après la tragédie de grenfell, juergen teller a aidé des jeunes à photographier leur quotidien

Des jeunes liés à la communauté touchée par l'incendie de Grenfell ont photographié leurs vies quotidiennes pendant les semaines qui ont suivi le drame. Juergen Teller a encadré leur travail et le résultat est à découvrir ici.

|
20 février 2018, 12:04pm

Le 14 juin 2017, un incendie a dévasté la tour Grenfell dans le quartier de North Kensington à Londres. Les chiffres officiels ont fait état de 71 morts, même si de nombreux locaux estiment le bilan encore plus lourd. Peu de temps après, il a été révélé que la tour était construite à partir de matériaux combustibles, mettant en lumière la négligence dont les institutions avaient fait preuve.

Mais ce drame a aussi révélé au monde le pouvoir et la résistance de la communauté de Grenfell, son empathie profonde et sa détermination à voir la justice rendue. Les semaines qui ont suivi, des jeunes liés à la population touchée ont documenté leur vie de tous les jours. Marches, commémorations, échappées du quotidien : chaque image raconte sa propre histoire.

Le projet a été dirigé par Juergen Teller, qui a apporté ses conseils et son soutien au groupe de participants. Apple a fait don de 20 iPhone 8+, pour que chacun puisse prendre des photos dans les mêmes conditions. Face à ces jeunes, peu de consignes, si ce n’est celle de s’exprimer pleinement.

Photographie Jason Garcia-Urbano
Photographie Jason Garcia-Urbano
Photographie Zakiya Amlak
Photographie Alex Livermore-Marshall
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Amanda Fernandez
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Jerome Noel
Photographie Jordan Debruyne
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Alex Livermore-Marshall
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Alex Livermore-Marshall
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Abby Charles
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Alex Livermore-Marshall
Photographie Jerome Noel
Photographie Jason Garcia-Urbano
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Jerome Noel
Photographie Peaky Saku
Photographie Jason Garcia-Urbano
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Isabella Spencer
Photographie Jerome Noel
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Kieron Debruyne
Photographie Jordan Debruyne
Photographie Shareefa Energy
Photographie Shareefa Energy
Photographie Abby Charles
Photographie Jordan Debruyne
Photographie Jason Garcia-Urbano
Photographie Kieron Debruyne
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Jordan Debruyne
Photographie Tashmar Smith
Photographie Amira Ibrahim
Photographie Rajaa Bouchab
Photographie Amira Ibrahim

Lettre de Juergen :

Je me suis réveillé vers 4 heures le matin du 14 juin. Comme je vis près de la caserne des pompiers de Ladbroke Grove, j’ai entendu les sirènes et les départs d’hélicoptères.

J’ai d’abord pensé qu’il s’agissait d’une attaque terroriste. Je suis allé à la fenêtre et, dans un mélange de choc et d’horreur, j’ai vu une énorme fumée venir de l’autre côté de la route et continuer de monter. J’ai regardé les infos, une tour de Latimer Road était en feu. Mon studio étant sur Latimer Road, tout se passait à dix minutes à pied de chez moi. Il n’y a pas de mots pour décrire l’horreur de la situation et les mois qui ont suivi le drame au sein de ce quartier.

Invité à participer à ce numéro spécial d’i-D Magazine, Charlie Porter connaissait mon projet mené avec des écoliers de mon village d’origine en Allemagne, que j’ai publié dans le magazine POP et qui a été exposé à la galerie Alison Jacques à Londres. Il savait que je vivais dans ce coin et m’a demandé si ça m’intéressait de travailler autour de cet événement tragique en impliquant la jeunesse du quartier.

C’était extrêmement délicat mais j’avais l’impression qu’il fallait que je réagisse d’une manière ou d’une autre. Je me suis dit, voilà exactement ce que devrait faire i-D magazine : donner une voix à ces jeunes londoniens. C’est comme ça qu’i-D a commencé à forger la culture de la jeunesse. Je me souviens de la façon dont Nick Knight, ancien rédacteur photo chez i-D et sa femme, Charlotte, m’ont aidé lorsque j’ai débarqué à Londres en 1986, fauché et incapable d’aligner deux mots d’anglais. Je n’ai jamais oublié leurs encouragements. Ils m’ont permis de devenir professeur à l’Akademie der Bildenden Kunst Nürnberg, de rendre ce que j’ai reçu à d’autres jeunes et parfois, de les inspirer.

J’ai ressenti le même sentiment envers cette communauté, j’ai donc invité les 20 jeunes qui avaient été sélectionnés à travailler dans mon studio. Avec le soutien d’Apple, nous avons obtenu 20 iPhones pour mener à bien ce projet. Il y se passait plein de choses à la fois dans mon studio et toute cette excitation, cette générosité permettait d’élever les esprits vers quelque chose d’honnête et de positif. Aussi modeste soit-elle, je pense qu’il est important d’insuffler de l’énergie positive à la période sombre que nous traversons. C’est tout simplement agréable d’accueillir ces jeunes dans mon studio, de recevoir, de donner et je suis très reconnaissant à Charlie, à Amanda Fernandez et à Ash Kotak, sans qui ce projet n’aurait pas existé.

Avec beaucoup d'amour,

Juergen

Photographie Juergen Teller. En haut, de gauche à droite : Jerome Noel, Tanika Yearwood, Shareefa Energy and Igor Barcelos. Au milieu : Joshua Lloyd-Hall, Jordan Debruyne, Anton Gottlob, Ash Kotak, Suzi Leenars, Rozi Rexhepi, Juergen Teller, Kieron Debruyne, Amanda Fernandez, Abby Charles, Isabella Spencer, Gresa Rexhepi, Jason Garcia-Urbano et Miranda Dickson. En bas : Josselin Merazguia, Amira Ibrahim et Marian Stindt. Non photographiés : Alex Livermore-Marshall, Peaky Saku, Rajaa Bouchab, Sara Elkateep, Tashmar Smith, Zakiya Amlak.

i-D tient à remercier tous les jeunes créatifs impliqués dans ce projet pour leur temps et pour la passion dont ils ont fait preuve. Nous tenons également à remercier Ash Kotak, Amanda Fernandez, Anita Borzyszkowska et l'équipe Apple, Juergen Teller et l'équipe de son studio, dont Rozi Rexhepi, Karin Xiao, Anton Gottlob, Josselin Merazguia, Marian Stindt, Suzi Leenars et Gresa Rexhepi.

Cet article a initialement été publié par The Radical Issue, no. 350, Hiver 2017.