7 moments forts de la cérémonie des Césars 2021

i-D France est revenu sur les moments les plus mémorables de la 46e Cérémonie des Césars placée sous le signe de l’espoir et de l’engagement.

par Julie Le Minor
|
15 Mars 2021, 3:18pm

La plus cool as fuck : Marina Foïs

La palme revient à la maîtresse de cérémonie de cette 46e édition des Césars : Marina Foïs. Dans une robe Louis Vuitton créée sur-mesure par Nicolas Ghesquière et ornée de 4.000 perles de verre et de plus de 2.000 cristaux argentés, l’actrice a illuminé cette cérémonie engagée avec l’humour décalé et l’ironie qu’on lui connaît. Malgré un contexte difficile et une ambiance électrique, Marina Foïs a su donner le juste ton de cette soirée dès son discours d’inauguration : "Pourquoi faire les César cette année, une année de cinéma sans salles et sans public, et un public sans films, pourquoi s'acharner ? Et bien on a réfléchi, on n’a pas trouvé, et c’est pour ça qu’on s’est dit que c’était essentiel." Tout est dit.

Le plus sobre : le dress-code

Du noir, des paillettes et encore du noir. Cette 46e Cérémonie des Césars a été placée sous le signe de la sobriété. Si l’actrice Marina Foïs a brillé sur scène dans sa tenue Louis Vuitton, les invités ont opté pour un vestiaire de soirée sombre. Parmi les looks les plus mémorables : Virginie Efira en robe longue et fendue Saint Laurent par Anthony Vaccarello, Nicolas Maury en Lanvin, Isabelle Huppert et Chiara Mastroianni en Louis Vuitton et la robe Chanel colorée et évanescente de la réalisatrice Manele Labidi.

Le plus grand cri d’espoir : Fathia Youssouf

Confiance, patience, persévérance, insouciance”, c’est par ces mots qu’Isabelle Huppert a remis le César du meilleur espoir féminin à la jeune actrice Fathia Youssouf, l’héroine du film féministe Mignonnes réalisé par la franco-camerounaise Maïmouna Doucouré. La benjamine de cette cérémonie a prononcé un discours émouvant et plein d’espoir aux jeunes générations touchées en plein cœur par la crise : “Suivez-vos rêves, c’est le plus important.” Une étoile est née.

Le plus féministe : le discours de Jeanne Balibar

La justesse des mots de Jeanne Balibar qui a souhaité rendre hommage aux actrices de plus de 40 ans, largement sous représentées au cinéma, ainsi qu’aux seconds-rôles sans qui aucune histoire n’est possible.  "Je suis très très heureuse que vous soyez nommées car quand je vois qui vous êtes statistiquement, c’était pas gagné… En France, les femmes de plus de 40 ans représentent 51 % de la population et 8 % des rôles.” Majestueuse Jeanne Balibar.

Le plus militant : Jean Pascal Zadi

Sacré meilleur espoir masculin pour son rôle dans sa comédie à succès Tout simplement noir, Jean Pascal Zadi a prononcé un discours militant sur l’égalité en remerciant les lauréats issus de la diversité qui l’on précédé sur la scène des Césars à l’instar d’Isaach de Bankolé, Omar Sy, Maïmouna Doucouré, Déborah Lukumuena, Mati Diop, Alice Diop, Zita Hanrot ou Ladj Ly. Il a également souhaité rendre hommage à Adama Traoré et Michel Zecler, deux figures de la lutte contre les violences policières. “C’était important pour moi de parler pour foutre la merde”, a-t-il déclaré en coulisses à l’AFP peu après son passage. “La scène des César est l’occasion de relancer ces histoires. On veut des réponses concrètes de la part de la justice car j’ai l’impression que ça passe un peu sous les radars”.

Le no-look le plus mémorable : Corinne Massiera

Le cinéma s’est mis à nu vendredi soir en la personne de Corinne Massiera venue remettre le prix du meilleur costume. L’actrice est arrivée en habit de Peau d’Âne pour remettre le césar du meilleur costume, mais ce n’était pas celui de Catherine Deneuve dans le film de Jacques Demy. L’actrice a voulu joindre les gestes à la parole en prononçant un discours engagé et fort pour défendre les intermittents du spectacle et pour demander la réouverture des lieux de culture. Elle s’est entièrement dénudée sur scène, des tampons hygiéniques usagés en guise de boucles d’oreilles, et le corps recouvert de sang avec ce credo écrit à même le corps : “No culture, no future”.

Le plus “crew spirit” : le retour du Splendid

La joyeuse bande du Splendid s’est retrouvée sur la scène de la 46e Cérémonie des Césars quarante ans après sa dernière venue. “Ils n’ont pas changé, sauf peut-être une moustache ou deux”, a introduit l’acteur Laurent Lafitte pour présenter la clique des Bronzés et du Père Noël est une ordure. “Nous sommes depuis cinquante ans cas contact”, a conclu Gérard Jugnot dans un sourire.

Bonus : la meilleure vanne

"Au début on a dit le Covid et quand on a compris que ça allait être très très long et très très chiant, on l'a mis au féminin.” Merci Marina Foïs.

Tagged:
cinema
Césars
covid