le saviez-vous ? kanye west n'a pas le droit de prendre sa retraite

C'est en tout cas ce que stipule son contrat surréaliste avec le label EMI, qu'il attaque en justice pour retrouver « sa liberté artistique ».

par Antoine Mbemba
|
06 Mars 2019, 12:26pm

Ça faisait un moment que Kanye West n’avait pas fait la une, et sincèrement ça nous manquait. Bien entendu, on aurait préféré l’annonce d’une date de sortie pour Yandhi, son nouvel album d’abord censé sortir le 29 septembre 2018, puis le 23 novembre 2018 et puis plus rien, mais on fera avec ce qu’on a.

L’année passée a été sacrément mouvementée pour Ye. Deux albums plutôt réussis (dont un collaboratif avec Kid Cudi) ; la production de trois autres (dont le déjà classique Daytona de Pusha T) ; des discussions sur sa bipolarité, son addiction aux opioïdes et sa dépression nerveuse de 2016 ; une utilisation de Twitter toujours plus erratique ; les rapports malaisants et fluctuants avec Trump ; les feux de camp dans le Wyoming ; l’embrouille avec Drake, celle avec la famille de Whitney Houston et les propos lunaires sur l’esclavage… Bref, en 2019, Yeezy a grand besoin de se reposer et se recentrer.

Sauf que, l’année à peine entamée, le rappeur se voit déjà embarqué dans une bataille judiciaire qui s’annonce complexe. La cible ? Son label EMI avec qui il est en procès depuis le mois de janvier. Nous ne savions pas pourquoi, jusqu’à ce que The Hollywood Reporter mette la main sur l’accord signé, en 2003, par les deux parties. Apparemment, le label interdit contractuellement au rappeur de prendre sa retraite ou ne serait-ce qu’interrompre un temps sa carrière.

« Vous devrez […] rester activement impliqué dans l’écriture, l’enregistrement et la production de compositions et d’albums, en tant qu’activité principale, indique le contrat. À aucun moment durant le mandat, vous ne chercherez à prendre votre retraite comme auteur-compositeur, artiste ou producteur, ni ne prendrez de pause durant laquelle vous arrêteriez d’alimenter votre carrière musicale tel que vous l’avez fait jusqu’à maintenant. »

Kanye veut donc « retrouver sa liberté », et ses avocats se basent sur une loi californienne qui interdit d’employer quelqu’un pour une prestation de services pendant plus de sept ans. Le contrat, signé en 2003, serait donc caduc depuis 2010. Tous les albums sortis depuis (dont le superbe My Beautiful Dark Twisted Fantasy,) appartiendraient donc à Ye, qui accuse le label d’avoir illégalement fait des millions sur son dos depuis que l’accord est nul. EMI affirme que la loi californienne n’est pas applicable dans ce cas, et que le procès devra donc se tenir en cour fédérale. En gros, ça va durer un moment. On pourrait légitimement s’amuser de la situation : voir Kanye tenter de regagner sa liberté, lui qui parlait l’an dernier de l’esclavage comme d'un choix. Mais dans un combat entre un gros label et un artiste, notre camp est généralement vite choisi.

Go Ye.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
kanye west
JUSTICE
EMI
Label
procès