on a une mixtape qui va vous donner des pouvoirs magiques

C'est vendredi, tout est permis. Le duo membre du collectif Mawimbi livre une playlist en exclusivité sur i-D, un hommage sonique aux racines africaines de la techno.

|
juin 10 2016, 10:05am

Le très aventureux collectif Mawimbi compte en son sein le duo Pouvoir Magique - un nom ésotérique derrière lequel se cachent Clément et Bertrand, deux dévots de sonorités afro-house et rythmes chamaniques. Ensemble, ils opèrent un retour sonore à la terre mère de l'électro, l'Afrique, en hauteur sur leurs platines. On pourrait très facilement dévoyer leurs intentions et parler de réappropriation culturelle mais le duo s'est paré : "on veut rendre à l'Afrique ce qui appartient à l'Afrique." Ils sortent leur nouvel EP aujourd'hui, Eclipse accompagné d'un clip. Pour fêter ça, ils livrent une mixtape en exclusivité sur i-D - une odyssée entre deux rives, entre deux continents, autour d'un seul monde. Rencontre. 

Comment s'est formé votre duo ?
On s'est rencontré en 2011 alors que nous avions encore un projet bien distinct. Clément avait remixé un des sons de mon ancien projet, j'ai adoré et on a commencé à bosser ensemble. On a voulu créer un concept autour de la "techno chamanique" et tout l'univers un peu spirituel qui en découle. Notre objectif était de développer une identité autour du projet, trouver nos propres sonorités, à la fois dans la production et dans les DJ set. On a commencé par faire un mélange des sonorités du monde avec la musique électronique, puis on s'est concentrés sur le continent Africain et toutes ses branches en co-fondant Mawimbi qui est notre label aujourd'hui.

Pourquoi un nom aussi ésotérique ?
Nous cherchions un nom court, facile à retenir et assez large de sens. Pouvoir Magique c'est aussi bien une référence au chamanisme mais également à une sorte de dualité entre deux mots connotant le pouvoir et la magie…. Nous trouvons également la musique en elle-même magique. Elle permet aux gens de se connecter, de ressentir une sensation physique sur un bon soundsystem, de développer l'imaginaire et l'émotion à l'écoute d'un morceau.

Dans vos différents projets, vous proposez une electro hybride, nomade et vous inspirez de sonorités afro. Quelle est votre formule musicale ? Il n'y a pas de véritable formule dans notre musique. On ne s'interdit aucun style, aucune construction de set. Que l'on fasse le warm up d'un Daniel Haaksman ou celui de MHD, ce n'est pas du tout la même approche. En règle générale on va dire que l'on s'intéresse à toutes les musiques qui réactualisent l'héritage de la musique africaine et des diasporas noires en général. Au-delà de l'afro-house, qui est un peu l'étiquette que tout le monde nous colle, on joue également des musiques plus "ghetto", type hip-hop, footwork, UK bass, mais aussi de la disco, de l'afrobeat ou même carrément des musiques traditionnelles.

Votre amour pour les musiques noires vous vient d'où ? C'est un retour aux racines de l'électro ?
Effectivement, les musiques actuelles doivent beaucoup aux musiques noires. On avait à cœur de replacer les musiques électroniques dansantes dans la lignée des rituels et cérémonies du continent, à qui elles doivent beaucoup.

Il y a une vocation politique derrière tout ça ?
Mawimbi n'a pas de vocation partisane, mais effectivement le sujet peut paraître épineux, c'est pourquoi nous avons toujours voulu faire très attention à ce que notre démarche ne s'apparente pas à une sorte d'appropriation culturelle, c'est même tout l'inverse que nous souhaitons : rendre à l'Afrique ce qui appartient à l'Afrique.

Parlez-moi des choix que vous avez faits pour cette mixtape ?
On a essayé de faire un patchwork de tout ce qui compose l'âme de notre duo et l'esprit du collectif Mawimbi. Certains retrouveront des morceaux joués aux Nuits Sonores d'autres des morceaux joués ce week-end à Marseille ... On est sur un bon best-of de ce que l'on peut jouer en ce moment.

Quels sont vos projets pour la suite ?
Avec la sortie d'Eclipse et donc sa promo, on va voyager tout l'été un peu partout en France et un peu en Europe. À la rentrée on risque de se calmer un peu et se reconcentrer sur le développement artistique au sein du label et la mise en place d'une résidence à Paris (La Ganzoü) où l'on aura pour objectif de faire découvrir ou re-découvrir aux Parisiens les artistes qui nous inspirent. Et puis on bossera aussi de nouvelles prods ! 

Et si vous pouviez avoir un pouvoir magique, ce serait quoi ?
Arrêter le temps pour ne pas avoir à courir après ! Ou se téléporter, ça peut en faire gagner aussi !