la jeunesse flamande célébrée dans le film de willy vanderperre

i-D et Willy Vanderperre, c'est un peu une histoire d'amour qui dure : le photographe vient de sortir son dernier court-métrage, un conte sur la jeunesse, l'amour et la solitude adolescente sous la lumière froide de Flandres. Rencontre.

|
13 Janvier 2016, 2:42pm

Depuis 20 ans, Willy Vanderperre photographie ce qui l'entoure. Il a sublimé les plus iconiques des couvertures d'i-D et redéfinit, chaque jour, l'image de la jeunesse. Fasciné par le bizarre, il immortalise encore aujourd'hui le quotidien de ceux qu'on ne voit jamais. Les outsiders qui passent sous son objectif le ramènent toujours à sa propre adolescence - une époque passée enfermé dans sa chambre de Flandres en Belgique, à écouter les Smiths et Depeche Mode en boucle, bercé par les cloches des églises au loin. Son dernier film, Naked Heartland raconte cette histoire. Celle de trois jeunes, Ann, Jan et Rob et leur quotidien dans la campagne flamande. 

Naked Heartland
'Ce sont des adolescents tardifs

évoque la difficulté de grandir et de s'épanouir à un âge charnière, entre deux mondes - les déboires de l'adolescence comme on les connaît bien. Qu'il s'agisse des parents, du harcèlement moral ou de la sexualité, Ann, Jan et Rob se battent pour acquérir leur propre identité. ', explique Willy, ils ont 17/18 ans, l'âge auquel on se découvre soi-même, véritablement.'' 

Mais Naked Heartland parle aussi de la solitude et de la vie sur les réseaux sociaux. Les personnages se cherchent et attendent de recevoir de l'amour, de la compassion des autres mais ils sont confinés dans leur propre univers. Internet est le seul endroit où ces adolescents peuvent s'épancher et partager leurs émotions. ''Je vois Naked Heartland comme un poème, ouvert à l'interprétation. Chaque visionnage du film peut faire naître de nouvelles émotions.'' Les personnages ressentent ce désir irrepressible d'indépendance mais ils sont aussi paniqués à l'idée de quitter l'enfance. ''C'est un âge qui m'a toujours fasciné et qu'on retrouve dans tout mon travail, poursuit Willy. L'âge auquel on perd son innocence et où l'on se pose de vraies questions existentielles.''

En marge de son film, Willy participe avec David Owen à un projet pour IDEA books, la maison d'édition qui vient de publier 635, un ensemble de photographies issues du compte Instagram du photographe. 

Credits


Texte : Felix Petty
Photographie : Willy Vanderperre