Publicité

6 artistes pour comprendre le(s) rap(s) français

Petit état des lieux du rap français en 2015 avec Jean Morel, fondateur du magazine Grünt.

par Jean Morel
|
22 Septembre 2015, 8:50am

En constant renouvellement depuis quelques années, le rap français n'a jamais été aussi vivace et diversifié. Multipliant les registres, les rencontres et les orientations musicales, il serait presque plus à propos de parler aujourd'hui de différents raps français. Au-delà d'un trust médiatique opéré par quelques MC's autoproclamés hardcore, qui surfent sur les vestiges d'une trap à la française, il existe une nébuleuse d'artistes qui proposent des visions du rap radicalement différentes mais tout autant pertinentes. Tour d'horizon. 

PNL
Si vous avez ne serait-ce qu'une oreille tendue vers le monde du rap français, il est impossible que vous n'ayez pas entendu parler de PNL - certains osent même d'ailleurs employer le gros mot de "phénomène" pour les décrire. Deux frères de Corbeil-Essonnes, Ademo et Nos, ont pris le contrôle du renouveau du rap depuis la sortie en mars dernier de leur premier album QLF ou Que La Famille. Des couplets chargés à l'auto tune (cette technique d'enregistrement qui digitalise la voix) pour raconter leur vie, la "bicrave", la déprime du quotidien, le deal pour vivre, rien de plus. Chez PNL, la routine est mélodique, portée par un sens incroyable du refrain. Le duo propose un rap inspiré de la Drill de Chicago, ce rap du South Side de la ville, morbide et violent; une version plus lente de la trap music mais aussi des instrumentales tendance cloud rap - ce rap nuageux aux prods éthérées.

Mais pourtant, ou plutôt surtout, PNL fait du rap français, du rap qui sonne résolument français. D'ailleurs la France les a déjà adoubés : toutes les banlieues de Paris s'y retrouvent, impossible de faire un trajet en RER sans entendre filtrer les mélodies issues des Tarterêts, le quartier des Essones d'où ils viennent. Le 91 est d'ailleurs en passe de devenir la capitale du rap français, comme le 92 ou le 93 l'ont été. PNL a refusé de signer son prochain disque Le Monde Chico (à paraître le 30 octobre) sur une major. Une décision qui lui prédit un destin à la Mauvais ?'il de Lunatic, disque d'or en indé qui a marqué toute une génération.

Georgio
Rap de sincérité, c'est ainsi que l'on peut qualifier la musique de Georgio, MC du XV3, soit du 18e arrondissement pour les profanes. En solo depuis toujours, la musique de Georgio appartient au registre de l'intime, rappant ce qu'il est, ce qu'il ressent, ses craintes et ses doutes. C'est grâce à ce style d'une extrême transparence que le rappeur a réuni autour de lui une troupe de fidèles. Il les a d'ailleurs impliqués dans la conception de son disque avec une campagne de crowd funding. Ce disque c'est Bleu Noir, à paraître. Un album marqué par les racines du rap froid et viscéral, dans la lignée de l'héritage du 18e (Scred Connexion, TSR crew, Flynt etc…) mais qui se permet des incursions vers des registres où Georgio ne se refuse plus rien. Une réussite à laquelle on ne peut que s'identifier.

Lomepal
Peut-être le rimeur le plus talentueux de sa génération, pas le plus clinquant pourtant. Le public de rap français a hélas bien souvent trop tendance à aimer ce qui brille - mais est souvent en toc. Lomepal est un rappeur qui mène son propre chemin et fait de la musique au sens le plus noble qui soit. Appliqué et virtuose, les textes qu'il propose sont fins et ciselés. Ses placements et ses rimes sont riches, ses registres d'écriture diversifiés, littéraire malgré lui, ses productions fines et ses EP construits. Ecouter Lomepal c'est écouter l'Art du rap.

Panama Bende
On leur prédit une ascension certaine dans le rap français ces prochains mois. Un crew comme les big bands des années 1990. Composé d'Aladin 135, de Zeurti, Ormaz, Elyo, ASF, Lesram et PLK : 7 MC's ultra-prolifiques que l'on pourrait trop facilement assimiler à une deuxième génération de l'Entourage (le collectif de Nekfeu, Alpha Wann, Jazzy Bazz, Deen Burbigo etc). Le collectif fait la même part large au freestyle, à la rime, à l'improvisation tard le soir dans les parcs, à la pratique d'un rap total, dans le respect de l'héritage de la rime en français. Ils sont en revanche sans doute plus aventureux, on sent qu'ils ont été exposés à des styles de rap plus diversifiés dans leur jeunesse. Un éclectisme qui les pousse à s'essayer à différents registres (avec les erreurs de parcours que cela peut impliquer) et à tenter un rap tous azimuts. Un condensé talentueux de ce qu'il se passe dans l'ensemble de la France en somme, dont ils pourraient rapidement devenir l'une des figures de proue.

Vald
Il est difficile de définir Vald tant il interroge le genre et déroge aux grilles de lecture simplistes que l'on a tendance à calquer sur les artistes. VALD est un rappeur du 93, jeune, mais ayant commencé à écouter du rap sur le tard. Nettement moins influencé que la plupart de ses confrères, Vald a une forme de recul supplémentaire sur l'art qu'il pratique.

Vald est surtout l'auteur d'un morceau qui a fait réagir l'ensemble de la petite sphère rapologique française. Bonjour, un hymne comme le Nouveau roman du rap Français. Un texte qui est en fait un prétexte, une histoire qui n'en est pas une, comme le Nouveau roman était une histoire sans personnages. C'est la démarche qui fait sens. NQNT 2, son deuxième EP, possède encore ses défauts mais recèle aussi de joyaux qui augurent du meilleur pour la suite. Nul doute, Vald a changé, sans doute malgré lui, les règles du jeu. Il y aura un avant et après Vald dans le rap français.

Myth Syzer et affiliés
Impossible d'évoquer le rap français sans parler de la production, un domaine où la France excelle. En 2015, les producteurs ont récupéré leur trône de musiciens (qui leur revient de droit) et ont été nettement plus exposés. Myth Syzer en est sans doute le plus grand représentant en devenir, capable de produire une palette de sonorités larges et modernes, en solo ou pour d'autres. Il compose ainsi des beats pour Joke mais aussi à l'étranger pour Vic Mensa par exemple.

Mais Syzer a sa clique à Paris, des MCs qui l'entourent et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il sait s'entourer. Dans son giron on retrouve donc Loveni et Ichon, avec qui il forme le crew Bon Gamin mais aussi le brillant Prince Waly, dont la richesse de la rime et du flow évoquent une sorte de Time Bomb 2.0. Ou encore Jeune LC, figure parisienne par excellence.

Credits


Texte : Jean Morel de Grünt
Photographie : Extrait du clip Héros de Georgio. 

Tagged:
Myth Syzer
PNL
rap français
Vald
Musique
Georgio
panama bende