Festival Hyeres Tom Van Der Borght

Le festival de Hyères sous le Covid

Le 35ème anniversaire de l’évènement mode incontournable pour la jeune création s’est déroulé sous le signe de l’extravagance et de l’espoir.

par Alice Pfeiffer
|
20 Octobre 2020, 1:57pm

Festival Hyeres Tom Van Der Borght

Les 35 ans du Festival de Hyères se sont déroulés de façon quelque peu inhabituelle, par un jury présidé de Jonathan Anderson, à la tête de la maison Loewe, via Zoom – Covid oblige – et devant un public restreint. Pourtant le prix du jury comme celui du public se sont accordés à récompenser les créations du belge Tom Van Der Borght.

Âgé de 42 ans et doté d’une vision délurée du vêtement, de la confection, du genre, flirtant avec la performance et l’univers de la teuf, il a présenté des vêtements sans œillères aucunes. Au programme : upcycling, piercings, scoubidous, teintes fluo, silhouettes explosives. i-D a discuté avec le fondateur du festival, Jean Pierre Blanc, au sujet du gagnant ainsi que de la génération mise en lumière cette année, et de ce que leur sens du style dévoile de l’époque actuelle.

emma_bruschi_hyeres20_001.jpg
Emma Bruschi / Courtesy of Etienne Tordoir / CatwalkPictures

Qu’est ce qui a changé cette année?

On était déjà ouvert tout l’été avec les mêmes mesures de sécurité, ça ne changeait pas grand chose des derniers mois, on avait mis en place des gestes-barrière pour faire en sorte qu’il n’y ai pas de danger. Il y a évidemment eu des jauges réduites et 50 pourcent du public en moins, on a composé avec et finalement, la même vivacité a été transmise. Ce n’était évidemment pas l’idéal en terme de rencontre humaine, mais le choix du jury, rencontré de manière digitale, et celui du public, de façon tangible, a été le même, ce qui prouve bien que la même émotion qui a été transmise.

Effectivement - qu’est ce qui a valu à Tom Van Der Borght de gagner à la fois le prix du jury ainsi que celui du public ?

Je pense qu’il a fait un travail d’artiste, et a montré une proposition esthétique incroyable, extraordinaire, autant dans le travail du textile que son univers et sa façon d’avoir présenté son show, spectaculaire, envolée.

Que pensez-vous des autres lauréats ?

Je suis très fan du travail d’Emma Bruschi sur la paille qui lui a valu le prix 19M des Métiers d’Arts de Chanel ainsi qu’une dotation Mercedes-Benz, et de la vision de Marvin M’Toumo qui lui a valu le prix Chloé, mais aussi, entre autres, de l’énergie de Maximilien Rittle. Tous les lauréats sont aussi beaux que bons, à l’intérieur comme à l’extérieur, et ont une vision entière, idéaliste et réjouissante. Ils m’ont bluffé par leur force et leur abnégation. 

marvin_mtoumo_hyeres20_004.jpg
Marvin Mtoumo / Courtesy of Etienne Tordoir / CatwalkPictures

Qu’est ce que leur vision a transmis de leur état d’esprit général ?

On a entendu parler de genre, d’environnement, de upcycling. Ils n’avaient pas peur du Covid mais étaient néanmoins responsables, ils ont fait preuve de maturité, d’organisation, le tout dans la bonne direction ; ils étaient heureux d’être là malgré tout. La mission a été remplie.

Tagged:
jonathan anderson
hyères festival
COVID-19