des vidéos d'archives ressuscitent le mythe avedon

À New York, l'exposition "Richard Avedon — Moving Image" présente des vidéos inédites du grand photographe au travail aux côtés de Kate Moss, Brooke Shields et Veruschka von Lehndorff.

|
sept. 9 2016, 1:20pm

James King for CKbe, 1996

Les publicités Calvin Klein ont presque toujours fait scandale. Parmi les plus connues : la campagne "Calvin Klein jeans" signée Steven Meisel, mettant à l'honneur des ados à moitié dénudés, les photos-choc d'Herb Ritts, où Marky Mark tout en musculature posant aux côtés de la toute jeune Kate Moss et surtout, celle de l'irrévérencieux photographe Richard Avedon, shootant Brooke Shileds à tout juste 15 ans. "Qu'est-ce qui me sépare de mon Calvin?" demande-t-elle face caméra. "Rien." Richard Avedon était audacieux, scandaleux, même. Obsédé par l'idée maitresse de capturer l'aura de chacun de ses modèles (même les plus juvéniles), le photographe a donné au monde de la pub et ses spectateurs, ce que personne jusque là n'avait osé faire : du cru.

L'exposition Richard Avedon — Moving Image le prouve aujourd'hui en présentant des vidéos de casting inédites pour Calvin Klein entre les années 1980 et 90. C'est donc à travers ces quelques archives qu'on découvre ce grand homme au travail. Il parlait à ses jeunes modèles pendant des heures, pour les comprendre et appréhender avec le plus d'intimité possible leur personnalité. On y voit Kate Moss, encore adolescente, confier au photographe à quel point elle ne se reconnaît pas dans la glace et la très jeune James King, avant sa rehab, qui évoque le suicide d'un ami proche. On retrouve également Cecilia Dean à l'écran, qui se remémore sa première campagne pour Shisheido qu'Avedon devait shooter, et le thé qu'elle a pris chez lui, dans son salon, parce qu'on lui avait demandé de le rencontrer avant le shooting mais sans vraiment comprendre pourquoi il lui fallait accomplir ce rituel.

Richard Avedon Moving Image: Jun Ropé with Lauren Hutton from Visionaireworld on Vimeo.

Les vidéos Calvin Klein ne représentent qu'une petite partie de l'exposition - et une seule pièce. Il est néanmoins difficile de s'en détacher - d'autant plus que des dizaines de coussins, inspirés des publicités qu'Avedon réalisait dans les nineties pour Versace Home, ornent le sol et invitent à la contemplation. Un peu plus loin, une série de petits films, particulièrement amusants et commissionnés par la marque japonais Jun Ropé, sacrent Jean Shrimpton, Lauren Hutton et Veruschka von Lehndorff — de grandes figures féminines aux personnalités fortes et divergentes — rend ses lettres de noblesse à l'humour mordant d'Avedon. Le photographe avait en effet imaginé des scénarios ubuesques pour chacune de ses mannequins : la publicité se ferme sur Angelica Huston qui embrasse goulument son double dans une séquence aussi absurde qu'esthétisante. Rien de tel pour célébrer le talent inégalé du photographe disparu en 2004.

Richard Avedon: Moving Image jusqu'au 30 Septembre 2016 à la Cadillac House, 330 Hudson Street.

Credits


Texte : Hannah Ongley
Photos and videos courtesy of The Richard Avedon Foundation