Publicité

la plus grande rétrospective de wolfgang tillmans se tiendra à la tate

Le photographe, artiste et chouchou d'i-D sera à l'honneur à la Tate, l'année prochaine. Il a également annoncé que son projet d'espace à Berlin, serait dédié à la crise des réfugiés.

par Felix Petty
|
20 Avril 2016, 1:25pm

Depuis que Wolfgang Tillmans a publié sa première photo dans i-D, en 1989 - une sélection d'images des clubs de Hamburg - son travail n'a jamais cessé d'interroger les limites de la photographie, de brouiller les frontières entre art et documentaire. Ses clichés ultra-saturés à l'esthétique lo-fi racontent avec intimité sa vie et celle de ses proches mais s'attardent aussi sur les paysages, les natures mortes ou les visages des gens qu'il rencontre. 

La Tate vient pour sa part d'annoncer une rétrospective de son travail en février 2017 retraçant son parcours de photographe, vidéaste, musicien. Partant de 2003 (l'année de sa dernière exposition à la Tate), l'exposition se concentrera sur les 14 dernières années passées à mêler son art à ses engagements politiques (il se bat contre le réchauffement climatique, pour les droits des gay et des réfugiés). 

Wolfgang Tillmans, Astro Crusto Courtesy of the artist © Wolfgang Tillmans

Dans une déclaration faite la semaine dernière, Wolfgang annonçait que son projet d'espace berlinois, Between Bridges, serait dédié à la crise des réfugiés. L'artiste a expliqué qu'il s'était questionné sur le rôle qu'il pouvait jouer afin de faire évoluer les consciences politiques. Il évoque ainsi la décrépitude de l'Europe, son incapacité à rester soudée, à trouver des solutions, Europe qu'il décrit pourtant comme "le projet le plus pacifique que l'humanité ait mis au jour". Meeting Place, le forum mis en place par Wolfgang Tillmans, interroge ces problématiques. Il encourage les discussions, le dialogue à travers toutes les formes artistiques. "Meeting Place est une fenêtre ouverte sur l'échange," écrit-il, pour "prouver que le monde peut s'en sortir s'il se serre les coudes et part à la découverte de l'autre".

La première partie de ce projet est dédiée à ses images  Bachar Al Chahin, que l'artiste a pris en Syrie lors de la guerre civile et l'ascension de l'EI. Les espaces de discussions sont ouverts tous les jeudis. 

Credits


Texte : Felix Petty
Portrait : Karl Kolbitz

Tagged:
Culture
tate
Photographie
crise
exposition
politique
débat
refugiés
wolfgang tillmans