Sans titre © Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeentemuseum Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

gerard petrus fieret, le photographe le plus marginal des pays-bas, s'expose au bal

Le photographe hollandais, anarchique et dilletante, s'expose à Paris, dès demain : street photography, autoportraits et gent féminine de la Haye dans les sixties – tout y passe. L'occasion plus que méritée d'y faire un tour.

par Malou Briand Rautenberg
|
25 Mai 2016, 9:00am

Sans titre © Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeentemuseum Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

Le photographe hollandais au nom imprononçable et assez méconnu du public français était un homme de l'ombre - d'une part, parce qu'il n'a connu qu'à l'aune des années 2000 le sacre des institutions. Consécration furtive qui ne l'a pas empêché de passer ses derniers instants à errer dans les rues de La Haye, à nourrir et héberger sous son toit les pigeons de sa ville natale. D'autre part parce que son oeuvre prolifique (l'homme a réalisé plus d'un millier de photographies dans les années 1960), s'est toujours attachée à montrer ce qui se dérobe à nos yeux : les accidents du quotidien, la fierté d'un regard comme le désir que génère une rencontre due au hasard, le brouillon du monde. Des femmes, il en a connu plein. La plupart ont fait un saut dans son atelier faiblement éclairé et ont posé devant son objectif. S'il fallait retenir une seule chose, de son oeuvre anarchique et prolixe, c'est l'érotisme qu'y s'en dégage : le photographe a tiré le portrait dénudé d'une grande partie de la gent féminine hollandaise au Praktiflex, sans jamais tout dévoiler. Parfois, il ne gardait que les jambes, la nuque, un dos, une chevelure. Il découpait, recollait et malmenait ses tirages avec beaucoup de frénésie - mais dans toute sa puissance et distordue, la femme se révèle encore insoumise et fière. 

Sans titre © Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeentemuseum Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

Sans titre © Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeentemuseum Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

Sans titre © Gerard P. Fieret, 1965-1975. Gemeentemuseum Den Haag, Courtesy Estate of Gerard Petrus Fieret

À l'image de ce photographe, poète et peintre qu'on connait peu et qui a toujours préféré la marge et l'ombre à la lumière, sa première exposition française au Bal retrace son œuvre atypique en 200 tirages : street photographie, autoportraits, collages, tout y passe. L'occasion de mieux comprendre ce dilettante anarchiste, méconnu sur le territoire. Pour les plus curieux, l'irrévérencieux photographe Antoine d'Agata questionnera le rapport à soi et aux autres dans l'oeuvre du photographe hollandais le 2 juin lors d'un entretien avec la commissaire et directrice du Bal Diane Dufour. L'occasion, plus que méritée d'y faire un tour.

Gerard Pétrus Fiéret, du 26 mai au 28 juillet 2016 au Bal à Paris

Credits


Texte : Malou Briand Rautenberg
Photographie : Gerard Petrus Fieret  

Tagged:
Culture
Photographie
exposition
portfolio
Hollande
Le Bal
gerard petrus fieret