actrice et mannequin queer, indya moore a dû souffrir pour être libre

Pour i-D, elle a partagé son mantra de survie.

par i-D Staff
|
18 Novembre 2019, 5:28pm

Cet article a été initialement publié dans le n°357 d'i-D, The Post Truth Truth Issue, Automne 2019.

« Je n’avais pas vraiment d’amis à 14 ans, et je n’étais pas vraiment libre non plus. J’ai fait mon coming out auprès de ma mère à cet âge-là, et notre relation a drastiquement changé. Elle m’a expliqué que l'homosexualité n'était pas quelque chose de normal et m'a proposé d’aller au Kingdom Hall [lieu de culte des témoins de Jéhovah, ndr] pour rencontrer des anciens – dont une personne ‘anciennement’ gay – et entamer une thérapie de conversion.

Je me suis toujours sentie complexée et en colère quand j’étais jeune. Ma mère ne me soutenait pas à l’époque, mais pour me montrer son affection, elle m’a emmené à Dunkin’ Donuts quand je lui ai parlé de ma sexualité. Cela ne m'a pas empêchée de vivre beaucoup de violence, je me bagarrais souvent à l’école. Il n'y a qu’auprès de ma sœur que je me sentais en sécurité, mais quand elle s’est mariée je n’ai pas pu la voir, je n’ai pas pu aller à son mariage parce qu’elle me soutenait, en tant que queer.

1568804652578-indya-moore
Indya wears tank and boots Bottega Veneta. Underwear Comme des Garçons Short x Sunspel available at Dover Street Market.

À 16 ans, j’ai commencé ma thérapie hormonale et j’ai commencé à me sentir plus en phase avec mon corps. À cette époque, ma coordonnatrice scolaire était mon point de repère, la personne qui m’aidait à me sentir en sécurité et qui m’offrait le soutien maternel dont j’avais besoin. Elle était tout pour moi. Elle respectait et célébrait mon identité. Elle m’a appris le voguing, j’écrivais des poèmes avec elle et c’est elle qui m’a accompagnée à ma première Pride. Mais mes parents ont fini par couper tous les liens que j’avais avec elle. Ils étaient incapables de faire confiance à quelqu’un qui soutenait mon identité queer.

Aujourd’hui encore, je souffre de cette perte et de la solitude, mais je n’ai pas eu le choix, j’ai continué à aller de l’avant. J’ai beau avoir vécu l’enfer pour arriver là où j’en suis aujourd’hui, je ne regrette aucun de mes choix – j’aime la personne que je suis devenue. Je porte en moi la personne que j’étais avant. Même si j’ai énormément souffert et que j'ai vécu de nombreux traumatismes, j’arrive à suffisamment m'aimer pour être aussi courageuse que je l’étais à l’époque.

Je n’avais aucune relation familiale ou amicale. Il m'était impossible de construire une amitié. Je ne rencontrais jamais personne qui comprenait ou soutenais mes choix. Je n’avais pas besoin de me donner de conseil à moi-même ; j’en donnais au monde qui m’entourait.

Je n’ai pas eu de famille, je n’ai pas eu d’amis, mon expérience scolaire s'est révélée traumatisante et mon enfance très solitaire, sans soutien ni communauté. Dans ces conditions, j’ai fait ce que j’ai pu. J'ai navigué de famille d’accueil en famille d’accueil. Les gens ont souvent profité de moi, mais j’ai survécu et j’ai trouvé de l’espoir. Parfois, je me demande quel conseil je me donnerais, aujourd’hui, et ça me perturbe parce qu’il n’y a pas d’autre chose à dire pour survivre que : tiens bon, continue. C’est ce que j’ai fait. C’est ce que je continue de faire. »


Crédits

Photographie Mario Sorrenti
Stylisme Alastair McKimm

Coiffure Bob Recine pour Rodin.
Maquillage Kanako Takase, Streeters.
Manucure Honey,Exposure NY, avec Dior.
Assistance photographie Lars Beaulieu, Kotaro Kawashima, Javier Villegas et Chad Meyer.
Assistance stylisme Madison Matusich, Milton Dixon III et Yasmin Regisford.
Assistance coiffure Kabuto Okuzawa et Kazuhide Katahira.
Assistance maquillage Kuma.
Production Katie Fash.
Assistance production Layla Néméjanksi and Adam Gowan.
Consultant créatif et casting Ruba Abu-Nimah.
Direction casting Samuel Ellis Scheinman pour DMCASTING.

Cet article a été initialement publié dans i-D UK.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
Features
Feature
Comme des Garçons
Dover Street Market
bottega veneta
sunspel
Indya Moore