Liv Liberg a photographié sa soeur pendant quinze ans

Sans s’en rendre compte, la photographe néerlandaise a constitué une archive qui montre deux soeurs en train de grandir, l’une derrière l’objectif, et l’autre devant.

par Edmée Lepercq
|
05 Avril 2021, 8:00am

La photographe néerlandaise Liv Liberg a régulièrement photographié sa soeur Britt sur une période de quinze ans. Ce qui a commencé comme un simple moyen de passer le temps pour deux ados est devenu une archive de leur enfance, puis de leur passage à l’âge adulte. Mais Liv, qui vient d’être diplômée de l’Académie Royale des Arts de La Haye, vient seulement de réaliser l’importance de ces photographies dans la formation de sa pratique.

Avec le soutien de la Mondriaan Emerging Artists Fund, elle s’est replongée dans son archive, mais a aussi pris de nouvelles photos, constituant ainsi la selection pour son premier livre qui sort ce mois-ci : Sister Sister. Pour elle, le projet « dit quelque de vrai sur ma vie, sur Britt, et sur notre collaboration ».

Le livre se compose uniquement d’images de Britt, aussi tôt que ses six ans, lorsque Liv en avait dix. Le livre est trié par mois, nous voyons ainsi quinze ans se dérouler sous nos yeux, chacun représenté par un condensé de quatre semaines. Le lecteur a ainsi l’impression de recommencer l’histoire une douzaine de fois. Pour Liv, « C’est un concept avec une structure claire, mais c’est quand même très poétique. Certains mois, certaines saisons, sont associés à tel ou tel sentiment, et ils disent quelque chose du temps qui passe ».

Pour faire le lien entre son travail récent et les photographies qu’elle prenait à l’adolescence, Liv a manipulé un peu ses anciennes oeuvres pour représenter l’artiste qu’elle est devenue aujourd’hui. « J’ai fait pas mal de crops, et d’edits de couleurs super bizarres, j’ai même parfois imprimé des photos pour les re photographier par la suite. C’était comme refaire le travail ».

a girl's relection in a mirror in black-and-white

La plupart des images ont été prises dans la maison des parents de Liv et Britt dans la campagne hollandaise, en jouant avec les vêtements de leurs parents, que ce soit les sous-vêtements de leur père ou des robes incroyables signées Yamamoto. Les soeurs se sont même fait grondées plusieurs fois pour être sorties photographier ces robes chéries à l’extérieur, en forêt ou dans une ferme avec des vaches. Leur mère a du mettre un verrou sur son placard pour les en empêcher ! Mais elles trouvaient toujours la clef.

Les soeurs utilisaient des vêtements élégants et des fonds très dramatiques pour créer des images qui dans certains cas ressemblent presque à des portfolios de magazines de mode. Dans une des photos, Britt est dans la forêt, elle porte une longue robe blanche. Dans une autre, elle est dans la salle des machines en pyjama. D’autres sont plus étranges comme celles où Britt est couverte de vaseline, un soutien gorge dans les cheveux ou avec un ruban attaché comme un harnais avec un joli noeud sur le front. Avec la manière dont Liv le raconte, on comprend qu’elles fouillaient la maison et tombaient sur toute sorte d’objets du quotidien, une brique, un éventail, et Britt trouvait toujours un moyen de les incorporer aux photos.

a girl against a yellow backdrop wearing a pink and white gingham shirt with white face paint and red lipstick

Au-delà du styling précis des soeurs, la constante de ces images est bien l’évolution d’une jeune femme à travers ses émotions au fil des jours, des mois, des années. Avec chaque chapitre, on voit son visage sous tous ses angles, comme si Liv cherchait quelque chose en zoomant sur le visage de sa soeur sans jamais le trouver ou comme si justement elle avait trouvé quelque chose qu’elle ne voulait plus lâcher. Les portraits nous montrent tantôt l’ennui, le calme, la frustration, la fatigue, la colère et nombre d’états et sentiments trop nuancés ou flous pour vraiment les nommer. « Parfois nous rions tellement que prendre des photos était impossible, ou nous étions fâchées comme le sont les soeurs parfois » écrit Britt à la fin du livre. Elle pense que les meilleurs clichés étaient ceux pris lorsqu’elles étaient fâchées, rendant son regard plus intense et les images plus fortes.

Pour Liv, photographier Britt est une expérience à part. « Je peux tout demander d’elle, elle comprend ce que je veux dire. C’est une connection inconsciente. Peut-être c’est parce que nous sommes soeurs. Des gens qui ont vu le livre m’ont dit qu’ils sont touchés parce qu’ils peuvent reconnaitre cette connection. Et on ne peut pas la recréer de toute pièce ».

Plus récemment, des marques ou des magazines ont contacté les soeurs pour shooter ensemble. Si Liv s’est rendue compte récemment de l’importance de ce travail depuis quinze ans, elle le voit aussi comme un nouveau départ.

Sister Sister est disponible ici

Cet article a été initialement publié par i-D UK.   

a blonde teenager in her underwear against a white backdrop
a teenage girl with green eyes and light white paint across her face
a teenager lying on the floor next to a lamp wearing a pair of stocking and long sleeve gloves
a girl wrapped up in different coloured sheets and towels in bed
a girl's face in black-and-white lying on her arm
a girl wearing formal black attire against a white wall

Credits


Photography Liv Liberg

Tagged:
Culture
evolution