10 choses à savoir sur ralph souffrant

Ses 21 ans, son allure hypnotisante, son enfance à Haïti, Kanye West et la persévérance.

par Matthew Whitehouse
|
26 Mai 2016, 2:55pm

On dit qu'un visage sans tâche de rousseur est un visage sans étoiles (comprendre : un peu terne). Et certains de nos visages favoris - de Sade à Angela Lindvall, en passant par Binx Walton et Adwoa Aboah - ont été bénis par ces petits pois délicats qui colonisent leur peau. Du haut de ses 21 ans, Ralph Souffrant n'est pas une exception. Atteint par une maladie de l'épiderme, Vitiligo (qui donne aussi à Winnie Harlow son extraordinaire apparence), le jeune homme né à Haïti, aujourd'hui basé à Brooklyn a utilisé son visage constellé à son avantage pour se faire un nom dans l'univers de la mode, se prenant une position de choix dans le défilé Yeezy Season 3 de Kanye un peu plus tôt dans l'année. "J'ai passé beaucoup de temps à chasser les castings, à traîner dans la ville en espérant que la bonne personne tombe sur moi et à surveiller minutieusement mon Instagram à la recherche d'opportunités," raconte-t-il à propos de son entrée dans la mode, une industrie qui a souvent plus facilement accepté l'individualité de chacun que la vraie vie. "J'ai travaillé dur, et ça s'est avéré fructueux." i-D aime célébrer l'inattendu, l'originalité, le bizarre et la liberté. Alors voilà 10 choses que vous devez savoir à propos de notre nouveau chouchou, Ralph Souffrant.

Ses souvenirs d'Haïti sont partagés…
"
Mes souvenirs d'Haïti sont bons, très fun. Le beau temps, les plages, les fruits frais, la nourriture incroyable… Après il y avait aussi la réalité. La pauvreté, la violence, la famine… C'était compliqué pour ma famille de nous fournir des produits de première nécessité ; la nourriture, les vêtements. Ma mère a toujours voulu me donner une vie meilleure, alors elle a sauté sur la première occasion qui se présentait à elle pour migrer aux Etats-Unis."

Et ses premiers souvenirs de Brooklyn étaient aussi assez intenses…
"
Brooklyn, c'était juste énorme. Il y avait des tonnes de gens, des buildings énormes et des voitures partout. J'avais l'impression que tout le monde était riche ! À Haïti, les voitures étaient réservées aux gens avec beaucoup d'argent. C'était une option de luxe. Et à Brooklyn tout le monde parlait anglais. Ma famille et moi parlions créole."

Image via Instagram

Enfant, il détestait sa peau…
"Les autres gosses se moquaient constamment de moi. Je ne pouvais pas me cacher. Mes tâches étaient partout."

Mais la mode l'a accueilli comme il n'aurait jamais pu l'imaginer…
"Même si ma confiance et mon estime de moi étaient intactes avant que je m'engage dans cette industrie, l'admiration qu'on me prête aujourd'hui n'existait pas et était même impensable quand j'étais enfant."

Même dans ses rêves les plus fous, il ne s'est jamais imaginé mannequin…
"
Je voulais devenir dermato. Puis un photographe, Aaron Taylor, m'a repéré dans un parc à Brooklyn. On est devenus amis et pendant des années il m'achetait des vêtements, me prenait en photo, m'invitait à la messe… En août 2015 il m'a créé une page Instagram. C'était un tournant important de ma vie. Six mois plus tard, j'étais signé chez Re:Quest Model Management.

Instagram l'a rendu visible à tous…
"Toute ma vie, je n'ai voulu que me cacher. Maintenant, j'ai juste besoin que tout le monde me voit. Instagram m'a fait entrer chez les gens, à leur bureau, dans leur téléphone, leur iPad… C'était de la pub gratuite. Ça m'a ouvert tellement de portes en si peu de temps. C'est comme si j'avais déposé mon CV devant 1 million de portes."

Image via Instagram

Et l'une des personnes à tomber sur son CV : un certain Kanye West…
"Le jour où mon agent m'a signé, elle m'a aussi annoncé qu'elle m'avait booké pour Kanye. J'étais excité et honoré. Moins d'un an plus tôt, je rêvais de défiler pour lui. C'était mon but, de faire partie de son défilé et d'être signé dans une agence. J'ai réussi les deux en une journée."

Son but est maintenant d'être la meilleure personne possible…
"Je suis quelqu'un de simple. Tout ce que je veux c'est offrir de la liberté financière à ma famille et prouver à ceux qui pensaient que je n'y arriverai jamais qu'il faut avoir les rêves les plus fous et se battre pour les accomplir."

Et une fois que ce sera fait…
"J'aimerais créer une organisation caritative qui injecte des fonds dans des programmes à destination des enfants déshérités d'Haïti et de Brooklyn."

Enfin, il est de bon conseil pour tous les jeunes peu sûrs de leur apparence…
"Aimez-vous. Quand les gens ne comprennent pas quelque chose, ils ont tendance à en avoir peur… Ignorez tout ça. Votre apparence extérieure, c'est comme du papier-cadeau, les gens ne le remarquent qu'un temps. Ce qu'ils voient plus, c'est ce qui se cache sous la surface. Donc travaillez votre personnalité et votre cœur. C'est par cela qu'ils se rappelleront de vous. Parce que c'est ce qui compte."

@souffrantnyc

Credits


Texte Matthew Whitehouse
Photographie Matt Jones
Stylisme Carlos Nazario
Ralph porte un haut Ports 1961

Tagged:
Mannequin
Mode
ralph souffrant
beauté alternative