Quantcast
News

à paris, le champs élysées film festival célèbre le cinéma indé

Du 12 au 19 juin, le festival fêtera, de Tim Roth à Guillaume Brac, ce que le cinéma indépendant a de meilleur - des deux côtés de l'Atlantique.

Marion Raynaud Lacroix

Ne vous fiez pas à son nom : si le Champs Élysées Film Festival célèbre la plus belle avenue du monde, il ne s’adresse pas qu’aux clients des boutiques du 8ème arrondissement. C’est même là son point fort : pour la 7ème année, ce festival créé par la productrice, distributrice et exploitante Sophie Dulac s’affirme comme un événement accessible à tous, d'abord pensé à destination d’un public de non-professionnels. Du 12 au 19 juin, il invite à découvrir une sélection de longs et courts métrages issus du cinéma indépendant français et américain.

Au programme, on retrouvera - entre autres - Cassandro the Exotico, sensible documentaire de Marie Losier, déjà présenté à Cannes, retraçant le parcours d’un catcheur gay mexicain cherchant à décrocher du ring ; les Contes de juillet de Guillaume Brac, rencontres de jeunes français dans la chaleur de l’été ; 68 mon père et les clous, enquête de Samuel Bigiaoui autour de la trajectoire de son père, militant et intellectuel reconverti dans une quincaillerie. De l’autre côté de l’Atlantique, 1985 s'annonce comme un Festen à l’américaine : un jeune homme décide d’annoncer sa séropositivité à sa famille le jour de Noël. Voyage à travers l'histoire des États-Unis, le documentaire Hale County this Morning, This Evening propose un aperçu de la vie d’une communauté afro-américaine tandis que Tyrel raconte, dans la lignée de Get Out, la soirée alcoolisée d’un jeune noir au milieu d’un groupe de blancs en vacances... En avant-première, ce sera aussi l’occasion de retrouver Sasha Lane – l’incroyable révélation de American Honey – dans un film de Desiree Akhavan portant sur un camp de redressement à destination de jeunes homosexuels.

Damien Bonnard, Esther Garrel, Pierre Deladonchamps, Katell Quilleveré, Arnaud Valois ou Hubert Charuel siègeront parmi les membres du jury et plusieurs masterclasses se partageront l'affiche, dont celle de Tim Roth, précédée par une rétrospective de ses plus grands films. Si vous ne l’avez pas vu ou que vous pensez l’avoir oublié, c’est donc le moment de foncer (re)découvrir Little Odessa. Et parce qu’un festival n’est jamais complet sans sa dose de fête, plusieurs concerts ponctueront l’événement – parmi lesquels Vendredi sur mer, PEPITE, Arnaud Rebotini et pour commencer en beauté – FAIRE, nos préférés.