Publicité

sad asian girl, le collectif qui compte en finir avec les stéréotypes sur les asiatiques

Le collectif d'artistes entend nouer des liens entre les jeunes asio-américaines en colère qui veulent, ensemble, déconstruire les stéréotypes sexistes et patriarcaux dont les femmes asiatiques sont victimes.

par Blair Cannon
|
29 Mars 2016, 8:15am

Après avoir longuement discuté entre deux cours, près de la machine à café de l'école ou lors de fêtes étudiantes alcoolisées, Olivia Park et Esther Fan, deux étudiantes en design graphique, se sont rendu compte qu'elle partageaient une même frustration : elles ne voulaient plus subir les stéréotypes raciaux et machistes que leur imposent leurs origines asiatiques. Olivia et Esther ont réalisé leur première vidéo toutes les deux (un commentaire sur la pression qu'infligent les parents asiatiques immigrés aux Etats-Unis à leurs filles) en espérant qu'elle trouverait un écho chez d'autres jeunes asiatiques qui partageraient avec elle un même ras le bol. Le dialogue qui en a découlé a permis la création d'une nouvelle plateforme, le Sad Asian Girls Club, qui se pose comme le porte-voix d'un groupe de filles, toutes connectées et concernées par les problématiques qui touchent les Américaines d'origine asiatique. Le SAGC est un lieu, sur Internet, où la parole est franche, libre, sans peur, destiné aux jeunes asiatiques qui aiment se décolorer les cheveux, se percer le nez et laisser libre cours à leur créativité déjantée.

Parle-moi de ce mouvement, et comment il s'est monté. Qu'est-ce qui a inspiré ce collectif ? 
Le SAGC est un collectif artistique qui fait travailler et travaille pour les jeunes asio-américaines. Ça a commencé en même temps que notre premier projet, "Have You Eaten ?", une vidéo décrivant la relation entre les jeunes asio-américaines et leurs mères immigrées. Le nom Sad Asian Girls Club est venu quand on a eu besoin de trouver un nom pour le compte Youtube sur lequel on allait publier la vidéo. Quand on a pris la mesure de l'impact de ce premier projet, on a décidé d'aller plus loin et de continuer à collaborer sur de nouveaux travaux en rapport avec la communauté asiatique.

Vous travaillez sur quel genre de projets ?
Ils prennent plusieurs formes : vidéo, posters, photos, fanzine, stickers, et plus généralement établir une présence sur les réseaux sociaux. On considère qu'on fait de l'art, dans la mesure où l'on travaille encore avec l'état d'esprit hérité du design graphique. L'un de nos projets consistait en une série de posters sur lesquels on pouvait lire des déclarations à remplir, commençant par : "Les Femmes Asiatiques Ne Sont Pas ____." C'est une idée qu'on nous avait soumise en ligne et le projet a permis aux femmes de s'exprimer haut et fort contre les stéréotypes asiatiques. Récemment, on a aussi vendu tous les exemplaires de notre fanzine "PRESENCE : PRESENTS", qui se présentait sous forme de boîtes contenant plein d'objets à collectionner relatif à cette problématique asiatique. Notre prochain projet sera sûrement une autre vidéo, dans laquelle ou pourra voir des vêtements que nous avons designés et on a un autre projet d'album photo en cours. On espère continuer à produire des travaux très variés, pour qu'on puisse toucher notre public de plein de manières différentes.

Qu'est-ce qui te fait dire que Sad Asian Girls Club est utile ? Que manque-t-il à ta culture que ton mouvement pourrait apporter ?
Les Asiatiques se murent souvent dans le silence lors de discussions autour du féminisme ou du racisme. C'est dû en partie à la culture inculquée par nos parents immigrés. Les Asiatiques préfèrent garder les choses pour eux, ne pas se mêler des conflits qui ne les affectent pas directement. Mais, le sexisme et le racisme aux États-Unis, ça nous affecte. Les filles asiatiques sont souvent forcées d'intérioriser les objections que leur environnement leur impose. Le SAGC est là pour leur permettre d'exprimer ces pensées refoulées. En plus de tout ça, les femmes asiatiques ne sont pas bien représentées dans les médias. On a envie d'assurer une représentation pour toutes les filles asiatiques, de tout type, de toute origine. C'est à cela qu'aspire notre projet d'album photo. Nous voulons, ensemble, refouler le modèle minoritaire qui nous est affilié et célébrer la féminité asiatique telle que nous la vivons vraiment.

Ça veut dire quoi, être une Sad Asian Girl ? Comment vos idées se concrétisent pour briser les stéréotypes ?
Le sens du nom a évolué en même temps que le collectif a grandi. Mais on pourrait dire qu'une Sad Asian Girl est une femme frustrée et lasse des stéréotypes et des attentes imposées par la société occidentale d'un côté et la société asiatique de l'autre. Une Sad Asian Girl ressent le besoin de discuter et de se battre contre l'oppression sociétale et institutionnalisée. On se débat toutes pour définir notre identité, et c'est encore plus compliqué si l'on n'entre pas dans tel ou tel moule, du côté occidental comme du côté asiatique. Le club est un espace au sein duquel les Sad Asian Girls se regroupent et parlent spécifiquement des problèmes qu'elles rencontrent. Le club est le porte-parole de ces filles. 

Et moi, en tant que fille asiatique, comment je peux participer ?
Partage nos travaux avec tes amis sur les réseaux sociaux, achète des stickers, fout-les un peu partout dans ta ville, communique-nous des idées de sujets qu'on pourrait utiliser dans des projets à venir. Si tu es artiste, auteur ou designer, montre-nous ce que tu fais si veux que l'on bosse ensemble. On est toujours très ouvertes aux collaborations avec d'autres créateurs qui s'intéressent à des sujets similaires.

Credits


Texte : Blair Canon