La vie d’Ari Marcopoulos en photos

En prévision de la sortie de son dernier projet en date, deux volumes de Polaroïds jamais publiés représentant des skaters dans les années 1990, Ari Marcopoulos revient sur dix de ses images favorites.

par Ryan White
|
16 Juillet 2020, 9:31am

« C’est l’appareil en lui-même qui m’a intéressé dans la photographie », explique Ari Marcopoulos, « je pensais que c’était un instrument magique. Maintenant je le vois plutôt comme un outil ». Né aux Pays-Bas, Ari a déménagé à New York au début des années 1980 et s’est vite retrouvé à travailler pour les plus grands noms de la scène artistique de Downtown : d’abord comme assistant d’Andy Warhol pour ses prints, puis plus tard Irving Penn avec sa photographie. Jean-Michel Basquiat et Keith Haring comptent parmi ses premiers sujets.

La vie d’Ari en photographie commence au début des années 1990. C’est à ce moment là qu’il trouve les sujets et les scènes qui constitueront le fil rouge de sa pratique : la scène hip-hop montante et les skaters des côtés Est et Ouest. Son dernier livre, qui rend hommage à ces derniers, est une collection de Polaroïds jamais publiés qui se compose en deux volumes : Polaroids 92-95 (CA) et Polaroids 92-95 (NY). « J’ai remarqué cette boite faite à la main, et je l’ai ouverte pour découvrir des Polaroïds de cette période où je trainais et photographiais des skaters. La plupart d’entre eux sont devenus mes amis pour la vie. Cela avait du sens de les prendre en photo à cette époque, c’était une scène vraiment géniale. Un groupe de gamins incroyables, libérés de toute forme de préjudice ».

Considéré aujourd’hui comme l’un des photographes les plus importants de sa génération, Ari a tourné son objectif vers des musiciens, des mannequins, des acteurs, etc. en les traitant tous avec le même respect et le même style. Mais en revenant sur ses années de travail, il a remarqué quelques changements subtils : « Je vois quand et comment je suis devenu plus volontaire et plus libre en même temps, quand j’ai gagné en confiance et quand je me suis libéré de ce que pensait les autres de mon travail ». Il revient ici sur certaines de ses photographies les plus essentielles.

ari marcopolous photography

1. Portrait de David Hammons, photographié dans son studio de Harlem, sur la 125ème rue. Début 1990. Que puis-je dire ? Jetez un oeil à son travail et vous comprendrez pourquoi j’ai choisi cette photo.

ari marcopolous photography

2. Keith Hufnagel regardant vers la rampe de sortie de la Brooklyn Banks car il s’apprête à sauter sur la chaussée depuis le mur, tout en évitant de se faire renverser. Il porte un T-shirt avec mon portrait de Basquiat.

ari marcopolous photography

3. Harold Hunter aux Banks. J’aimais Harold, bonne énergie, bon sens de l’humour, bon skater. Bon en tout point.

ari marcopolous photography

4. L’artiste Barry McGee à Bolinas, en Californie. Nous avions trouvé cette paire de lunettes fumées, et nous avions décidé de jouer au baseball avec nos enfants ; le batteur devait toujours porter ces lunettes.

ari marcopolous photography

5. Deux pompiers à Abruzzo en Italie, après le tremblement de terre. Je voyageais et je suis tombé sur ces deux gars qui s’occupaient de tout. La région était dévastée, c’était un voyage éprouvant.

ari marcopolous photography

6. Un portrait que j’ai pris au Conrad McRae Youth League Tournament. Un autre livre sort cet été avec Roma Publications sur ce sujet. J’y suis allé pendant six étés pour prendre des photos car j’adore le basket, et le tournoi a lieu juste derrière mon appartement de Flatbush Avenue.

ari marcopolous photography

7. Ma femme avait sorti cette moitié d’orange pour les oiseaux. J’aime à croire qu’elle l’avait laissée là pour que je prenne cette nature morte.

ari marcopolous photography

8. Le jardin d’un endroit où j’ai passé beaucoup de temps pendant le confinement.

ari marcopolous photography

9. Wholefoods barricadé. On tombe malade et on a faim dans le pays le plus riche du monde.

ari marcopolous photography

10. Black Lives Matter. Écrit avec les cendres et le verre brisé d’une voiture de police carbonisée à Fort Greene Brooklyn. Ce monument reste inchangé depuis des semaines maintenant. Car à Brooklyn, nous savons que les Black Lives Matter.

Polaroids 92-95 (CA) et Polaroids 92-95 (NY) de Ari Marcopoulos sont publiés par Dashwood Books et disponibles en pré-commande.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.

Crédits


All images courtesy Ari Marcopolous

Tagged:
Culture
Ari Marcopoulos
my life in photos