2021 sera-t-elle l'année du jeu vidéo ?

Si 2020 a plombé un peu tous les secteurs, elle a été un game changer positif pour le milieu du jeu vidéo.

par Benoit Palop
|
26 Février 2021, 2:53pm

S’il y a bien un secteur qui se gave depuis le début de la pandémie, c’est sans grande surprise celui du jeu vidéo. Contrairement à une grande majorité des secteurs, les confinements à répétition, couvre-feux et chill-mode à go-go ont généreusement dopé l’industrie qui s’est rapidement retrouvée submergée par la demande. Certes, on retiendra de 2020 ses apéros zoom déguisés en meeting professionnel et ses centaines de commandes Uber Eats, elle sera surtout une année gaming sans précédent. Une année durant laquelle mettre le grappin sur une Switch, un bundle Ring Fit Adventure ou une PS5 pouvait s’avérer super tricky.

Et les chiffres parlent d’eux-mêmes. Selon des statistiques dévoilées par Juniper Research, l’industrie du jeu vidéo aurait généré pas moins de 155 milliards de dollars en 2020 et pourrait continuer sa progression pour passer la barre des 200 milliards en 2023. Une hausse exponentielle due en grande partie aux ventes digitales, aux jeux mobiles et au cloud gaming qui, tranquillement mais sûrement, finiront par avoir raison du support physique.

En tout cas une chose est certaine, les grands bouleversements causés par la covid-culture ont non seulement réconcilié le jeu vidéo avec toutes les générations et profils, mais également définitivement défoncé le stéréotype geek-otaku qu’il véhiculait. Et ça, c’est plutôt cool.

Capture d’écran 2021-02-26 à 15.47.36.png

L’efficacité du gameplay d’Animal Crossing et de Momotaro Dentetsu aura rendu 2020 plus fun.

Bien que Famitsu, média référence pour bien des gamers, place Ghost of Tsushima au top de sa liste, Animal Crossing: New Horizons restera le highlight de 2020 pour de nombreux joueurs à travers le monde. « Le jeu de l'année pour Famitsu n'est qu'une tendance exprimée par les créateurs de jeu qui sont sollicités. » explique Grégoire Hellot, journaliste spécialisé dans le jeu vidéo japonais depuis les années 90, mais aussi directeur de collection de la maison d’édition de manga Kurokawa. « Il s'agit donc avant tout de l'avis d'hommes, cadres supérieurs, qui ont entre 30 et 60 ans pour la plupart. Ce qui ne reflète pas forcément l'avis populaire. Même si on ne peut pas nier le succès de Ghost of Tsushima, il suffit de regarder les réseaux sociaux pour voir que 2020, c’est l’année d’Animal Crossing. » Newbies ou adeptes de la franchise depuis la version N64, les quasi 30 millions de gamers qui sont tombés dans le piège ont approuvé : jouer à ACNH a été l’un des kifs de 2020. Nintendo, revendeurs et Animal Crosseurs, tout le monde y est gagnant dans l’histoire.

Néanmoins, si l’Occident a pu compter sur ACNH pour garder la pêche en 2020, ce n’est pas  tout à fait le cas au Japon par exemple. L’archipel a lui continué d’entretenir son syndrome des Galápagos et son industrie a donc également proposé des titres exclusivement destinés à son propre marché afin de rassasier ses nationaux et de les accompagner durant la pandémie.

Certes moins pesante qu’en France, c'est-à-dire avec des restrictions plus souples, l’année 2020 a toutefois été délicate pour de nombreux Japonais. Cependant, l'insouciance et la légèreté d’une partie de Switch ont contribué à détendre une atmosphère sociale pas toujours évidente. Peu habitués à la vie de famille, mais désireux de respecter les recommandations du gouvernement, la majorité d’entre eux ont joué le (aux) jeu(x). « En matière de gaming, l’effet confinement s'est fait ressentir avec bien entendu les succès d’Animal Crossing, mais aussi de Momotaro Dentetsu. Cette licence surprise que personne n'attendait a vendu plus de 2 millions d'exemplaires en à peine quelques semaines. Ce jeu de plateau familial par excellence prouve bien que même au Japon, les gens avaient besoin de se retrouver et de socialiser. Et ça a bien fonctionné. » Il ajoute.

Capture d’écran 2021-02-26 à 15.50.02.png

2021, l’année de Mario chat. Mais aussi de Bravely Default 2, de Resident Evil 8 et peut être même de Final Fantasy VII Remake part.2

Switch disponible au compte-gouttes et PS5 quasi introuvables. Frustration. « Je pense que cette année sera sans doute celle de la quête des machines pour les gros joueurs. » nous prévient Grégoire tandis que les étals de la FNAC ou autres Micromania ont tendance à mettre des plombes à se réapprovisionner en hardware. Et ce n’est probablement pas l’arrivée de la nouvelle SNK -qui a de toute manière très peu de chances de pointer son nez en dehors de l’archipel nippon- qui changera la donne. Elle sera une console de niche destinée à faire kiffer les deep-gamers fan de franchises telles que The King Of Fighter ou Metal Slug et qui aujourd'hui, hélas, ne sont plus forcément majoritaires. « Elle fera les beaux jours des nostalgiques d'Akihabara, mais pas beaucoup plus je pense. »

En termes de titre, Resident Evil VIII, Guilty Gear Strive, Far Cry 6, New Pokémon Snap et Nier Replicant devraient quant à eux marquer 2021, même si sur le papier, il est fort à parier que le super gagnant sera le tout frais Super Mario 3D World. Certes, le concept de cette mouture n’est pas nouveau, elle est cependant bien plus qu’un simple portage de la version Wii-U. Effectivement, si chaque Mario est servi avec son petit lot de nouveautés qui rendent la franchise infatigable, celui-ci, en plus d’exploiter le processeur de la Switch et d’offrir un level-design plutôt tueur, élargit la panoplie du plombier avec un costume de chat. Au-delà de la mignonnerie, Mario chat propose un éventail de nouvelles actions et de mouvements qui en font dorénavant le plus cool des accoutrements du plombier. Mario Tanuki n’est plus. Tristesse quand même.

Grégoire nous confie toutefois que d'un point de vue personnel, le nouveau RPG de Square Enix, qui a débarqué le 26 février sur Switch, pourrait être son coup de cœur de ce début d’année. « J'attends énormément de Bravely Default 2 car l'équipe de développement a vraiment fait un travail de titan après avoir consulté les commentaires des joueurs du monde entier ayant testé la démo. »

Capture d’écran 2021-02-26 à 15.51.08.png

Breath of The Wild 2 et FF XVI dans les tuyaux. Soyons patients.

Bien que non seulement l’industrie connaisse une période très favorable, mais aussi que de belles sorties soient déjà amorcées, la patience des puristes est mise à rude épreuve. En effet, la situation au ralenti ne cesse de retarder certaines annonces très importantes : Breath of The Wild 2 -qui devrait coïncider avec la sortie de la Switch  Pro-, Final Fantasy VII Remake part.2, et Final Fantasy XVI. Entre autres. Au même titre que l’animé Evangelion 3.0 + 1.0, déjà reporté à plusieurs reprises, la date officielle de disponibilité de ces pépites est encore en suspens.

Une situation agaçante mais qui pourrait être bien pire. « Ce contexte m'embête un peu vu le nombre de grandes sagas qui fêtent un anniversaire symbolique cette année. Zelda, Shining Force, Sonic, etc.» Grégoire conclut. Prenons notre mal en patience, on va y arriver.

Tagged:
jeux vidéos
covid