les filles les plus engagées du hip-hop anglais

L'anthologie This Is Grime, écrite et pensée par Hattie Collins, journaliste musique chez i-D, vient de sortir. L'occasion de célébrer les figures féminines qui ont joué un rôle crucial dans l'avènement du grime. Ensemble, elles ont posé sous l...

par Hattie Collins
|
12 Septembre 2016, 3:20pm

Chantelle Fiddy, Journaliste, tête chercheuse, manager
La liste d'adjectifs laudatifs est longue, pour définir au plus juste le travail quotidien de Chantelle Fiddy. Le terme de marraine semble approprié. Plus exactement, celui de Marraine du Grime. Aux côtés de Martin Clark, la journaliste s'est immiscée dans l'univers des MCs, bien avant qu'il se fasse happer par le mainstream. Elle a joué un rôle clé dans la reconnaissance et l'avénement médiatique de la culture aux 140BPM. C'est elle qui a immortalisé Wiley/ Dizzee/ Crossways (Three Flats) aux côtés de David Tong, a fait jouer Straight Outta Bethnal au 333 (cet endroit mythique où JME a prononcé cette phrase, devenue culte, 'This Is Grime') - bref, Fiddy était là dès les premiers cris de la contre-culture britannique. En tant que journaliste et blogueuse, elle est la première à repérer la future star JME. Ce qu'on peut en dire, c'est que les MCs lui rendent bien : la preuve, Skepta lui rend hommage dans cette punchline 'I load magazines like Chantelle Fiddy'. Elle est également productrice du prochain documentaire Viceland sur la mouvance grime. Évidemment.

Lady Fury, MC
La dernière fois qu'on l'a entendue, c'était au micro d'Eskimo Dance en 2012. Fury, c'était la seule gonzesse capable de clasher un Crazy Titch dans son titre Tools So Small et de remettre Shystie à sa place un nombre conséquent de fois. Alors certes, nous sommes sans nouvelle d'elle mais son apport féminin dans la scène grime ne sera jamais oublié.

NoLay, MC
Toujours en pleine forme, Isabella Gotti s'est fait son trou dans la scène exclusivement masculine en apparaissant sur la compilation 679, Run The Road. Depuis la sortie de son titre Unorthodox Daughter, NoLay est considérée comme l'une des plus fantastiques grimeuses contemporaines - souvent loin devant ses homonymes masculins.

Rebecca Prochnik, Manager, tête chercheuse
Comme Crazy Titch le rappelle dans This Is Grime, Rebecca, promotrice de jungle, était une des premières à diffuser du grime dans les clubs en dehors de Hackney, Bow et Stratford. Le premier artiste à signer chez Prochnik était Wiley. Mais très vite, Rebecca a rassemblé des talents autour de son concert underground et collectif, Hot Off The Block aux côtés de DJ Cameo. Maligne, elle repère très vite le jeune Titch, Sovereign puis enchaîne avec Lethal B. Rebecca est maintenant chez Earth Agency, où elle s'occupe de Wiley, Skepta et JME - rien que ça.

Hyperfrank, Blogueuse et journaliste
Débarquée sur la scène en 2006 dans ce qu'on pourrait nommer "la seconde vague" du grime, ses contributions ont permis aux jeunes talents de se faire connaître via son blog, des émissions de radio, et des petitions pour que Dizzee Rascal soit en concert, Laura et son inséparable, JP Patterson, étaient là quand tout le monde se foutait du grime. Littéralement. Elles l'ont mis sur le devant de la scène avec l'aide de JP, Spyro, Sian, Julie, Butterz, P Money, Rival et Kozzie et ont célébré son grand retour en 2013 (avant que tout le monde s'en empare). Pour en savoir plus sur elle, vous pouvez la suivre sur i-D, Complex et surtout MTV.

