un freestyle inédit de jay-z refait surface

Tim Westwood a publié 3.59 minutes de pur Jiggaman, 15 ans d'âge.

|
06 Novembre 2015, 10:05am

Retour en 1999 : Tim Westwood animait une émission radio, l'unique à représenter si bien la scène hip hop de l'époque en Angleterre. Tous les meilleurs rappeurs US sont passés par son antenne malgré le jargon tendancieux et grivois de Westwood qui passait son temps à susurrer des "babys" à l'oreille de ses invités. Jay-Z fait partie de ceux qui ont marqué la radio anglaise de leur rime et de leur plume : aujourd'hui, Westwood fait sortir de l'ombre un freestyle inédit du géant du rap en le publiant sur son Soundcloud. 

L'enregistrement de 1999 est un écrin du temps pré-Jay/Beyoncé (ils s'étaient déjà rencontré à cette époque mais n'ont officialisé leur histoire qu'en 2004), et si le rappeur évoque ici "une beauté aux fesses parfaites" peut-être encensait-il déjà le charme de Queen B. Avant qu'il ne devienne papa, Jay posait aussi "No kids, but trust me, I know how to raise a gun" et se vantait de la lame d'acier rangée à sa taille.

En 1999, Jay sabrait encore son champagne préféré "Poppin Crissy" - c'était avant qu'il décide de boycotter la marque (après avoir entendu des remarques de Frédéric Rouzaud qu'il trouvait raciste) et 15 ans avant qu'il ne lance sa propre marque de vin pétillant, Armand de Brignac. 

Jay-Z s'auto-proclame "Le Jordan du rap" et nargue les rappeurs alentours: 

You got a flow, that's cool with me
You got a little dough that's cool with me
You got a little car, little jewel-leries
But none of y'all rappers can fool with me

Ce freestyle a été enregistré deux ans après l'assassinat de Notorious Big - un événement marquant qui distille les rimes de Jay : 

I just come to terms with the night they killed Biggie
And I sold 5 million records, damn I'm pretty.

Credits


Texte Stuart Brumfitt
Photographie Adam Glanzman