Patrick D. Pagnano, le photojournaliste italo-américain qui est tombé amoureux de New York dans les années 1980

Kari, l'épouse de Patrick D. Pagnano, évoque le travail personnel et charmant de feu son mari, dont l’objectif était toujours tourné vers les rues de Manhattan.

par Miss Rosen
|
31 Août 2021, 11:30am

"J'allais commencer mon récit par une déclaration sur le temps passé, mais le téléphone a sonné", a écrit le photographe italo-américain Patrick D. Pagnano (1947-2018) dans son carnet le 16 avril 1974, six semaines seulement après que lui et sa femme, Kari, soient arrivés à New York pour leur lune de miel. 

Après avoir passé leur première semaine au Times Square Motor Lodge, Pat et Kari ont trouvé un appartement douillet sur Thompson Street, au cœur de Greenwich Village, qui abritait alors l'effervescente communauté italo-américaine. "Il adorait le quartier", dit Kari. "Les dames italiennes de notre immeuble descendaient des chaises pour s'asseoir sur le perron. Il y avait un certain personnages liés à la mafia dont nous aimions toujours parler. Il y avait un type sur le bloc d’après, sur Sullivan Street, qui se promenait toujours sur le trottoir en peignoir." 

Pat était dans son élément. "L'immeuble dans lequel nous vivons est quasi composé uniquement d'Italiens", écrit-il dans son carnet. "Le dimanche, on peut sentir l'ail et la tomate qui flottent du premier au sixième étage." Sans aucun doute, l'odeur de la nourriture italienne évoquait des souvenirs d'enfance. Italo-Américain de deuxième génération, Pat a été élevé dans un foyer multigénérationnel du South Side de Chicago dans les années 1950 et 1960. 

twin girls in matching outfits sit either side of a car
Twins, New York City, 1970s

Sa famille a été confrontée aux horreurs de la "rénovation urbaine" à deux reprises lors de la jeunesse de Pat : d'abord lorsque le gouvernement a saisi le magasin de son père pour construire les tristement célèbres cités de Cabrini-Green, dans lesquelles le film Candymana été tourné, puis une seconde fois lorsque la maison familiale a été rasée pour construire l'université de l'Illinois à Chicago. Ces expériences ont façonné les perspectives de Pat, qui a développé un sens aigu de la solidarité avec la classe ouvrière. 

Après avoir découvert la photographie alors qu'il étudiait au Columbia College de Chicago au début des années 1970, Pat a réalisé qu'il avait trouvé le moyen idéal de s'engager dans le monde et de s'exprimer. Après avoir visité New York, Pat est tombé amoureux de l'énergie chaotique et libre de la ville et a décidé qu'il était temps de poursuivre son rêve et devenir un photojournaliste professionnel, mais, comme beaucoup de nouveaux arrivants, Pat a eu du mal à démarrer. "C'est une très grande ville. Je me suis arrêté et j'ai regardé tous les grands bâtiments, la circulation et les gens - dont la plupart étaient d'origine latine. À ce moment-là, j'ai ressenti mon insignifiance, un peu de peur aussi pour couronner le tout", écrit Pat à propos d'une balade sur la 14e rue. 

"Je me sens toujours très insignifiant. Presque tous les jours, je sors pour montrer mon travail aux gens, sans résultat positif. La plupart des gens agissent plutôt positivement, d'autres plutôt passivement - vous savez, comme s'ils vous rendaient service….. Tout ce que je peux faire, c'est souhaiter un peu d'aide, les factures commencent à arriver et je me sens mal de mettre toute la charge sur Kari. C'est une femme très bien et bien plus que je ne le mérite. J'espère qu'elle continuera à me soutenir."

two young men with afro hair and crossed arms standing resting against a pillar
Two Guys, New York City, 1970s

En effet, c'est ce qu'elle a fait, devenant ce que Kari décrit comme "sa critique la plus sévère et son plus grand soutien" pendant 44 ans. Bien que les premiers mois de Pat à New York aient été difficiles, il a rapidement trouvé du travail en tant que photojournaliste indépendant pendant les dernières années de l'âge d'or de la presse écrite. 

Comme beaucoup de photographes qui travaillent, Pat a toujours trouvé du temps pour son propre art : la photographie de rue, le joyeux refuge du flâneur, qui prend plaisir à être parmi les gens et à les observer avec son appareil. Au milieu des fréquences intenses et frénétiques de la rue, Pat a repéré de tendres moments de poésie et de bonheur, des scènes sublimes de la vie quotidienne que lui seul s'est arrêté pour apprécier. À l'instar de son idole, Henri Cartier-Bresson, qui observait que "chaque image, chaque moment de danse, présente un lien émotionnel entre les gens", Pat réalisait des photographies avec une grâce sans effort. 

"Le week-end, nous allions nous promener de notre appartement à Central Park, et Pat le faisait avec fluidité", raconte Kari. "Il tenait l'appareil photo dans sa main pour qu'il devienne une partie de sa main. Il s'arrêtait rarement. Il voyait quelqu'un qui l'intéressait et se déplaçait si vite qu'il ne le remarquait pas. Il était très doux."

a woman walking down the street with a low cut top and a heart tattoo visible on her chest
Heart Tattoo, Fifth Avenue, 1980

En 2002, Pat publie son premier livre, Shot on the Street, aboutissement d'un travail né du désir et du besoin. "J'ai essayé de découvrir quel est et où est mon petit créneau dans la photographie", écrit-il. "Il faut généralement faire des efforts pour me lancer, mais une fois que j'y suis, je me sens bien". 

Une semaine plus tard, Pat décrit les événements de la journée, écrivant : "J'ai terminé mon séjour par une excursion à la Statue de la Liberté. C'était une promenade paisible en bateau ; cela ressemblait presque à un pèlerinage pour la liberté, à la hauteur de la couronne après mes expériences précédentes. Je commence à aimer ma solitude, elle me donne une réelle compréhension du monde qui m'entoure." 

Le livre des photographies " Empire Roller Disco " de Patrick D. Pagnano sera publié par Anthology en 2022. 

two men and a woman sit on chairs in the sun
East Village, NYC, 1983
a young man sits with his legs up on a stool, reading a newspaper at the counter of a restaurant
Lunch Counter, New York City, 1970s
four men in similar outfits in front of large boxes with wires hanging out
Four Guys Setting Up, NYC, Early 1970s
two women walking on the street, one to the left wearing cowboy boots and a white skirt
Fashion on Fifth, NYC, 1987
a man in a blue jacket and red scarf holds his hand to his mouth
Man with Red Scarf, Fifth Ave, 1986

Crédits


All images © Patrick D. Pagnano

Tagged:
New York
80's
photographie de rue