sur internet, les filtres digitaux s'imposent comme une nouvelle forme d'art

Ces filtres Snapchat qui vous permettent d'adopter les masques les plus simples comme les plus extravagants, ne sont qu'une porte entrouverte sur la réalité augmentée.

par Hatti Rex
|
23 Mai 2019, 8:25am

Si vous vous êtes connectés à Internet ces derniers jours, vous aurez remarqué que tout le monde s'est soudainement passionné pour les derniers filtres qui permettent de superposer à son visage celui d'un homme, d'une femme, ou d'un nourrisson. Clairement, l’engouement autour des filtres que proposent nos réseaux sociaux favoris n’a jamais été aussi vif. Bénéficiant d’une popularité croissante, ceux qui travaillent à la création de ces filtres sont passés du statut d’experts en réalité augmentée à celui de jeunes artistes d'avant-garde. Ce qui était auparavant une technologie de niche, est maintenant plus accessible que jamais, et une large communauté de codeurs s'est formée, leur permettant de mettre en commun leurs compétences et de perfectionner leurs styles respectifs. Grâce à un groupe de jeunes artistes en devenir, de nombreux filtres sont à disposition, de la peau irradiante au masque qui vous fait passer pour un alien aux yeux globuleux. L’outil numérique serait-il devenu une nouvelle forme d'artisanat ?

Bien que coder un filtre par ses propres moyens ne soit pas à la portée de tous, une poignée de chanceux a survécu aux longs mois passés sur la liste d’attente du Instagram Beta programme, et se retrouve désormais sur l’application. Pendant ce temps, certaines marques comme Gucci et Adidas ont déjà compris l’importance et le pouvoir d’un filtre conçu sur-mesure. Naturellement, l’une des premières célébrités à avoir créé un filtre personnel est Kylie Jenner, véritable guru 3.0, qui permet de revêtir un maquillage complet étiqueté Kylie Cosmetics, Rihanna lui emboîtera le pas avec l'effet pierre précieuse, qui permet à ses fans de briller comme des diamants.

Toutefois, les célébrités et les grandes marques ne sont pas les seules à s’intéresser aux filtres. Les logiciels comme Spark AR Studio, permettent aux novices de la réalité virtuelle de créer facilement leurs propres filtres Instagram et Facebook sans avoir aucune notion de codage, et qui plus est gratuitement. De nombreux créateurs comme Jade Roche, qui est à l’origine de l’effet fluorescent très utilisé par Bella Hadid et plus d’un million d’autres personnes, ont commencé en n’ayant aucune expérience de la réalité augmentée. « Je pense qu’à l’origine, la plupart des développeurs venaient de la technologie de pointe et maîtrisaient parfaitement le codage. Je suis plus une personne normale qui veut voir le monde à travers un nouveau prisme. Je veux juste m'amuser et partager mes expérimentations. »

Spark AR pousse de nombreux créateurs à aller de plus en plus loin. Après avoir créé du contenu pour brexit.shop (plateforme qui appartient au patron du studio THE PEOPLE, la créatrice et membre du groupe DIGI-GAL, Harriet Davey) a accidentellement inséré un détail louche sur un filtre Brexit un peu par hasard. « J’aimerais beaucoup voir de futurs filtres repousser les limites du réel, s'attaquer aux tabous et aborder des questions politiques » affirme l’artiste.

Pour l’artiste Ines Alpha, les filtres sont un moyen de rendre la réalité plus fantaisiste, voire d’y ajouter un aspect futuriste. « Nous voulons tous avoir la capacité de nous transformer, » ajoute-t-elle. Inspirée par la nature et la science-fiction, la make-up artiste a commencé par créer ses propres projets en 3D avant de se demander comment les différentes textures pourraient modifier le visage humain, allant même jusqu’à créer un filtre pour « l’anniversaire » de l'influence IA Lil Miquela.

Après avoir participé aux programme d’introduction à la création d’une réalité augmentée l’année dernière, Allan Berger s’est intéressé aux effets spéciaux vidéos sur les réseaux sociaux et a réussi à créer son premier filtre en quelques minutes. Un an plus tard, Berger s'est entretenu avec nous en amont de la compétition F8 Hackathon durant laquelle les participants doivent créer des logiciels innovants en équipe.

Les utilisateurs d’Instagram connaissent déjà Berger grâce au filtre Dragonmuse4000 qu’il a produit, sous la direction artistique de @trashymuse, mais aussi grâce à sa collaboration avec l’artiste Hana Truly pour la création d’un filtre aux accents féériques nommé Truly Bloom. L’artiste a également participé au projet musical de Grime, Pretty Dark, entièrement conçu en réalité augmenté.

Avec 7,7 milliards d’habitants sur la Terre dont approximativement 1 milliard se rendent chaque jour sur Instagram, nous lui avons demandé comment il envisage le futur de la réalité augmentée : « Je suis impatient de voir la façon dont la réalité augmentée améliorera nos vies quotidiennes sur cette planète, a-t-il répondu. Que ce soit sur le plan de l’éducation, de la santé, des transports, de l’art, de la mode, de la beauté ou des sports, chez nous ou à l’extérieur. »

Expert de longue date en réalité augmentée, Marc Wakefield fait aussi parti du projet musical de Grim. Connu pour son sinistre filtre clown qui lui a ensuite permis de créer un effet Macphisto pour U2 ( un chapeau haut de forme monstrueux et un maquillage que Bono portait sur l'une de ses tournées), la carrière de Marc Wakefield s’est naturellement envolée, passant de la création autonome d’application à la production de filtres pour Instagram. Selon Wakefield, l’accès à la réalité augmentée à travers les réseaux sociaux sera de plus en plus important pour les nouveaux utilisateurs qui feront ainsi de nouvelles expériences, mais que « de nombreuses personnes ne savent pas vraiment ce qu’est la réalité augmentée, et que la majorité des utilisateurs ne soupçonnent pas la complexité de la fabrication des filtres. Ce qui est amusant est que tout le monde s’habitue à regarder le monde derrière un voile digital. »

Alors qu’il est possible que les filtres ne soient qu'une porte entrouverte sur la réalité augmentée, le médium semble s'orienter vers une forme d’art. Plus tôt ce mois-ci, la plateforme pluridisciplinaire qui met en avant les artistes digitales féminines « HERVISIONS », créée par Zaiba Jabbar, a introduit un tout nouveau filtre nommé « Face Up » à l’occasion d’un workshop au Tate Modern (Lives of Net Art), s’attardant sur les dernières évolutions technologiques et affirmant la dimension créative de la réalité augmentée.

Des lentilles de contact aux réalités superposées, l’avenir de la réalité augmentée est prometteur mais reste trouble. Pourtant, à l’exception des voitures volantes et de la possibilité de mettre un jeton dans un micro-ondes pour créer un Big Mac tout chaud comme dans cette scène de Spy Kids, nous semblons nous orienter vers le futur que la science-fiction nous a toujours promis.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.