Sevali crée une nouvelle collection couture en up-cyclant des matelas et des sièges de voitures

La marque française et ses pièces plus grandes que nature sont portées par Alexa Demie, BLACKPINK ou encore Rosalía.

par Zoë Kendall
|
13 Octobre 2020, 1:14pm

Courtesy of Jacqueline de Gorter et
Rémi Marin.

Vous ne le savez peut-être pas encore, mais si vous suivez certaines des plus grandes stars de la pop, vous avez surement déjà vu au moins une pièce des collections couture up-cycling de SEVALI. Une paire de gants de cuir qui montent jusqu’aux épaules sur les bras gracieux de Lisa du groupe de K-pop BLACKPINK dans leur dernière vidéo « Ice Cream ». Pendant le confinement, Doja Cat a chanté son tube « Say So » alors qu’elle portait l’ensemble au logo coloré de la marque, une variation sur les pièces années 2000 de Louis Vuitton, ce monogramme multicolore qui a définit le zeitgeist de l’époque. Pas étonnant que la jeune marque soit déjà devenue la préféré des superstars de la pop : chacune de ses pièces est la réalisation d’un véritable fantasme qui pousse les limites du quotidien, des pièces plus grandes que nature. Dans le monde de SEVALI, le cuir d’un siège de voiture peut devenir une combinaison, un emballage Fedex devient un corset, et les objets de tous les jours s’échappent de leurs contextes quotidiens pour devenir d’incroyables pièces couture.

Le directeur créatif Sebastian A. De Ruffray est l’esprit derrière ce fantasme et cette marque. Né à Santiago au Chili, Sebastian a déménagé à Milan pour un échange scolaire à dix-neuf ans. C’est la capitale italienne de la mode que le designer en devenir a reçu sa première véritable éducation à l’industrie. « Petit à petit, je me suis rendu compte que je pouvais dédier ma vie à la mode. Car au Chili, ce n’est pas vraiment une option de devenir designer ». Un an après être rentré chez lui à Santiago, Sebastian a déménagé en Europe, cette fois-ci pour de bon. À Londres, il termine son diplôme à l’Instituto Marangoni, fait un stage chez Alexander McQueen (« C’était une énorme révélation d’être confronté à ce niveau d’excellence ») avant de continuer ses études avec un Master à la Central Saint Martins. Le designer s’est finalement installé à Paris, où il a été free-lance pour plusieurs marques avant de lancer la sienne.

French-label-SEVALI-designs

Pour Sebastian, « Avec SEVALI, je voulais repousser les limites de l’up-cycling. Nous voulons expérimenter avec différents medias, différents matériaux, pour proposer quelque chose de nouveau. Nous cherchons la nouveauté ». Selon les standards de l’industrie de la mode, la pratique de l’up-cycling sous-entend souvent l’utilisation de textiles existants, des chutes de tissus, des vêtements vintage, pour faire de nouvelles pièces. Certains des vêtements SEVALI répondent à cette tradition, disons une robe de mariée ancienne renouvelée, une autre robe reconstruite avec des foulards en soie. Les pièces les plus fantasmagoriques chez SEVALI sont produites à partir de matériaux encore plus communs. « Selon moi, c’est toujours intéressant de trouver de nouvelles manières pour transformer les objets. On travaille beaucoup avec des objets que l’on trouve dans la rue ou dans les marchés à Paris. Des objets trouvés comme des sièges de voiture, des tickets de métro en encore des matelas, on a utilisé tout cela par le passé, et ces objets ont une énergie plus positive que les vêtements car les personnes ont des relations plus intimes à ces objets d’une certaine manière. J’essaie toujours de garder leur essence. Nos créations sont inspirées du quotidien. Il s’agit de mettre en valeur la richesse de la vie de tous les jours ».

La deuxième collection de la marque se concentrait fortement sur le métro parisien, avec des robes construites à partir de tickets de métro, d’autres à partir du matériel bien connu de tous qui couvre les sièges. Pour cette troisième collection, c’est autour du monde de l’automobile que les vêtements tournent, avec des sièges de voitures en cuir, et des détails de moto. Quand il est question de suivre ce thème du quotidien, Sebastian ne les cherche pas particulièrement activement, mais plutôt, les objets avec lesquels il travaille semblent le trouver. « Les objets peuvent parler d’eux mêmes, et certains racontent plus d’histoires que d’autres, surtout ici à Paris. Il y a une forte culture de la seconde main en France. Les gens laissent les choses dans la rue, comme des chaises anciennes, et souvent elles sont supers. On trouve toujours de jolis choses qui trainent, et ça facilite mon travail » dit-il en riant.

