Publicité

la mode aussi a ses théories du complot, la preuve par 5

Pêle-mêle : Marc Jacobs imite les designs d'une jeune mannequin hongroise, Claudia Schiffer vénère Satan et Kanye West est un clone.

par Alice Newell-Hanson
|
22 Août 2017, 3:10pm

Au même titre que les casquettes de baseball rouges et Pepe the Frog, les théories du complot, ce n'est plus ce que c'était. On est loin du temps des élucubrations excentriques sur la véracité d'Apollo 13, quand les théories étaient presque amusantes à effeuiller. En 2017, elles s'entrelacent dangereusement avec la politique. Au Etats-Unis, bien avant de devenir le mec le plus puissant du monde, Donald Trump assurait régulièrement que le certificat de naissance d'Obama était un faux, et aujourd'hui, l'animateur Alex Jones diffuse à son large public des théories toutes aussi infondées les unes que les autres, mais qui font mouche auprès des dévots d'une droite dure, Trump le premier.

Et ce qui devait arriver arriva : l'extrême droite américaine s'est récemment emparée de la mode. Plus tôt ce mois-ci, le journaliste économique de Breitbart John Carney partageait son avis sur la couverture du Vogue de septembre. On y voit Jennifer Lawrence posant devant la Statue de la Liberté dans une robe de soie rouge. Le 10 août, donc, Carney voit rouge aussi : « On va devoir monter notre propre industrie culturelle ''Make America Great Again'' vu que les médias d'opposition n'arrivent même pas à faire de la mode sans nous attaquer. » Dans un autre tweet, supprimé depuis, il décrit la photo comme étant une référence directe au débat sur l'immigration organisé par Trump le 2 août, auquel le journaliste de CNN Jim Acosta s'était vivement opposé en invoquant la Statue de la Liberté. Petit souci de crédibilité, par contre : il faut bien plus de 8 jours pour préparer un stylisme, photographier et publier un portrait de Jennifer Lawrence par Annie Leibovitz. « On a shooté en juin, mon pote, » lui répondait alors la directrice de la communication de Vogue sur Twitter.

Si la théorie d'un message politiquement fort et subversif caché sous une photo de Jennifer Lawrence en robe Dior vous paraît tirée par les cheveux, vous allez adorer notre sélection des complots de la mode pêchés aux abîmes de Reddit.

Théorie n°1 : Marc Jacobs vole ses designs à une mannequin hongroise.
En 2013, une mannequin (et designer) hongroise de 21 ans, Angel Barta, se met à laisser des messages un peu barrés sur Marc Jacobs dans les commentaires de plusieurs sites sur la mode. Sous un article d'i-D, on lit par exemple que « Jacobs est le plus grand manipulateur de ce siècle. Jacobs a copié tout le style et le design d'Angel Barta, et ça depuis 7 ans. » Le tout accompagné d'un lien d'où l'on peut « découvrir la vérité », qui nous redirige sur un blog, StyleAngelique, tenu par Barta elle-même. Elle tente d'y démontrer que Jacobs copie ses designs depuis leur rencontre. Barta a également écrit un livre de 500 pages pour étayer sa théorie, dans lequel elle décrit dans les détails une relation amoureuse et passionnée avec Jacobs (qui est ouvertement gay). Dans le viseur de la jeune fille, il y a aussi Rei Kawabuko, qui aurait abondamment pioché dans ses idées, et Taylor Swift, qui lui a volé son look plage. Dur.

Les accusations de plagiat sont monnaie courante dans la mode – et parfois apparemment justifiées. Mais les allégations de Barta ne tiennent pas deux secondes. Dans le portrait de Marc Jacobs publié par le New Yorker en 2008, on apprend que le designer et Barta se sont rencontrés au moins une fois ( « C'est une fille qui va dans la même salle de gym que moi et qui veut devenir mannequin »). Mais là où le bat blesse, c'est sur les montages réalisés par Barta, qui posent côte à côte ses créations et les soi-disant copies. Premièrement, dire que les similitudes sont ténues tient de l'euphémisme. Et deuxièmement, rien n'est là pour prouver que les vêtements de la jeune fille ont été réalisés avant leurs « imitations ». La plupart du temps, elle accuse Jacobs de copier de simples postures, qu'on n'imagine difficilement soumises au copyright. Sur cette comparaison de Barta avec Elle Fanning, ancienne égérie Marc by Marc Jacobs, l'unique point commun entre les deux femmes semble être qu'elles sont toutes les deux deux en extérieur. Et qu'elles sourient.

