La fondation Louis Vuitton rend un dernier hommage à Virgil Abloh

Virgil Abloh, s’expose une dernière fois histoire de nous faire comprendre pourquoi son influence est immortelle.

par Patrick Thévenin
|
26 Avril 2022, 4:51pm

Le 28 novembre dernier, la disparition du créateur américain Virgil Abloh à tout juste 41 ans - jetait un voile de tristesse sans pareil sur le monde de la mode et Instagram résonnait d’hommages à celui qui en quelques années avait réussi à bousculer le monde feutré du luxe. Tout en lui offrant une nouvelle insolence et jeunesse et l’ouvrant à plus de diversité et d’inclusion. Il faut dire que le créateur multi-casquette, à la tête des collections homme Vuitton depuis 2018 et de sa propre marque Off-White basée à Milan, avait en quelques années imposé de manière insolente et excitante son style inimitable. Un mélange des codes du streetwear, du luxe, du workwear, du rap, de la musique, du design et de l’archi qui attestait de son appétit créatif débordant et sans fin. Le tout en multipliant les collaborations, proposant un sérieux coup de jeune à l’ancestrale marque de maroquinerie Louis Vuitton, imposant avec sa propre marque Off-White un véritable laboratoire créatif et multidisciplinaire. Comme une manière de guetter à la perfection les attentes et aspirations de notre époque pour mieux les affirmer. Tout en inspirant comme jamais une jeune génération de stylistes avec la générosité qui était la sienne, comme il avait l’habitude de le déclarer : « Vous savez ce qui m’inspire le plus ? C’est ce gamin qui n’a pas encore eu la chance de présenter sa marque. Ces jeunes talents inspirent mon travail de tous les jours. Cette future génération est ma muse et je veux que mon travail inspire des gens comme eux. »

LV_FONDATION_COA_4 (1).jpg

C’est à ce créateur hors-pair, dont la présence manquera cruellement à ce monde, que l’immense fondation Louis Vuitton, et son architecture post-futuriste imaginée par l’architecte Frank Gehry, a décidé de rendre hommage avec l’exposition « Coming Of Age ». Lancée officiellement en 2019, en collaboration avec Little Big Men, une galerie huppée de Los Angeles, l'événement centré autour du concept de la complexité du passage de l’âge enfant à l’âge adulte, à travers le prisme des classes, des origines, de l’économie sociale, des cultures alternatives, de l’isolement et de la camaraderie, résonnait déjà des sujets de prédilection de Virgil Abloh, présentant pour l’occasion toute une série d’œuvres multi-support et disparates, digitales comme physiques, reflétant l’univers, comme les sources d’inspiration, du créateur. Tout en offrant aux visiteurs la possibilité de participer à un atelier « DO IT YOURSELF » qui permettait de créer son propre fanzine à partir des ressources de l’exposition. Passée depuis par Pékin, Milan, New York, Munich, Tokyo ou Séoul « Coming Of Age » débarque enfin à Paris, dans une version retravaillée et réinventée, avec en bonus toute une série d'événements, d’ateliers et d’activités, dont notamment des concerts hommages de FKA Twigs, du rappeur Mos Def ou des jazzmen Robert Glasper et Yusef Dayes.

LV_FONDATION_COA_6.jpg

Dès l’approche de l’immense Fondation Louis Vuitton, on est accueilli en extérieur par un immense château gonflable rouge vif qui a servi de décor pour le défilé Louis Vuitton Printemps-Eté 2020 Place Dauphine et où grands comme petits pourront retrouver une part de leur innocence. Puis dès l’entrée de l’exposition on est saisi par un mur de LED, accrochés de manière aléatoire sur des échafaudages de chantier en acier brut, qui présentent différentes facettes du travail d’Abloh comme des œuvres qui l’ont influencé. Dans le hall, une chambre d’ado reconstituée par l’artiste Guadalupe Rosales, véritable plongée dans l’univers des années 90, explore le fil conducteur de l’exposition, soit le passage de l’enfance à l’âge adulte. Plus loin des immenses tirages de la série « 41 portraits of boyhood » de l’artiste Julian Klincewicz documentent la diversité des individus que Virgil avait représenté lors de son premier défilé pour Vuitton, pendant que sur la terrasse externe des écrans vidéos avec casque donnent à voir de nombreuses interviews du créateur (mais aussi d’amis proches comme Lil Wayne) en parallèle avec les musiques qui l’ont influencé. Mélange de scénographies immersives et d’innovations dans la manière de présenter les œuvres (sur des chariots, des échafaudages, pendues au plafond…), de photos aux univers élargis allant des skateurs aux mutations digitales, de graffitis en néon lumineux au mobilier design, des fanzines réalisés lors des ateliers aux portraits vibrants des jeunes générations, « Coming Of Age » est un avant tout un hommage vibrant, mélancolique et dynamique, à la jeunesse, source d’inspiration sans pareille, pour Virgil Abloh, mais également la concrétisation de ses marottes qu’étaient la mixité sociale et raciale, la richesse des cultures underground, l’ironie comme issue salvatrice et le catapultage des genres. Mais l’évènement est aussi une déambulation libre dans l’imaginaire du créateur, une exploration au plus profond de son moodboard, un voyage intime au cœur de ses influences, dans lesquels il faut se laisser porter par le hasard, l’absence de cartels ou de parcours balisé, histoire de respecter haut et fort la devise principale de Virgil Abloh, à savoir la liberté !

« Coming Of Age » à la Fondation Vuitton jusqu’au 27 avril. Gratuit et sur réservation.

LV_FONDATION_COA_7.jpg
LV_FONDATION_COA_1.jpg
Tagged:
Virgil Abloh
Fondation Louis Vuitton