ce que les photos de luo yang racontent des femmes et de la chine

i-D s’est entretenu avec la photographe Luo Yang, réputée pour ses portraits bruts, à l’occasion de sa première rétrospective qui rassemble dix années d'images.

|
08 janvier 2019, 10:06am

En 2012, dans une interview donnée au New Statesman, l‘éminent artiste Ai Weiwei affirmait sans détour que Luo Yang était « l’une des étoiles montantes de la photographie chinoise ». Depuis, le travail de la jeune artiste est exposé à travers la Chine et l’Europe, acclamé par de nombreux artistes et diffusé dans les publications les plus respectées au monde. À la fin de l’année dernière, Luo était consacrée par la BBC comme l’une des 100 femmes les plus influentes au monde.

La dernière exposition de Luo, sa toute première rétrospective, rassemble une décennie entière d’images. Intitulée GIRLS, elle a pour thème principal le rôle des femmes et de la féminité dans la société chinoise. La photographe y explore les différents modes d'expression de l’identité féminine, du genre et de la sexualité. La rétrospective balance entre les rôles de genres généralement prédéfinis dans les sociétés patriarcales du monde et une perspective unique, spécifique à la Chine. « Chaque photo est importante, représente une époque, un âge, un lieu, et des gens très différents, nous explique Luo. Réunies, elles représentent un état général des femmes en Chine. »

Luo, qui vit et travaille entre Pékin et Shangai, a pu constater à quel point sa Chine natale a changé depuis le début de sa série en 2008. Sa photo couvre un éventail de sujets, d’âges, de vies et d'attentes que l'on voit évoluer au fil des images. « Mes premiers sujets sont nés dans les années 1980, puis dans les années 1990, et même dans les années 2000, poursuit Luo. D’importants changements sont survenus au cours de la dernière décennie. Avant, il était quasiment impossible pour une femme de vivre différemment, l’environnement et les normes traditionnelles étaient trop pesants. Elles sont aujourd'hui de plus en plus indépendantes et ouvertes. Leur maîtrise de leur vie s'est accrue. »

luo yang photographs a girl sat on a bridge

Peux-tu nous en dire un peu plus sur les origines de GIRLS ? Comment la série a-t-elle commencé ?
Tout a commencé quand j’ai eu l’idée de documenter mes propres confusions d'ado perdue. Puis j’ai réalisé que les gens autour de moi partageaient des expériences et des sentiments similaires. Ces sentiments sont très précieux à mes yeux, j’ai donc commencé à les photographier. Cette série s’est développée très naturellement, c’est un témoignage continu de mon évolution et de celle des gens autour de moi.

En 10 ans, est-ce que la « féminité » chinoise a évolué ?
Oui, il y a une énorme différence. Entre les années 1980 et 1990, les femmes s’ouvrent et deviennent de plus en plus indépendantes, il leur est plus facile de suivre le chemin qu’elles ont choisi. Avant ça, elles pouvaient difficilement échapper à leur environnement et au poids des traditions.

Comment la décrirais-tu ?
Je pense qu’elle est douce et fragile, sensible et gentille, mais aussi qu’elle a une ténacité et une rudesse profondément ancrées.

luo yang photographs a mother and child

Dans quelle mesure les opérations de chirurgie esthétique sont répandues en Chine ?
La diffusion d’Internet a entraîné des transformations spectaculaires en Chine. Quand j’ai commencé la série, les gens s’habillaient normalement, portaient des vêtements simples, de tous les jours. Aujourd’hui la mode s’est mondialisée. Les looks et les styles sont bien plus visuels, bien plus exagérés, et il y a aussi beaucoup plus de chirurgie et de maquillage chargé qu’avant.

luo yang photographs a topless girl with a snake

Quels sont les photographes que tu admires et qui t'influencent ?
À vrai dire, je préfère m’inspirer d’un film ou d’autres formes d’art. Globalement, j’apprécie de nombreuses artistes féminines, mais pas forcément une en particulier. Ma mère a une grande influence sur mon travail.

Les réseaux sociaux ont-ils changé ta façon d’aborder la photographie ?
Oui. J’ai découvert l’art et la photo sur les réseaux sociaux, ils ont donc constitué un moyen important d’élargir mon horizon. Ensuite, je me suis mise à partager mon propre travail en ligne et, après avoir reçu des encouragements et des commentaires positifs de gens, c’est devenu un véritable outil de promotion de mon travail. Et un endroit où trouver des modèles.

As-tu étudié la photo à l’université ?
Pas vraiment. J’ai étudié le design graphique à la fac. Cette atmosphère artistique et digitale au cœur de laquelle je me suis retrouvée m’a grandement influencée et a rendu possible mon exploration d’autres formes d’art : c’est ce qui m’a poussée à franchir les limites pour voir plein de choses intéressantes.

luo yang photographs a topless girl lying on a bed

Quel est le défi le plus important que tu aies dû affronter en tant que photographe ?
Briser les normes. Remettre en question les limites du genre, de la géographie et de l’environnement dans son ensemble.

Présentée par Moonduckling et produite par Annette Fausboll, Jean Alexandre Luciani et Julien Favre. La rétrospective des 10 ans de la série GIRLS par la photographe Luo Yang a pour curateurs Chomwan Weeraworawit et RDX Offsite. Pour plus d'informations: moonduckling.com/luo-yang

luo yang photographs a girl naked lying amongst flowers
luo yang photographs a woman smoking in a market
luo yang photographs a woman with her hands in the air

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.