et si on parlait du style de cardi b ?

La reine des Fashion Weeks a connu une évolution stylistique fascinante, retracée ici en 7 étapes.

par Douglas Greenwood
|
07 Octobre 2019, 10:32am

Aussi surréaliste que ça puisse paraître, il fut un temps où le hip-hop et le luxe ne se côtoyaient jamais. Aujourd’hui, la symbiose est totale. La preuve, un premier rang de défilé n’en est pas vraiment un sans une pointure du rap. Cardi B, par exemple. Personnage hors-norme depuis sa naissance, la star de téléréalité devenue icône hip-hop est un pilier du circuit des fashion week, enchaînant les apparitions parisiennes et new-yorkaises, multipliant les gros titres à chaque look qu’elle arbore. Mais comment la native du Bronx est-elle passée des robes « bodycon » et teintures colorées au statut de véritable icône du luxe ?

De sa naissance à aujourd’hui, petit précis de l’excellence stylistique de Cardi B.

1996 (dans ces eaux-là) : des rayures Thom Browne ?
Et si Belcalis Almanzar, aka Baby Bardi, avait littéralement créé le premier mash-up mode et streetwear des années 1990 ? Cette photo, devenue un véritable même, est notre première preuve du talent et de la garde-robe de Cardi, alors enfant, mais déjà iconique. Voyez plutôt : un ensemble crop top et pantalon, bleu marine et à rayures (qui nous évoque sacrément Thom Brown), le tout sur une chemise blanche ? La reine de la cour de récréation, sans aucun doute.

2010 : A Star Is Born
Encore lycéenne new-yorkaise, Cardi – encore connue sous le nom de Belcalis – aime déjà la lumière. Dans cette vidéo, on découvre la rappeuse de 17 ans, sur scène pour le concours de talent de son école, dans une reprise endiablée de « Bad Romance » de Lady Gaga. Entourée de cinq danseuses, la jeune fille irradie et on décèle déjà la pop star qui dort en elle, vêtue d’une combinaison rouge sang agrémentée de larmes dorées sur les jambes. Une tenue qu’on a du mal à l’imaginer porter tous les jours à l’époque, mais qui prouve qu’elle sait déjà comment capter tous les regards une fois les projecteurs braqués sur elle.

1569924388288-Screenshot_2

2012 : Les couloirs de la fac
On connaît l’histoire : après son passage au lycée, pour payer ses factures, Cardi se lance dans une carrière de strip-teaseuse, en parallèle de son court passage à la fac. Sur cette photo Instagram prise aux alentours de New York en 2012, Cardi est en pleine exploration de son identité mode : adossée à ces casiers typiquement américains, elle arbore des chignons de l’espace et un crop-top mesh et métallique. Le tout combiné à des baskets Nike qui rappellent sensiblement les Prada Cloudbust.

2015 : Cheap Ass Weave
Quelques années plus tard, on retrouve Cardi B dans les premières heures d’une célébrité qui deviendra stratosphérique. Après un succès viral sur internet, la jeune rappeuse se paye un spot régulier dans l’émission de téléréalité Love & Hip Hop, et devient rapidement l’une des stars préférées du public.

À l’époque, Cardi B sait déjà quand il est acceptable de radiner et quand il faut cracher la monnaie : « Des chaussures bon marché, une robe bon marché, c’est ok. Mais une coiffure bon marché, c’est ‘non’, » insistait-elle sur le morceau de Lady Leshurr, « Cheap Ass Weave » en 2015. Dans le clip, diffusé en avant-première sur World Star Hip, Cardi est fidèle au look dominant de l’année 2015, avec une combinaison ornée, qui la sort pour pour la première fois de sa zone de confort.

2015 : La rebelle de la fashion week new-yorkaise
Toujours attiré par les personnages hauts en couleur, le fondateur et directeur créatif de Gypsy Sport Rio Uribe tombe amoureux de Cardi B en 2015, et l'extirpe un temps de son royaume de téléréalité pour en faire la star de son défilé. Eh oui, avant de squatter tous les front rows, elle en foulait les podiums, ici dans un « coupé-cousu » corseté bleu et or du plus bel effet.

