alma jodorowsky est notre shiva française

Actrice, mannequin, claviériste et chanteuse, Alma vient de passer derrière la caméra pour le dernier clip de son groupe, Burning Peacocks. On l'a rencontrée pour savoir à quoi elle se dopait. Réponse : à l'amour.

par i-D Staff
|
30 Mai 2016, 2:20pm

Vous n'avez pas fini d'entendre parler d'Alma Jodorowsky. La jeune actrice, mannequin, égérie Lancôme, est désormais à la tête du duo Burning Peacocks, le groupe qu'elle a monté avec David Baudart en 2014. Il assure les compos, elle écrit les textes et les chante. Mais pas que. C'est elle qui a réalisé leur tout dernier clip, Tears of Lava. Dopée au slow-motion, la caméra ne cesse de tourner autour d'un couple qui se cherche lors d'un premier date. Filmé en clair-obscur, bercé par une pop mélancolique produite par Jean-Benoit Dunckel, l'un des deux cerveaux aux manettes de Air, le clip des Burning Peacocks nous emmène dans une galaxie toute douce, où les néons froids et l'amour sont rois. Rien que pour ça, i-D a eu envie de rencontrer Alma, une fille qui déteste qu'on la mette dans une case mais qui a plein de choses à dire sur la musique, le cinéma et ses premiers dates ratés. 

Vous proposez une pop à la fois douce et mélancolique, cinématographique aussi. Vous la décrivez comment, vous ?
C'est pas évident de l'intérieur! On aime penser qu'on a réussi à faire quelque chose de très sincère et proche de ce qu'on est et de ce qu'on aime. Cette recherche de vérité et de générosité était très importante pour nous.

Ça fait quoi d'être produit par un des membres de Air ?
Ca fait des papillons surexcités dans le ventre! C'était assez inespéré, quand on l'a contacté on y croyait pas. Il a dit ok pour un titre, puis deux, et il a fini par nous dire "Bon on fait l'album, non?". Avoir un musicien si talentueux à la place du producteur était une experience très enrichissante. Il a une approche très singulière de la réalisation, il essaye plein de choses, n'a pas peur de se tromper. C'était génial pour nous, Air est un groupe avec lequel on a grandit, c'était un peu un rêve de gosse. Et d'adulte.

Quel est le meilleur conseil qu'il vous ait donné ?
Jean Benoît philosophe beaucoup en studio, des fois sérieusement mais souvent avec beaucoup d'humour et de second degrés. Le premier jour, il nous a dit qu'il fallait délicatement retirer le voile qu'il y avait sur nos morceaux. Le deuxième, que manger des sushis purifiait le corps.

Vous venez de sortir votre nouveau clip et Alma est passée de l'autre côté de la caméra pour la réaliser. C'est un truc qui te plaît ?
Oui j'adore. C'est la deuxième fois car j'avais déjà réalisé le clip de notre précédent single "Avril". Ca fait longtemps que j'avais envie de réaliser, j'ai plusieurs idées de fictions dans ma tête et dans des carnets. Là c'était un peu l'occasion parfaite car ayant écrit les paroles j'avais une idée très précise de ce que je voulais mettre en scène depuis longtemps. Quand on est en studio et que ce n'est pas moi qui suis dans la cabine, j'écris souvent des idées de clips en m'inspirant de la musique qu'on enregistre. C'est très jouissif.

C'est important pour vous de travailler à la retranscription visuelle de vos titres ?
Aujourd'hui, le clip est devenu un des moyens les plus efficaces pour partager sa musique. C'est presque essentiel. Nous ça nous plait car lorsqu'on compose, l'imaginaire visuel n'est jamais loin, on aime s'échanger des images, des films... On envisage les différentes formes d'art comme connectées et on aime poursuivre la création musicale dans l'image, utiliser un autre de nos sens pour découvrir nos morceaux.

Dans votre dernier clip, vous déroulez la soirée ratée d'un couple. Quel est votre pire souvenir de date raté ?
Un petit concert privé pour une marque dont on ne prononcera pas le nom... On a clairement joué devant trois personnes: l'organisateur de l'évènement, un pote et un photographe! Tous les autres étaient au buffet de petits fours dos à nous... C'était assez hard. Heureusement, il y avait du champagne!

Air, la réalisation, le jeu, ton grand-père Alma… Le cinéma semble faire partie intégrante de votre groupe…
Oui, on est tous les deux cinéphiles et on a toujours fait des liens entre les univers musicaux et cinématographique. Avant même de sortir l'EP en 2014 on avait fait une reprise d'une chanson de Peau d'Ane de Jacques Demy dont on est fan. 

Alma de ton côté, tu es aussi actrice et égérie. C'est important pour toi de cumuler les casquettes ?
Je crois que mon éducation m'a permis d'être autonome assez tôt et surtout très libre. Je n'ai jamais eu l'impression de devoir faire un choix dans l'expression artistique. J'aime jouer depuis toute petite, c'est sur ça que j'ai le plus travaillé. Mais la musique m'a toujours passionnée, presque tous mes amis sont d'ailleurs musiciens. Alors quand David m'a proposé il y a bientôt quatre ans de monter ce petit groupe avec lui je ne me suis pas posé la question. Après ça a avancé de manière assez naturelle, en vivant les choses au jour le jour mais en se donnant à fond! Quand on a la chance de vivre de sa passion, il faut en profiter!

Si vous aviez le pouvoir de changer une chose au monde, ce serait quoi ?
Interdire l'utilisation abusive d'Autotune. 

Tagged:
Musique
burning peacocks
interview musique
alma jodorowski
tears of lava