French-label-SEVALI-designs

Une pièce de ce genre a servi de pièce reine dans la toute première collection de SEVALI : une veste reconstituée scrupuleusement à partir d'un vieux matelas. « Il se trouve que j’ai trouvé le matelas juste devant chez moi. Il était quatre heure du matin et j’étais en chemin pour l’aéroport. J’ai vu le matelas et j’ai fait arrêté le taxi pour pouvoir le ramener chez moi, puis je suis redescendu pour attraper mon vol. Parfois c’est comme ça, si on ne le prend pas tout de suite, ça s’évapore ».

La veste en matelas de la marque montre bien le savoir-faire qui est à l’oeuvre dans ce genre de vêtements par SEVALI. « La veste matelas est pour moi l’une de nos pièces les plus élaborées. C’était vraiment un long processus de défaire à la main tout le matelas, le nettoyer, et puis reproduire le motif. À partir du moment où on a trouvé le matelas jusqu’au moment où on a terminé la couture, ça a pris au moins trois semaines » explique-t-il, « On utilise beaucoup de techniques artisanales pour nos pièces, beaucoup de couture à la main, de teinture à la main, du perlage aussi. Toutes ces techniques sont complexes et uniques, comme le sont les pièces couture. Ce sont aussi les pièces où l’up-cycling atteint un niveau au dessus ».

La dernière collection de la marque, sans saison et simplement intitulée 04, mène SEVALI et son art encore plus loin. La présentation de la collection, qui a eu lieu dans l’espace Lafayette Anticipations, montrait les vêtements « selon un point de vue artistique » raconte Sebastian. En fusionnant l’art textile et la couture, les deux pièces finales du show étaient exposées sur des structures en métal, et lorsqu’elles seront portées, elles se transformeront en oeuvre d’art portable, la spécialité de SEVALI. « C’est une conversation sur la transition : flouter les frontières entre mode et art, entre deux et trois dimensions, et la transition de vêtements laissés pour compte en pièces up-cyclées ».

French-label-SEVALI-designs

Pour ce qui est de l’ambiance de la collection, le moodboard de SEVALI 04 nous rappelle beaucoup le début des années 2000, et les photos de paparazzi de Paris Hilton ou Britney Spears qui portaient des mini jupes à carreaux, des casquettes de baseball ou des T-shirts tous petits. « Les années 2000 sont l’une de nos inspirations constantes depuis le début. C’est un style qui m’inspire personnellement puisque c’est ma génération, ça me rappelle mon enfance et ma jeunesse » commence Sebastian avant d’approfondir, « J’ai commencé à m’intéresser à la mode à onze ou douze ans, quand ma soeur en avait seize. Sa chambre était couverte de magazines, d’images de Versus Versace, Dolce & Gabbana, Diesel, Guess. Je pense que ça a forgé mon cerveau ». En dehors du savoir-faire de luxe, c’est cette esthétique nostalgique et désirable qui attire indéniablement BLACKPINK, Rosalía, Doja Cate, et même l’actrice Alexa Demie, qui assurait en portant les pantalons de cowboy en cuir de la marque pendant le confinement.

En ce qui concerne le futur de SEVALI, les options, que ce soit entre les objets trouvés ou des pièces plus faciles à fabriquer à partir de textiles vintage, sont infinies. Mais Sebastian est tout particulièrement excité par une chose en particulier : « Je viens de découvrir un cimetière de voitures près de mon studio. Quand je l’ai découvert, c’était vraiment comme ouvrir la boite de Pandore pour moi » dit-il en riant, « je veux continuer à expérimenter avec des pièces automobiles, des sièges, du cuir… Qui sait quoi d’autre ! »

Cet article a été initialement publié par i-D UK.   

French-label-SEVALI-designs
French-label-SEVALI-designs
French-label-SEVALI-designs
French-label-SEVALI-designs
Tagged:
sustainability
vintage
couture
upcycling
sevali