1569924445404-Screen-Shot-2016-12-23-at-8001

2016 : On passe au luxe
En 2016, à peine un an avant que le single « Bodak Yellow » ne fasse d’elle la star qu’elle est aujourd’hui, Cardi B commence à trouver son rythme de croisière. Et sa garde-robe avec. Au pic de l’année, on estime alors sa fortune à 400 000 dollars et sa réputation de musicienne s’apprête à exploser avec la sortie de sa première mixtape. Sur cette photo – notre look préféré de Cardi en 2016 – elle combine une interminable queue-de-cheval, un manteau Gucci à motifs et des talons Louboutin. La star du rap / icône de la haute couture que le monde attendait.

2017 : L’explosion
Y a-t-il quelque chose de plus iconique que de traverser sa première cérémonie des MTV VMA avec pas une, pas deux, mais trois tenues différentes ? En 2017, alors que le monde entier tombe dans la Cardi Mania, transporté par la puissance de « Bodak Yellow », la rappeuse fait plusieurs statements mode en une seule soirée. D’abord, elle joue son hit durant le concert d’avant cérémonie dans un justaucorps serti de joyaux et des bottes Saint Laurent assorties (pour la modique somme de 10 000$), puis elle foule le tapis rouge dans un costume et une longue cape blanche taillés pour l’occasion par Christian Siriano, avant d’introduire Demi Lovato dans une robe parfaitement blanche agrémentée de plumes roses. 3-en-1, qui dit mieux ?

2017 : Le look Helmut Lang
Alors que « Bodak Yellow » règne sans partage sur le top 100, Cardi navigue la fashion week new-yorkaise en reine, et occupe le premier rang des shows les plus notoires : V Files, Fenty x Puma et Helmut Lang, pour lequel elle lâche un look historique. La rappeuse traverse des masses de fans pour se rendre au défilé, uniquement vêtue d’énormes lunettes de soleil, d’un trench en PVC et de bas résille, son Offset un pas derrière elle. Iconique.

2018 : Cardinal B
À de nombreux égards, Cardi B est devenue la reine d’une mode à la fois drôle, libre et sans gêne. Une réputation largement solidifiée lors du Gala du Met en 2018, lorsqu’elle apparaît sur le tapis rouge du show, dont le thème est inspiré du catholicisme, habillée comme une véritable déité. Supervisée par Jeremy Scott, la fabrication de la robe – qu’elle portait enceinte de 7 mois – a exigé le talent de 35 couturières de Moschino, et pas moins de 2000 heures de travail. La version Cardi B de la « beauté enceinte », portée quelques années auparavant sur le même tapis rouge par une Kim K en Givenchy.

2019 : Magie Mugler
En 2019, la pop culture et le monde de la mode vivent un moment d’osmose lors de la seconde apparition de Cardi B aux Grammy – elle était multi nominée cette année – qui ne porte pas une tenue extravagante réalisée spécialement pour elle mais une pièce phare de l’histoire de la mode. La nuit où elle est devenue la première femme à gagner le trophée du Meilleur Album Rap, Cardi portait ainsi trois pièces d’archives prêtées par le légendaire Manfred Thierry Mugler, acquises par son fidèle styliste Kollin Carter. Personne ne peut le nier : son look emblématique en coquille d’huître rose froncé, agrémenté de colliers de perles et d’une coiffure assortie appartient aux moments les plus mémorables connus par le tapis rouge des Grammys.

2019 : Paris, Fashion Week Printemps/été 2020
Voilà qui nous amène au débarquement surprise de Cardi B dans le calendrier officiel de la Fashion Week parisienne, où elle a fait irruption dans un look too much au possible : habillée en Richard Quinn de la tête aux pieds – masque inclus – attirant l’attention de tous les badauds autour de la Tour Eiffel. « J’ai entendu que vous m’aviez manqué à la Fashion Week de New York » lançait elle dans une vidéo postée sur Instagram. Quelques minutes plus tard, elle déambulait dans la rue en demandant aux passants de surveiller la circulation (« A bitch can’t see ! »). Un pied de nez aux chasseurs de selfies et une porte de sortie idéale à tous ses looks de la saison, rappelant la merveilleuse apparition de J-Lo chez Versace. Pendant le week-end, nous l'avons donc vue assise à côté d’Anna Wintour chez Thom Browne, portant un ensemble matelassé, des lunettes lui donnant l’allure d’une maîtresse d’école ainsi que des talons assortis. Et pour son dernier jour, elle a fait ses premiers pas chez Chanel, vêtue d’une combinaison damiers assortie à son chapeau, doublée d’un manteau pied-de-poule.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.