découvrez le nouveau numéro d'i-D "the new luxury issue"

|
mars 30 2016, 2:20pm

Quand Raf Simons a claqué la porte de Dior - préférant le calme à la tempête et la passion à l'acharnement - l'industrie de la mode s'est arrêtée, une seconde pour reprendre enfin son souffle saccadé. Il fallait que Raf éteigne le moteur pour qu'on se rende tous à l'évidence : la société entière est en excédent de vitesse. Nos vies bougent plus vite que la lumière, nos intérêts aussi. On consomme la musique, la mode, le cinéma, l'art, les magazines et les Pacmans avec la même soif et la même frénésie que la veille. Au début, on a tous trouvé ça très bien. Maintenant, on se dit qu'on est un peu épuisés. Qu'est-ce qu'on en tire ? Que retient-on de cette culture de l'obsession du like, des vues, du commentaire ? La pression nous pousse à tout pervertir pour être plus cool. Que celui ou celle qui ne s'est jamais réveillé la nuit sans rafraichir son feed d'actualité ni checker ses mails nous jette la première pierre. Nous sommes devenus des petits hamsters qui tentent vainement de tourner plus vite que la roue. Heureusement qu'elle tourne, cela dit, sinon, on aurait jamais connu 2016, sa soif de tranquillité, son envie de beau, de spirituel, son désir de prendre et voir le temps comme un luxe. Un vrai. De s'indigner (un peu). 

Dans ce dernier numéro, i-D explore les attitudes et désirs qui oeuvrent au changement. Sous l'objectif d'Harley Weir, la cover star i-D et mannequin du moment Lineisy Montero décrit le luxe comme un moment rare passé aux côtés de ses proches. Pour Alessandro Michele, directeur artistique de Gucci, le vrai luxe, c'est la poésie. Avec Silvia Venturini de Fendi et Kris Van Assche de Dior Homme, le luxe se loge et se cache dans les détails. Dans ce numéro, on part à la rencontre de Molly Bair, la jeune philadelphienne qui voit grand et loin, on invente des mots avec l'artiste anglaise Eddie Peake et on refait le monde et le cinéma avec la mannequin et désormais actrice australienne Abbey Lee.

Zoe Kravitz évoque avec nous la difficulté d'assumer son corps et parle de ses résolutions, on célèbre ensemble la nouvelle génération cachée derrière les magazines 1Granary, Mushpit, PYLOT, LAW, A Nice Magazine, Typical Girls, Baronet Polyster : ce sont eux qui renversent les codes de l'édition et s'adressent (vraiment) à la jeunesse. Dans plusieurs articles, on cherche à comprendre d'où vient la distance que certains prennent à l'égard des réseaux sociaux - une appréhension du monde que reflètent les nouveaux messies du luxe, Vetements en tête. Pour finir, on a choisi de demander aux amis et contributeurs d'i-D ce qu'ils pensaient du luxe, en quelques mots. Leurs réponses sont unanimes. Si vous ne travaillez pas 8 jours sur 7, très bien. Si vous n'avez pas donné signe de vie sur Instagram depuis plusieurs jours, encore mieux. On devrait tous avoir le temps de ne rien faire - de se laisser submerger par le rien.

Le temps est un luxe. À vous d'en retenir chaque instant. 

Credits


Texte : Holly Shackleton
Photographie : Harley Weir
Stylisme : Julia Sarr-Jamois
Mannequin Lineisy Montero chez Next Models
Cover 1 Lineisy porte une veste et des boucles d'oreilles Céline, Cover 2 Lineisy porte une veste Céline