lady gaga a changé le monde, la preuve par dix

De la robe viande à #metoo, Gaga n'a cessé de mettre le feu à la pop.

|
avr. 13 2018, 9:31am

Il y a 10 ans, Lady Gaga sortait son premier single, « Just Dance » et la pop culture allait en sortir changée à tout jamais. Avec ses hits imparables « Bad Romance », « Telephone », « Poker Face », « Born This Way » et « Paparazzi, la diva s’est assurée une place au panthéon des icônes de la pop. De la club girl new-yorkaise au nœud papillon en passant par la femme en robe viande, personne n’avait fait autant parlé, réveillé les controverses et flouté les limites de la pop, de l’art et de la mode à ce point. Alors pour célébrer une décennie de règne de Mother Monster, voilà comment Lady Gaga a changé le monde, en dix points.

1. Elle a traité la musique comme de l’art
Pour comprendre l’ampleur de l’impact de Lady Gaga sur la musique pop, il faut d’abord se rappeler à quel point le genre était ennuyeux en 2008. À l'époque, la montée en puissance des stars de la téléréalité et l’avènement des blogs à ragots finissaient de saper tout l’aspect énigmatique de la célébrité. La pop, qui avait accueilli de merveilleux weirdos pendant un temps, subissait la même malédiction. Au lieu d'être la terre d’accueil des paillettes et de spectacles grandioses, elle semblait apathique. Heureusement, au milieu de tout ça, il y avait Gaga : une perle rare.

Non seulement ses chansons étaient géniales, mais en plus, elles charriaient un récit totalement méta, une exploration des à-côtés de la célébrité tendant vers une vision wharolienne de la gloire. Il y avait des perruques, des concepts, des costumes et des visuels extravagants ; des morceaux méticuleusement produits aux paroles intelligentes. Et au centre, une chanteuse avec un ardent désir de réussite. Voir une pop star refusant catégoriquement de compromettre sa créativité et son esthétique avait déjà quelque chose de grisant en soi. Gaga était là pour mettre un grand coup dans le derrière de la pop. Et elle n'a jamais cessé de le faire.

2. Elle a rendu à la pop toute sa mythologie
À l'origine, ce qui était initialement excitant avec Lady Gaga, c’est qu’il était impossible de dissocier l’artiste de la personne. Dans la veine de Madonna, Michael Jackson ou David Bowie, elle imposait une histoire personnelle qui résistait à n'importe quelle interprétation. Sa vie, disait-elle, était une performance artistique. Qu’elle soit une banale New Yorkaise fan de théâtre ou qu’elle vienne de la planète G.O.A.T comme elle l’affirmait dans le clip de « Born This Way » présentait finalement peu d'intérêt. La vérité, c’était la version d’elle-même qu’elle offrait au public, au moment où elle la livrait. Sa candeur ou son manque de naïveté, a directement infusé son œuvre, avec des vidéos comme « Marry The Night » où elle revient sur son voyage épineux jusqu’au statut de superstar.

3. Son live de « Paparazzi » aux Video Music Awards de 2009
En moins de 4 minutes, grâce à des visuels et une chorégraphie précise, Gaga est parvenue à dessiner un conte magnifiquement fataliste sur la célébrité avec une détermination à faire trembler son public. La performance prend réellement vie dans les 30 dernières secondes alors qu’elle court au milieu de la scène, du sang sur le corps. Quand le live se termine, elle se retrouve accrochée dans les airs, les yeux vitreux, du sang sur le visage. Une performance qui restera gravée dans le marbre pour sa brillante leçon de pop conceptuelle - et de théâtre.

4. L’EP Fame Monster est la preuve que la pop peut être parfaite
Pour la ré-réédition de son premier album, Lady Gaga a distillé tous les ingrédients de son travail en 8 chansons merveilleusement dérangées. Avec les beats industriels et les élans gothiques de « Bad Romance », Gaga ouvrait la voie à un démon hitchckockien bourré de mélancolie et de paranoïa. Sur « Alejandro », elle mélangeait au mixeur ABBA et Ace of Base, tandis que « Monster » et « Teeth » faisaient office de sommets horrifiques. « Telephone » était la fusion parfaite de deux stars incontournables de la pop. Sans parler de « Dance in the Dark », chanson baignée de menace, de peur et d’insécurité. Impérial.

5. La robe viande
Portée par Gaga aux MTV Video Music Awards en 2010, la « robe viande » est si célèbre qu’elle a sa propre page Wikipedia. Designée par Franc Fernandez et stylisée par Nicola Formichetti, la robe était un véritable aveu de l’intrépidité de Gaga par rapport à la mode et sa capacité d'en faire un moyen d'exprimer ses idéaux politiques. Après cette soirée qui fit grand bruit, elle expliquait son intention première à Ellen DeGeneres, arguant que la robe était une manière de s’élever contre la règle américaine « Don’t Ask, Don’t Tell » empêchant les gays, lesbiennes et bisexuels engagés dans l’armée de dévoiler leur sexualité. La robe viande a depuis été préservée, gardée pour la postérité, et c’est très bien comme ça.

