Milwaukee, MI, 1967 ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York 

nounou le jour et photographe en secret, il faut reconnaître l'œuvre de vivian maier

Sortie de l'ombre il y a près de 12 ans, l'oeuvre de Vivian Maier connaît aujourd'hui une nouvelle vie, entre lumière et reconnaissance tardive.

par Nikita Dmitriev
|
18 Janvier 2019, 9:19am

Milwaukee, MI, 1967 ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York 

En 2007, le cinéaste américain John Maloof achète quelques boîtes de négatifs anonymes, depuis longtemps abandonnées par leur propriétaire dans un entrepôt à Chicago, sans se douter des trésors qu’elles enferment : l’héritage d’une grande figure de la photographie de rue du XXème siècle. Maloof passe les années suivantes à identifier cette photographe et à reconstituer, dans la mesure du possible, sa biographie. Au début de cette aventure, Vivian Maier est encore vivante... Quelques années plus tard, tout le monde s’emballe pour cette nouvelle inconnue. En 2014 le cinéaste sort le film Finding Vivian Maier avec les entretiens de ses anciens employeurs, de grandes expositions à Londres, Berlin et Madrid s’en suivent immédiatement.

Née à New York en 1926 chez les immigrés franco-autrichiens et décédée en 2009 à Chicago, Vivien Maier, célibataire sans enfants et solitaire, a travaillé toute sa vie comme nourrice dans les familles aisées entre Los Angeles, New York et Chicago, y compris chez le présentateur vedette Phil Donahue. À côté de cette vie officielle, Maier adorait prendre des photos – discrètement.

Protégée par son «physique banal d’une maîtresse d’école d’autrefois», selon les mots du photographe Joel Meyerowitz, Vivian Maier se faufilait sans que personne ne repère l’appareil photo qu’elle gardait toujours à la main. Vers le milieu des années 1970, alors qu’elle arrête, pour des raisons inconnues, toute activité créatrice, le nombre total de ses clichés atteint les 40,000… Maier n’a jamais parlé de son hobby à personne. Il semble même qu’elle n’ait jamais développé ses pellicules. Pour la gouvernante, qui ne sortait qu’avec les enfants, prendre des photos constituait une sorte de manie.

Ses images sont pleines d'humour, de compassion et de curiosité pour le spectacle de la vie urbaine : le reflet d’un passant dans une vitrine, un vieux vendeur de journaux qui lit un magazine dans son kiosque, un couple bien habillé, un gamin qui mange une glace en souriant. Socialiste et passionnée par l’actualité politique, en tant que photographe Vivian Maier n’a jamais revendiqué son militantisme, préférant capturer les jeux d’enfants, les vieilles dames bourgeoises, les ivrognes joviaux, les amoureux et les premiers soixante-huitards.

Avec ses habitudes de caméra cachée et son goût pour le style de la rue, son attention pour la mode et l’être social, Vivian Maier s’impose aujourd’hui comme l’une des premières photographes de rue – peut-être même la grand-mère du street-style. Logique donc, que l’inauguration de sa dernière exposition parisienne ait coïncidé avec le début de la fashion week.

Vivian Maier
Untitled, n.d. ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York
Vivian Maier
Chicago, 1959 ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York
Vivian Maier
Vivian Maier Chicago, 1962 ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York
Vivian Maier
Chicago, June 1978 ©Estate of Vivian Maier/Maloof Collection, Courtesy Les Douches la Galerie, Paris & Howard Greenberg Gallery, New York
Vivian Maier
Estate of Vivian Maier, Courtesy Maloof Collection et Howard Greenberg Gallery, New York. Les Douches La Galerie, Paris.