Ny, chanteuse
Première femme à s'immiscer dans l'univers du grime, Ny a posé sa voix douce et langoureuse sur les beats de son boyfriend Wiley, avant de réaliser sa propre mixtape, avec plein de chouettes grimeurs dedans : Godfather et Plan B, Pro Green et Purple (un autre grand nom de la scène grime dont le talent n'est pas reconnu à sa juste valeur). Split Endz a permis à Ny d'être admise et respectée dans la scène.

Sarah Lockhart, journaliste, Rinse FM
Heroïne de la scène grime et dubstep, Sarah a plusieurs raisons de figurer dans ce classement. Déjà, elle s'est battue pour que les MCs soient payés dans la compagnie et maison de disques EMI - et continuent de l'être. Wiley dit d'elle qu'elle est la seule à lui avoir ouvert les yeux sur l'importance des journalistes et attachés de presse dans l'avènement et la reconnaissance de la scène grime. Elle a diffusé les sons de So Solid, Wiley, Ms. Dynamite, Skepta, JME, P Money et Novelist… pour en citer quelques-uns. Lockhart anime aussi une émission sur Rinse FM.

Shystie, MC
« J'ai grandi à Hackney, en bas des tours… » Et Shystie n'y avait qu'une envie (One Wish) : se faire un nom sur la scène grime. Ce fut le cas avec sa version du I Luv U de Dizzee Rascal. Dès après, la qualité de son flow et paroles était incontestable. Assez vite, elle signe à Polydor pour y sortir un premier album, Diamond In The Dirt. Malheureusement, comme pour beaucoup d'autres MC qui ont signé à l'époque chez des majors, le marketing a été bâclé, l'audience incomprise et l'album un échec. Personne ne s'y est lié. Plus tard, elle décroche le premier rôle de la série Duplate Drama de Channel 4, et elle continue encore aujourd'hui d'enregistrer. Chouchou de la fashion week, on peut occasionnellement l'apercevoir au détour d'une campagne de Nasir Mazhar ou l'entendre s'embrouiller (comme tout le monde) avec Azealia Banks.

Sam White, photographe
La seule photographe à avoir documenté la scène grime à ses tout débuts. Même s'il n'a pas été mis à jour depuis 2006, son blog LivinInTheGrime reste un brillant témoignage imagé du genre : on y retrouve Bossman avec son bébé de petite sœur sur ses genoux ou un Tinchy encore adolescent partager le beat avec Wiley. Sam a fait un passage rapide à Polydor (c'est pendant cette période qu'elle m'a embarquée dans une interview de Snoop) avant de tout lâcher pour un tour du monde. On ne sait pas où se trouve Sam aujourd'hui. Mais sa contribution visuelle au grime vit éternellement sur internet.

Lilz, PR
Si vous avez déjà croisé Lilz, difficile de pas avoir été marqué. C'est une boule d'énergie, qui met son franc-parler au service du grime et s'assure que la scène est représentée de la bonne manière, par les bonnes personnes. Abonnée de l'organisation de la soirée immanquable Eskimo Dance, au fil du temps Lilz a fait la promotion de quasiment tout le monde, de Wiley à Scorcher en passant par P Money.

Mizz Beatz, productrice
Découverte par Jammer alors qu'elle n'avait que 17 ans, la productrice de Leytonstone a joué un rôle court mais décisif et intense sur la scène grime. Quand D Double E rappe sur ta première prod, et que Wiley rappe sur ta deuxième, inévitablement la pression se fait sentir et peut troubler. Après quelques remix pour Lady Sovereign et des apparitions sur MTV, Mizz Beatz a pris congé du grime et disparu de la musique. Après l'avoir traquée pour « This Is Grime », Iman nous a évoqué son retour imminent. Elle est de retour en studio et on attend avec impatience la suite. Il n'y aura jamais assez de femmes productrices.

Julie Adenuga, animatrice radio
Dans une position de choix grâce à son émission Beats 1, cette ancienne employée d'Apple donne à écouter du grime à un public international grâce à la plateforme radio d'Apple. Elle s'est d'abord fait un nom avec sa pote Sian Anderson, sur Rinse FM. La force de Julie réside dans sa personnalité : ce que vous entendez à la radio, est ce que vous aurez en face d'elle dans la vraie vie. En plus de son travail d'animatrice, Julie est une philanthrope en devenir : elle a récemment monté One True Calling avec Sian.

