catalogue de Batsheva, et on admire Alicia dans sa sublime robe rose pâle dentelée un soir de dîner. « Je voulais donner à Elle Fanning [qui interprète Alicia] une apparence joueuse, volage. C’est la raison pour laquelle elle porte autant de volants et des tons pastels. C’est la plus grande dragueuse du film. » raconte Stacey Battat, costumière du film.

Cet article a été initialement publié dans i-D US.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
cinema
THE BLING RING
Sofia Coppola
Lost in Translation
costume design
the virgin suicides
Marie Antoinette
somewhere
The Beguiled