Théorie n°2 : La CIA utilise Kanye West pour contrôler notre esprit.
Ou bien Kanye est un clone, au choix. Il y a deux versions différentes de cette théorie barrée, apparue sur Reddit l'an dernier. Quand Yeezy est hospitalisé en décembre 2016, juste après avoir annulé 21 concerts de sa tournée, les actifs de la catégorie /r/conspiracy de Reddit suggèrent qu'il est simplement entrain de se faire reprogrammer par la CIA. Un reboot, en somme. « Kanye West est hospitalisé de force dans la même institution qui accueillait (qui accueille encore ?) les expériences MK Ultra, » écrit alors l'un des utilisateurs du site, faisant allusion au Project MKUltra, une série d'expériences, pour le coup bien vraies et dénuées de toute éthique, conduites par la CIA de 1953 à 1973. Mais comme le site Vocativ le rappelait en décembre, il n'existe quasiment aucune preuve suggérant que les expériences MKUltra ont eu lieu au centre médical Ronald Reagan UCLA, où Kanye était hospitalisé d'urgence dans un état de fatigue extrême. Mais bon, ça n'empêche pas les fans d'arguer que seule une expérience gouvernementale infâme peut expliquer l'état de leur icône. Pour ce qui est de la théorie du clone : sur Twitter, certains affirmaient que « le gouvernement avait créé un clone de Kanye West, parce que Kanye n'aurait jamais teint ses cheveux en blond. »

Théorie n°3 : Claudia Schiffer est le suppôt de satan
En janvier 1994, Karl Lagerfeld s'excuse : sans faire exprès, il a brodé sur trois robes un passage du Coran. Pour sa collection couture printemps 1994, le designer recréé avec des perles un texte arabe qu'il a lu dans un livre sur le Taj Mahal. « On m'a dit que c'était un poème d'amour, en mémoire d'une maharani, » raconte-t-il plus tard à l'AFP, ajoutant qu'il est terriblement triste d'avoir pu offenser des musulmans (certaines institutions musulmanes appellent à l'époque au boycott de Chanel). Le chef exécutif de Chanel se rend à la Grande Mosquée de Paris pour s'excuser en personne, et le recteur de la mosquée pardonne. Mais Claudia Schiffer, qui portait l'une de ces trois pièces, est également prise dans l'ouragan du scandale. (Un complotiste parle aujourd'hui d'elle comme d'un « pantin illuminati dévoué, vénéré comme une idole par une masse d'infidèles vides et misérables. » ) À l'époque, en référence au corset noir brodé des mots du Coran porté par Schiffer, le Journal du Dimanche baptise l'épisode « scandale des poitrines sataniques ». En plus du mannequinnat, Schiffer est ambassadrice de l'UNICEF, ce qui colle moyen avec le quotidien d'une sataniste.

Givenchy spring/summer 17. Photography Piczo.

Théorie n°4 : Riccardo Tisci est un Illuminati
Beyoncé, Madonna, Lady Gaga… Selon certains complotistes, la question pertinente à se poser est « qui ne fait pas partie des Illuminati ? » Dans leur liste des potentiels membres de cette société secrète imaginaire, on retrouve aussi Riccardo Tisci, qui doit cet honneur au design de la couverture qu'il a réalisé pour l'album Watch The Throne de Kanye et Jay-Z en 2011. Alors non seulement Kanye et Jay-Z sont déjà (et depuis longtemps) les chouchous des complotistes, mais en plus, le visuel de l'album contient, aux yeux de certains, tout un tas de références à une figure occulte, Baphomet, utilisé par l'Eglise de Satan. D'ailleurs, Tisci avait intégré à sa collection homme printemps/été 2017 pour Givenchy plusieurs clins d'œil aux théories farfelues sur les Illuminati : des pyramides, des dollars et un jeu sur les mots « REALIZE / REAL LIES ». Mais pas de panique, le designer avait insisté : il s'agissait là d'une simple exploration de sa propre spiritualité. Et pour citer un autre membre de la société secrète, Beyoncé : « Hé, les haineux, les Illuminati ça commence à être démodé. »

Théorie n°5 : Choupette Lagerfeld est un outil d'évasion fiscale.
Choupette, la chatte de Karl Lagerfeld a suffisamment d'employés dévoués à ses soins pour avoir sa préférée (sa domestique Françoise). Elle est aussi une mannequin très occupée, qui a remporté à elle seule 3,3 millions de dollars pour son apparition dans des campagnes – un chiffre réapparu en 2016, lorsque L'Express a révélé que Karl faisait l'objet d'un contrôle fiscal. Cette nouvelle a immédiatement levé des soupçons sur le rôle de Choupette, des conspirationnistes la soupçonnant de poser à des fins d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent. Lagerfeld n'est pas le seul créateur à se soumettre à une enquête financière – selon le NewYork Times, « la répression menée par les autorités fiscales européennes au début de la crise financière de 2008 a eu un effet majeur sur le monde du luxe » - tandis qu'un représentant de Lagerfeld affirmait que ce dernier n'avait « aucune intention de se soustraire à la loi. » En plus d'être, d'après Lagerfeld, « le chat le plus célèbre et le plus riche au monde », Choupette est aussi une « source d'inspiration pour l'élégance ». Et ne se salirait certainement pas les pattes en cherchant à cacher des chiffres.