en 2016, les playmates portent des vêtements et parlent de féminisme

Sarah McDaniel, mannequin et insta-star, est le nouveau visage de Playboy.

par Tish Weinstock
|
25 Février 2016, 3:05pm

Sarah McDaniel, bouche sublime et yeux verrons (bleu azur et vert émeraude) est une beauté singulière. Une petite fille de province avec de grands rêves, qui a tracé son chemin grâce aux réseaux sociaux. Avec ses selfies sensuels, clairs-obscurs, en bikini, Sarah a quelque chose de la Lolita de Nabokov. Ce profil femme-enfant a séduit le magazine Playboy, qui l'a choisie pour sa première couverture habillée depuis 1972.

Shootée par Theo Wenner, à la manière d'un selfie sur Snapchat, Sarah pose en culotte et top cropé, le genre de tenue que les jeunes filles portent pour aller au lit. Regard face caméra, lèvres entrouvertes, devant la légende iconique de l'application ''heyyy ;)''. Mais surtout, c'est la première couverture du magazine légendaire, sans femmes nues, celles que les ados, depuis les années 1970, planquaient sous leur matelas. Cette volonté reflète le désir de Playboy de toucher une audience plus jeune, plus ouverte. Bon, bien sûr, les réactions face à cette couverture n'ont pas toutes été unanimes. Beaucoup ont dénoncé les dangers d'utiliser le langage des nouvelles générations pour leur vendre un produit ou plaider la cause féministe pour se dédouaner de toute objectivisation. Quoiqu'on en pense, le monde s'est tourné vers Sarah McDaniel pour en faire un bouc-émissaire. On voulait juste lui permettre de s'exprimer dans i-D. Voici ses réponses.

Dans les médias, les gens te décrivent comme une ''mannequin Instagram''. C'est un terme qui te convient ?
Instagram, c'est vraiment cool pour les gens qui veulent se faire connaître et je ne le prends pas pour une insulte. Je pense qu'au fil d'une carrière, les termes changent.

Tu as toujours voulu être mannequin ?
Je n'y pensais même pas il y a encore quelques années. Quand j'ai décidé d'en faire ma vie, j'ai tout fait pour y parvenir, malgré les réticences de mon entourage.

Comment s'est faite la rencontre avec Playboy ?
J'avais tourné dans un clip de Mark Ronson, Daffodils, et Theo Wenner était derrière la caméra. On est devenus très proches. Une semaine plus tard, j'avais un coup de téléphone de Playboy et voilà ! Theo a vraiment une vision très personnelle, artistique de la photo. Je suis vraiment honorée qu'il m'ait choisi.

Que penses-tu de la nouvelle image de Playboy ?
Je pense qu'il fallait le faire. Les gens de mon âge sont lucides. Ils savent que la femme n'est pas juste un objet de désir. C'est cool d'essayer de montrer les femmes autrement et de savoir qu'elles ont un cerveau et une personnalité.

Tu as un message à faire passer à travers cette photo ?
Je voulais avoir l'air naturelle. J'ai essayé d'être intègre et fidèle à ce que je suis. Je crois que ça a marché.

C'est une photo quand même très érotique. La sexualisation du corps de la femme est-elle anti-féministe, selon toi ?
Non, justement. La féminité est une force. Tout ce qui peut nous rendre plus forte est en soi féministe. Chaque femme le comprend différemment.

As-tu anticipé les réactions que provoquerait cette photo ?
Un peu. Mais pas à ce point. Je ne me remets toujours pas des centaines de mots gentils que j'ai reçus. C'est évidemment le versant sympa du hater, j'essaie de ne pas entendre le reste.

Que répondrais-tu aux sceptiques qui voient dans cette image une énième objectivisation de la femme ?
Pour moi, ce genre de réflexion est en soi une attaque faite aux femmes. Les puritains ont toujours fait complexé les femmes qui ne rentrent pas dans leur système. Les hommes aiment regarder les femmes et les femmes aiment regarder les hommes. La sexualité fait partie intégrante de notre culture. J'essaie vraiment d'être au-dessus de ça, je ne le prends pas pour moi.

Tu dirais que tu es féministe ?
Le terme me paraît tellement anachronique et vieux-jeu. Je pense à Gloria Steinem et dans ce sens, non, je suis au-dessus de ce genre de définition. Ma génération pense égalité. Si quelqu'un a un truc à y redire, qu'il le fasse.

La beauté pour toi, qu'est-ce que c'est ?
Quelqu'un de beau est quelqu'un en paix avec lui-même et le monde. on voit la bonté et le calme se refléter dans ses yeux. C'est ça, la beauté pour moi.

À part le mannequinat, qu'est-ce que tu fais ?
J'écoute énormément de musique, je pratique toutes les activités qui ont un rapport avec la mer. Et je me concentre sur mes amis et ma famille.

Être une fille en 2016, ça ressemble à quoi ?
C'est la liberté, les possibles, l'avenir. C'est beau !

Quel conseil donnerais-tu aux jeunes filles qui veulent marcher dans tes pas ?
Fais ce qui te plait, quoiqu'on te dise. Regarde loin devant et concentre toi sur ton objectif, ne lâche rien, continue d'avancer.

Quels-sont tes rêves et tes attentes pour demain ?
Je veux profiter de chaque instant. Je veux que ma vie soit pleine de surprises. Je veux aider les autres à se sentir libre et heureux, je veux être quelqu'un qu'on aime regarder marcher. 

Credits


Texte : Tish Weinstock
Image courtesy Playboy

Tagged:
PLAYBOY
Feminisme&
sarah mcdaniel