myth syzer et hamza ne peuvent pas vivre sans elle(s)

Beatmaker et désormais chanteur romantique, Myth Syzer dévoile aujourd'hui un nouveau clip extrait de son premier album, « Bisous », en featuring avec le rappeur Hamza. De l'amour, toujours de l'amour.

par Antoine Mbemba
|
11 Avril 2018, 11:20am

Récemment, on apprenait que Doc Gynéco comptait parmi les featurings du premer album de Myth Syzer. Et ça tombait finalement sous le sens : en février dernier, le rappeur quarantenaire dévoilait « France », premier single d'un nouvel album à sortir à la fin du mois. Un morceau étonnant (pour être gentil), qui nous rappelait à la fois que la grande heure du Doc était loin et en même temps qu'elle fut si belle qu'on est prêts à tout lui pardonner. En 1996, il sortait son légendaire Première Consultation , peut-être l'album le plus marquant de l'histoire du rap français. Et après ça, tout passe. Mais était-ce vraiment du rap ? À l'époque déjà, Doc Gynéco prenait la tangente et demandait à ce qu'on le « classe dans la variét’ ».

22 ans plus tard, ceux qui font le son de notre génération sont les mêmes qui ont grandi en chantant « Vanessa » et « Nirvana » dans la cour de récré devant des maîtres et maîtresses médusés par des paroles porno et suicidaires. Au sein de cette génération de fans élevés au Gynéco, il est en un qui, au-delà de son talent fou, est un sacré chanceux et à la même envie de pousser les murs des genres musicaux. Pour son premier album, Bisous, Myth Syzer se paye Doc Gynéco en invité, au milieu d'une mare vertigineuse de featurings (nous y reviendrons) qui chantent l'amour, le sexe, la rupture, et sortent le producteur-devenu-chanteur du carcan rap dans lequel on l'avait laissé. Vers la variété peut-être ? « Doc Gynéco c'était un kiff, je ne le connaissais pas personnellement, raconte Myth Syzer. Je voulais réunir des gens du rap dans un truc plus pop et variété sur l'amour. J'étais comme un fou de l'avoir. Je veux que Bisous soit le Première Consultation de 2018 et le fait que le mec qui a fait cet album soit dedans, j'ai un tampon. Il est label rouge. »

Lâché sur un morceau avec la chanteuse d'Agar Agar Clara Cappagli, Doc Gynéco côtoie ainsi la jeune garde du rap et de la pop francophone. Bonnie Banane, Oklou, Lolo Zouaï, Ichon, Jok'Air, Roméo Elvis, Muddy Monk, Loveni et Aja viennent tous porter les refrains de la voix toute neuve mais déjà agile d'un Myth Syzer qu'on ne connaissait « que » beatmaker et qui s'impose encore un peu plus comme une sorte de Timbaland de 2018 : un incroyable fédérateur de talent qui sait poser sa voix là où ça compte. « J'en ai eu marre de simplement faire des instrus. Je ne me sentais pas accompli en faisant que ça. Je voulais faire plus. Du coup je me suis mis à faire des top lines sur un son, 'Le Code', et de là j'ai mis des paroles, ça a plus, et j'ai continué. La machine était lancée. C'était pas facile au début. C'est comme se mettre à nu. Tu doutes sur ta voix, tu doutes sur tes paroles. »

Avec une base solide comme « Le Code », tube de l'été 2017 sur lequel on n'a toujours pas fini de bouger la tête, Bisous ne pouvait que convaincre. Parce qu’assembler de tels talents, c'est alléchant, mais en sortir un opus aussi cohérent avec des artistes à ce point différents relève de la performance. « Il y a une DA qui s'est faite avec 'Le Code'. C'est une formule qui a marché, on continue. J'ai donné des mots-clés, des thèmes à chacun. Jok'Air je lui ai dit, tu vas dire que t'es un voyou, que tu fais des trucs, mais t'es triste que t'a meuf se barre et tu montres que t'es faible de ce côté-là. On est pas dans ce truc de dire les meufs sont des pouffiasses. On est pareils, ce sont plutôt les mecs ont du mal à assumer certaines choses. » Cette dichotomie homme/femme, c'est peut-être ce qui ressort de plus intéressant de l'album. Parce qu'elle est aux antipodes de ce que le rap a pu véhiculer des décennies durant. Sur Bisous , les hommes sont vulnérables, en colère, perdus et les femmes en confiance, joueuses, sûres de leur pouvoir d'attraction et assez fines pour échapper à l'objet sexuel.

Créé alors qu'il vivait une rupture, Bisous est une thérapie douce pour Myth et ses auditeurs, en même temps qu'un regard frais sur les dynamiques qui peuvent animer les relations aujourd'hui. « Les mecs ont un peu plus de honte et de mal à assumer ce sujet que j'aborde dans l'album, la rupture, le fait qu'on court après les meufs. Les filles aiment bien, elles se sentent en position de force. Les mecs suivent les filles, et il faut qu'ils assument le romantisme qu'on a tous au fond de nous. J’ai aussi l'impression que le mec met généralement du temps à être dedans, et une fois qu'il et dedans il est mort ! Et la fille, quand elle a décidé que c'était fini, c'est vraiment fini. Le gars arrive moins bien à passer l'étape de la séparation. Je pense que les filles sont plus indépendantes. »

Sur « Sans Toi », en featuring avec le rappeur Hamza et dont le clip vient de sortir, on retrouve cette idée de dépendance. Hamza se sent trop seul, est prêt « à changer pour elle », à « faire plus d’efforts » et même si Myth Syzer a été forcé à apprendre à « faire sans » elle, il en « rêve encore ». Bisous , chanté quasi-exclusivement en français (à l'exception de Lolo Zouaï qui pose en anglais) se révèle être une photographie très actuelle, d'une scène musicale mais aussi plus largement d'une jeunesse française. Un écrin vaporeux, trap, pop, variété, monté par Myth Syzer pour ses potes et dont l'architecture est assez subtile pour donner à chacun la chance de briller. « C'est une scène de jeunes qui font du son et de gens adorables. Il n'y a pas d'orgueil dans cet album, tout le monde se sent concerné par ce que font les autres. Ils sont tous ouverts d'esprit. C'est pour ça que l'album a cette touche, chaque track est une ouverture d'esprit. »

La prochaine étape pour Myth, c'est un album solo où il chantera seul ou quasiment. Mais chaque chose en son temps. Le 27 avril, jour de la sortie de Bisous, vous pourrez danser ou rêver sur le merveilleux « Cœur Brisé » en featuring avec le suisse Muddy Monk, la plainte de « Voyou » de Jok’Air, la « Météo » d’Oklou ou le doux « Tocard » de Roméo Elvis. Aujourd'hui, c'est « Sans Toi » qui rythme votre journée avec un clip tout droit sorti des hits r&b des années 2000 ou nos deux romantiques jouent dans des flaques d'eau à la Usher et chantent les Bisous qui vont nous faire passer le printemps la tête en l'air.

Tagged:
Rap
Myth Syzer
Clip!
Hamza
bisous
sans toi