Vault by Vans x L'Art De L'Automobile : les rouages d'une collaboration réussie

i-D a rencontré Arthur Kar, fondateur de L'Art de L'Automobile, pour découvrir en exclusivité sa nouvelle collaboration avec Vans. L’occasion de parler storytelling, création d’une marque lifestyle et pourquoi l’automobile ne se démodera jamais.

par Claire Thomson-Jonville
|
18 Février 2022, 9:11am

Claire Thomson-Jonville : C'est ta deuxième collaboration avec Vans, peux-tu me nous expliquer ce que Vans représente pour toi en tant que marque lifestyle et ce que signifie cette collaboration ? Car non seulement tu as grandi dans la culture skate mais tes proches collaborateurs au garage sont aussi des skateurs…

Arthur Kar : Personnellement, je ne porte pas vraiment Vans à cause du skate, je porte Vans depuis longtemps parce que ce sont des chaussures faciles à porter, intemporelles. La chaussure que nous lançons à l’occasion de cette collaboration est la Old School, le modèle Vans le plus souvent porté. C’est un modèle très simple et en même temps très élégant. Nous avons voulu jouer avec l’idée d’une chaussure qui s’inspirerait du design d’une voiture. 

SP22_Vault_KAR_Lifestyle_3.jpg

CTJ : Oui, le design de la chaussure a été inspiré par les courses de dragster. Peux-tu nous en dire plus sur cette culture, était-ce ton point de départ ? Quelle a été ton approche créative ?

AK : Le point de départ du design, c’est un système de pot d'échappement avec des flammes qui montent sur les côtés. Sur chaque voiture de sport, il y a un système d'échappement qui peut cracher du feu, même si cela dépend de la puissance du moteur. C'est ce que nous voulions appliquer à la chaussure. Ce feeling que vous aviez étant enfant lorsqu’on vous achetait une paire de Nike ou de Jordans et que vous pensiez courir plus vite que les autres alors que c’était juste dans votre tête. Je voulais faire la même chose avec ces chaussures : que les enfants qui les portent aient l'impression de pouvoir courir plus vite. Je voulais aussi créer une histoire qui ait du sens pour moi. J'adore les dragsters, j'ai grandi en allant aux courses de dragsters avec mon père. Mais je ne pense pas que ce soit une course intéressante en soi parce qu'ils ne vont qu'en ligne droite. En fait, la plus belle partie de la course selon moi, c’est le départ, quand la voiture démarre. Généralement, elle crache de grandes flammes et le pneu se plie en une forme que vous ne voyez sur aucun autre type de pneu. J'aime aussi leurs formes parce qu’elles ont l'air vraiment étranges, ce sont des designs surprenants. Elles sont très minces, très grosses ou très grandes et elles sont vraiment très rapides. C'est le plus gros moteur qui existe. Certaines d'entre elles ont même des moteurs à réaction. Donc, je me suis dit que j’allais m’en inspirer pour ma collaboration avec Vans. Aujourd'hui, sur Instagram, on voit beaucoup de gens qui postent les systèmes d'échappement de leur voiture et je pense que c'est un peu ringard et plutôt cheap. Comme tu le sais bien, notre marque veut vraiment raconter une histoire, nous voulons que les choses aient un sens.

SP22_Vault_KAR_GreenOutfit_5.jpg

CTJ : Tout comme un simple t-shirt blanc ou un jean parfait, les baskets sont évidemment des classiques. Lorsque tu as travaillé sur ce modèle Vans et que tu pensais aux éléments de cette "chaussure iconique", avais-tu une vision définie du modèle que tu voulais créer ou bien as-tu progressé step by step ?

AK : Nous avons toujours une idée de ce que nous allons créer. Toutes les chaussures qui vont sortir ces cinq prochaines années, nous les avons déjà en tête. Parce qu'elles sont toutes liées à une histoire que nous avons eue avec notre marque ou à ma relation aux chaussures et aux vêtements.

SP22_Vault_KAR_Lifestyle_6.jpg

CTJ : Avec l'Art, tu as fait plusieurs collaborations. Je suis curieuse de savoir comment tu détermines le moment propice pour collaborer avec une marque, est-ce un processus organique ? Manifestement, il y a beaucoup de gens qui veulent travailler avec toi, quelle est ton approche de la question ?

