À la recherche des masques désirables du futur

Alors que se couvrir le visage devient obligatoire à travers le monde, des designers travaillent à rendre cet équipement de protection plus facile à porter.

par Laura Pitcher
|
27 Mai 2020, 8:00am

Photo courtesy of Yi Fei.

De Berlin à New York, les masques ne sont plus seulement un signe de respect de la santé de tous, mais ils deviennent progressivement obligatoires en cette période de pandémie mondiale. Pour cette raison, ont déjà commencé des conversations sur le futur de ces protections faciales ainsi que sur la manière de produire des solutions plus sures pour le plus grand nombre. Certains penchent pour le masque de protection transparent pour limiter la propagation du coronavirus alors que les restrictions du confinement s’adoucissent progressivement dans le monde.

Ce rapport, publié par The Journal of the American Medical Association, suggère que des entreprises comme Apple ou Nike ont déjà commencé à produire des masques de protection. C’est également le cas de designers émergents, qui commencent à imaginer le masque pour l’industrie du luxe, et ainsi essayer de rendre ce qu’on appelle les équipements de protection personnelle plus facile à porter. Depuis qu’une étude sur l’exposition au virus par inhalation a montré que les masques faciaux réduisent l’exposition de 96% (lorsque porté par un professionnel de santé à 45 centimètres de projection), on comprend pourquoi. Il est néanmoins nécessaire de prendre en considération toutes les études avant de passer définitivement des simples masques aux masques de protection faciale. Et surtout de toujours écouter les conseils des médecins.

L’un de ces designers est Joe Doucet, président de Joe Doucet x Partners à New York qui a posté un aperçu de ce que serait son masque de protection à la fin du mois dernier sur Instagram. Le design assez chic, existentiel, et le masque de protection est porté comme on porte des lunettes de soleil. Il couvre complètement le visage grâce à sa structure semi-transparente. Avec sa production déjà en cours « soutenue par un partenaire important », il ne nous reste plus beaucoup de temps à attendre pour qu’existe un marché du masque protecteur de luxe. La question que Doucet s’est posé est « Comment encourager l’adoption en masse d’une nouvelle nécessité dont personne ne veut ». La réponse semble être la portabilité.

face-shield-by-joe-doucet
Photo courtesy of Joe Doucet.

« Il n’y a aucun précédent pour l’adoption de masse d’un masque protecteur en dehors de la communauté médicale. Voilà pourquoi j’ai choisi d’adapter des comportements existants lorsque l’on sort. Il nous arrive déjà de mettre des lunettes de soleil. Pensez-y comme des lunettes plutôt que comme un masque protecteur. » explique Doucet. Ces lunettes de soleil adaptées auront un revêtement anti-buée et seront faites en polycarbonate, le même matériau que les lunettes traditionnelles. Doucet travaille à pouvoir les rendre disponible à un prix réduit pour les rendre accessible « à autant de gens que possible ».

En plus de l’espoir d’une accessibilité répandue, le designer taïwanais Yi Fei Chen espère que sa proposition de masque protecteur augmentera notre degré d’acceptation. « Les sociétés occidentales accordent de la valeur à l’expression personnelle et individuelle à travers la mode. La transparence du masque que je propose constitue une alternative pour limiter les différences culturelles dans les pays occidentaux » explique-t-elle. Chen a volontairement pris en compte les technologies de reconnaissance faciale, comme celle qui permet de déverrouiller son téléphone, comme argument en faveur de la transparence de son masque.

Actuellement au Pays-Bas, Chen a commencé à travailler sur sa proposition juste après l’apparition de l’épidémie en Europe. « Je viens de Taiwan, un pays qui a connu plusieurs pandémies comme le SARS ou le H1N1. Ces masques sont utilisés par tout le monde, pas seulement les malades, et je ne comprenais pas pourquoi les occidentaux semblaient avoir tant de mal à porter des masques ». Elle décrit l’acceptation culturelle comme l’une de ses premières priorités avant la sécurité maximale en admettant qu’il est difficile d’assurer un produit à 100% de sureté, considérant que cela dépend de la manière dont le produit est utilisé. C’est pourquoi Chen prévoit d’accompagner son produit d’un mode d’emploi « avec les étapes les plus claires pour garder une routine d’hygiène ».

face-shield-by-joe-doucet
Photo courtesy of Joe Doucet.

Pour Eleanor J. Murray, professeure assistante en épidémiologie à l’Université de Boston, l’une des ses plus grandes frayeurs lorsqu’il est question des masques de protection de designers est la suivante « il est probable qu’ils n’arrêtent pas le mouvement des gouttelettes dans l’air mais plutôt qu’ils changent leurs directions ». Saskia Popescu, épidémiologiste et spécialisée en maladies infectieuses, partage une même crainte : « Pour le moment, nous n’avons pas encore assez de données pour encourager le passage des masques simples aux masques protecteurs, la conversation devient de plus en plus présente, mais à la fin, nous avons besoin d’en étudier la protection et d’en comprendre les bénéfices et les risques avant d’adopter cette solution ».

Popescu voit également beaucoup de manières dont les masques protecteurs pourraient avoir des bénéfices, y compris la possibilité d’être réutilisés et le fait qu’ils permettent de lire sur les lèvres. « Je pense que la pandémie de la COVID-19 a mis en lumière les problèmes systématiques que nous avons avec les équipements de protection personnelle comme la durabilité, la fabrication ou les modes de fourniture. Les masques de protection deviennent un sujet de conversation car les stocks de masques traditionnels sont limités et que l’on peut utiliser ces masques qu’un nombre limité de fois. Puisque les yeux peuvent aussi être des vecteurs d’exposition aux microbes, les masques protecteurs qui couvrent les yeux peuvent offrir une protection intéressante ».

Comme les deux spécialistes le rappellent, les masques protecteurs ne sont pas encore recommandés comme remplacement aux masques traditionnels, mais il est clair que la conversation sur la manière d’améliorer la portabilité des équipements de protection personnelle est en cours. Alors que des designers autour du monde continue d’être créatif dans leurs recherches de solutions, une vision à la Black Mirror de rues emplies de masques protecteurs futuristiques ne semblent pas être si loin de nous.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.

Tagged:
shields
Joe Doucet
masques
COVID-19
yi fei