Sian Anderson, DJ, animatrice, PR, promotrice
Qu'elle anime son émission (ultra populaire) 1Xtra, qui met en avant la relève du grime, qu'elle organise des raves, qu'elle gère sa boîte de relations presse, Sightracked (dont les clients passés et présents vont d'Ed Sheeran, Stormzy à Wiley et Kojey Radical), qu'elle écrive pour i-D et The Fader ou qu'elle se consacre à son nouveau-né, Sian semble parvenir à étirer des journées de 24h en 48. Authentique gardienne du grime, on peut régulièrement la retrouver sur Twitter, à défendre l'esprit de la scène.

Grace Ladoja, Manager
Skepta aime rendre hommage à son management, Grace et Radha, qui dans l'ombre, calmement et en silence ont aidé Skep à gravir les échelons. C'est Ladoja (créative à ses heures, avec de nombreuses collaborations, de Nike à FKA Twigs) qui a présenté Skepta au monde de la mode il y a quelques années. Elle est le bras droit du MC de Tottenham, celle qui l'aide à naviguer entre succès d'audience et partenariats de marques.

Rachel Campbell, PR
Maintenant en fonction à Atlantic Records, Campbell a la main dans le grime depuis des années via sa propre compagnie, Wired, qui représente tout le monde, de Little Simz à Fetty Wap. Son client à la carrière la plus fructueuse est certainement Michael Omari - plus connu sous le nom de Stormzy. Elément clé de l'équipe du rappeur de South London, Campbell a organisé la montée de Stormzy avec minutie et attention, s'assurant que le message atteignait nos oreilles : un mec génial qui fait de la musique géniale.

Vicky Grout, Photographe
On a rarement vu des réputations se faire aussi rapidement. Vicky Grout est littéralement présente à tous les événements grime. Connue pour ses portraits des Section Boyz, de Skepta et Novelist, la capacité de Grout à toujours capter le cœur de l'action en a fait la photographe incontournable du grime. Elle a récemment eu droit à sa propre exposition, et sont travail sera présenté le mois prochain à Leeds dans le cadre du rassemblement An Eye On Grime, organisé par Red Bull.

Cat Park, PR
C'est elle qui est allée chercher Jammer, 67, Frisco. Aux côtés de Shireen Fenner, Cat fait tout pour que les voix d'outre-tombe soient entendues à leur juste valeur et déniche les talents qui seront, demain, les plus en vogue. Affaire à suivre.

Caroline SM, Directrice artistique
Cette force de la nature féminine a propulsé Posty sur la scène des GRM Daily Rated Awards (le site qui récompense les meilleurs grimeurs chaque année, de Stormzy à Skepta). En dehors de sont ravail pour le site spécialisé dans le grime, SM anime une émission sur Rader radio et continue de creuser le sillon des contre-cultures les plus explosives d'Outre-Manche. Si vous cherchez le futur du grime, il est entre ses mains. Suivez-la.

Lady Leshurr, MC
Nous laisserons à Lady Leshurr le soin de nous expliquer d'elle-même le pourquoi du comment on l'aime.

Mentions spéciales à :
The mums
A. Dot
Mz. Bratt
Lioness
The R&G dons Sadie et Shola Ama
Baby Blue qui était plus une rappeuse, mais bon.
Les tout jeunes et talentueux crews : Rader's Alia Loran, Flava D from Butterz, Madam X et DJ Barely Lega

Credits


Texte : Hattie Collins
Photographie : Olivia Rose

Tagged:
NY
Grime
shystie
julie adenuga
Sian Anderson
Nolay
Sam White
Caroline SM
vicky grout
hattie collins
chantelle fiddy
rachel campbell
grace ladoja
cat park
hyperfrank
lady fury
lilz
mizz beatz
rebecca prochnik
sarah lockhart