6. Son soutien à la communauté LGBTQ
Si le fait qu’une pop star soutienne la communauté LGBTQ n’avait rien de nouveau en soi, il n’y a jamais eu, ou presque, de voix aussi forte et affirmée que celle de Lady Gaga en faveur des queers. Tout au long de sa carrière, elle s’est activement exprimée contre les lois anti-gays et a fait campagne en 2010 contre la clause « Don’t Ask, Don’t Tell » avec un discours fort et plein d'empathie. Après la fusillade du club Pulse d’Orlando en 2016, pendant une veillée à New York, Gaga lisait à voix haute les noms des 49 victimes tuées ce soir-là. Elle a même lancé sa propre organisation caritative, The Born This Way Foundation, pour combattre le harcèlement et l’abandon.

7. Le pouvoir de « Born This Way »
Peu importe ce que vous pensez de la musique de Gaga, sortir un morceau comme « Born This Way » en 2011 c’est prendre un risque incroyable. Nous avions là une pop star au sommet de son œuvre, prête à tout mettre en branle pour soutenir les minorités et la communauté LGBTQ. Il est facile d’être cynique en évoquant les engagements des pop stars, mais le message d’égalité de « Born This Way » a quelque chose de tellement sincère qu’au-delà de la production millimétrée et du clip conceptuel, Gaga est parvenue à livrer quelque chose d’authentique. Et même si l’on met de côté la « politique » de ce morceau, avec « Born This Way », Gaga a aidé un tas de jeunes LGBTQ du monde entier et donné un gros coup de boost mainstream au combat pour l'égalité.

8. Ses Little Monsters
La manière qu’ont les artistes d’interagir avec leurs fans a radicalement changé quand Lady Gaga a donné naissance à ses « Little Monsters ». Fini le gouffre entre ceux qui consomment la musique et les artistes qui la font : à la place, Gaga tisse une relation personnelle avec certains de ses fans, leur envoyant des messages, les couvant. En retour, ses fans l’élèvent au véritable statut de déesse ; être un fan de Gaga devient une religion. Mais être un Little Monsters offre aussi un moyen de se rassembler, de donner aux weirdos et aux marginaux une forme d’appartenance rassurante, sous la protection de la toute-puissante Mother Monster. Les communautés de fans n’ont plus jamais interagi de la même manière depuis.

8bis. Son album Artpop peut avoir plein de significations
Décrit comme une « expérience wharolienne inversée », Artpop est une aventure osée, l'exploration d’un genre pop irrévérencieux et ludique. Mais c’est une aventure à la satisfaction malheureusement un peu faible. Ceci dit, la dérision qui a visé l’album passe peut-être à côté de son message, qui tente d’extirper le mythe et la performance du personnage de Lady Gaga. On passe de métaphores appuyées sur l’art et la pop à des confessions rares sur les tendances narcissiques et parasites de la célébrité, la prise de drogue ou les agressions sexuelles. Artpop est la première phase du démantèlement de Lady Gaga telle qu’on la connaissait jusque-là.

9. Joanne a aidé à légitimer la montée de la pop « roots »
Avant que Justin Timberlake n’aille se perdre dans les bois et que Kylie Minogue ne visite Dollywood, Lady Gaga et Mark Ronson ont concocté un album Americana aussi personnel que performatif. Si Gaga a souvent répété que l’album présentait son personnage le plus authentique, Joanne, comme Artpop avant lui, reste malgré tout hautement ludique et aventureux. On n’est jamais vraiment sûrs de ce qui relève de la façade et de ce qui est sincère. Si sa vie est une performance artistique, comme elle l’affirmait avec force au début de sa carrière, le contenu de Joanne peut être analysé comme un simulacre bien ficelé. Mais peu importe la sincérité de l’opus, l’intriguant Joanne a marqué un tournant, participant largement à l’avènement d’une pop « roots » et « back-to-basics ».

10. Elle a inspiré bien au-delà de la pop
Comme pour Madonna, Janet Jackson, Britney et Beyoncé, l’impact de Lady Gaga sur la pop culture ces 10 dernières années semble voué à durer pour l'éternité. Mais pour bien comprendre jusqu’où son influence est allée, voici où vous devez regarder : en 2012, après que des chercheurs de la Duke University aient découvert deux nouvelles espèces de fougères, ils décidaient de leur donner le nom de Gaga herself. Une preuve supplémentaire que les pouvoirs de Mother Monster ne connaissent aucune limite.

Cet article a été initialement publié dans i-D UK.