AK : Beaucoup de gens veulent collaborer avec nous. Il y a beaucoup de marques que nous aimons et avec lesquelles nous travaillons, mais il y a aussi beaucoup de marques avec lesquelles nous ne collaborons pas car cela n'a pas de sens pour nous. Nous ne collaborons qu'avec les marques qui ont un sens : Porsche bien-sûr, parce que j'ai une longue histoire avec eux. Carhartt a aussi une longue histoire avec Adrien qui fait partie de l'équipe. Nous avons beaucoup d'offres, certaines sont déjà des collaborations en cours, mais il y en a aussi beaucoup que nous ne ferons jamais. Toutes doivent avoir une histoire et toutes doivent arriver de manière organique car cela fait partie de nos vies et de notre quotidien.

CTJ : Peux-tu nous décrire le processus créatif avec Vans et en quoi il diffère des autres collabs ? Avez-vous eu carte blanche ?

AK : Nous leur avons dit quelles chaussures nous voulions faire, ils nous ont donné le modèle puis ils nous ont laissé complètement libres en ce qui concerne la création.

SP22_Vault_KAR_WhiteTee_3.jpg

CTJ : Est-ce plutôt habituel ?

AK : Cela dépend qui, mais oui.

CTJ : Quand tu crées une chaussure, penses-tu à une personne en particulier ou est-ce plutôt un mood ?

AK : Tout ce que nous créons, nous le faison pour nous-mêmes, pas pour quelqu'un d'autre. Nous traitons notre marque de la même manière que nous traitons nos voitures. Nous conduisons nos voitures parce qu’elles signifient quelque chose pour nous et nous voulons que cela ait un sens et que cela soit authentique. Par exemple, j'ai travaillé sur la forme d'un nouveau sweat-shirt et je le porte moi-même depuis trois jours. Quand je serai prêt, je ferai les modifications qui me permettront de me sentir plus à l'aise avec cette pièce, puis je passerai à autre chose. Certaines personnes achètent des formes de vêtements déjà existantes en imprimant leur propre style ou leur propre logo dessus et en les modifiant à leur manière, nous préférons construire nos propres modèles. Nous essayons les pièces nous-mêmes et si nous nous sentons suffisamment à l'aise, alors nous allons de l'avant. Nous traitons cela de la même manière que nous le ferions pour une œuvre d'art. Nous ne nous considérons pas comme des artistes, nous n’en sommes pas, mais si nous devions peindre une œuvre d'art sur un mur, cela sortira toujours de notre esprit, pas de ce que les gens veulent voir.

SP22_Vault_KAR_Lifestyle_11.jpg

CTJ : Comment décrirais-tu ton style personnel ? Toi, Arthur ?

AK : Cela dépend de mon humeur et cela dépend de la ville dans laquelle je me trouve. En général, c'est un peu la même chose. J'aime porter la même marque des pieds à la tête.

CTJ : Des total looks donc ?

AK : Des total looks, oui.

SP22_Vault_KAR_GreenOutfit_1.jpg

CTJ : Et la voiture que tu conduis, cela entre-t-il en ligne de compte pour ton look ?

AK : Non ! Non, je n'assortis pas ma voiture à mes vêtements. Ce n'est pas mon genre.

CTJ : La dernière fois, nous avons parlé de lifestyle et de culture, tu as mentionné Nike et Jordan. Quelles sont les leçons que tu as tirées des marques emblématiques qui t’ont influencé dans le passé ? Comment appliques-tu ces leçons à ta propre philosophie de vie aujourd'hui ?

AK : Toutes ces marques et toutes ces personnes dont nous parlons, Carhartt ou Jordan, toutes ces marques ont un point commun. Ce sont toutes des marques perfectionnistes. Tout ce qu’ils créent signifie quelque chose pour eux et ils veulent le faire de la meilleure façon possible. C'est ce que j'ai appris avec le temps et avec les marques avec lesquelles j'ai travaillé comme Porsche, des constructeurs automobiles et même des marques de mode. Il faut avoir de la personnalité naturellement, mais il faut en avoir sans avoir honte de son propre produit. Une fois de plus, j'aime ce que dit Rick Rubin "faites-vous de l'art pour vous ou faites-vous de l'art pour le commerce ?". C'est la même chose. Il y a des gens qui n'ont pas de personnalité et qui ne font que proposer des produits, ce que je respecte totalement. J'achète même parfois certains de ces produits. Mais il y a aussi des gens qui font les choses avec une réelle sincérité. Ce que j'aime dans tout ça, c'est que beaucoup de gens ne comprennent pas du tout et que d’autres au contraire y adhèrent. Ce sont deux approches différentes. Donc, ce que j'ai finalement appris, c'est d’être moi-même autant que possible. C'est pourquoi plus les jours passent, plus je suis moi-même.

Trouvez plus d’informations sur le site de Vans

SP22_Vault_KAR_Lifestyle_1.jpg
Tagged:
Vans
Collaboration
Arthur Kar