ça, c'est le style de paris

Depuis les années 1980, i-D, en documentant le style des rues d'Angleterre, nourrit et infuse la mode. i-D France s'attaque au sien, plus métissé et fou que jamais. Qui a dit que le style des français était ennuyeux ?

par i-D France
|
30 Mars 2017, 10:20am

Lean Chihiro, 17 ans

Que fais-tu dans la vie ?
Je vais en cours, je fais de la musique et je me suis lancée dans la vidéo il y a quelques mois!

Tu portes quoi ?
Un pull rose, un jogging Human With Attitude et une paire d'Adidas Climacool blanches.

Comment décrirais-tu ton style ?
Aléatoire car mes goûts sont hyper variés. Je porte juste ce que j'aime en faisant en sorte que l'assemblage des différentes pièces me plaise. J'aime les accessoires mignons, flashy et pailletés mais j'ai aussi un faible pour les pièces dites "gothiques". Mon but est d'associer un maximum de pièces totalement différentes d'un point de vue spatio-temporel. On s'habille pour soi-même et non pas pour les autres, tant mieux si ça leur plaît.

Quel est ton rapport à la mode ?
Je suis passionnée par le Japon donc niveau vestimentaire j'ai toujours eu un grand faible pour l'extravagance. Je pense qu'inconsciemment, la mode japonaise influencera toujours mon style.

Comment tes amis te décrivent-ils ?
Ils me disent souvent que je suis folle et que je vis dans mon propre monde et je le prends vraiment comme un compliment.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
Ça offre beaucoup de possibilités. Grâce aux réseaux sociaux, on peut réaliser ses rêves sans avoir à sortir de chez soi, c'est beaucoup plus facile qu'avant. On peut assumer son style et sa personnalité sans être jugé comme l'auraient été nos parents. La jeunesse est vraiment mise en valeur ces temps-ci et je trouve ça très cool.

Si tu pouvais changer une chose au monde ce serait quoi ?
J'éradiquerai ou au moins réduirai les inégalités sociales. Je n'ai jamais compris pourquoi j'avais de l'eau à volonté à la maison alors que des millions de personnes rêveraient d'en avoir juste une goutte. Vraiment, je ne comprends pas.

Il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?
Purple Swag d'A$AP Rocky qui reste un très bon morceau malgré le temps qui passe!

Léo Mattei (à gauche), 18 ans

Tu fais quoi dans la vie ?
Je suis en année sabbatique, j'en profite pour faire la fête, de nouvelle rencontre et m'accorder du temps pour faire ce que j'aime vraiment.

Quel est ton rapport à la mode ?
Je suis ce qui se fait en ce moment. Je suis pas particulièrement un grand fan, même s'il se passe des choses intéressantes. En revanche quand certaines marques s'approprient des cultures qui ne pourront jamais leurs appartenir comme le gabber et la teuf et dont je me revendique, ça me met en rogne.

Comment tes amis te décrivent-ils ?
Drôle et assez original.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
C'est une chance d'être jeune en 2017, on n'a jamais eu autant de liberté qu'aujourd'hui. Liberté d'expression, de circulation, d'orientation sexuelle. Le champ des possibles n'a jamais été aussi grand.

Qu'est ce qui t'inspire à Paris ?
L'état d'esprit des gens, la vie nocturne, mes amis. Le brouahaha permanent quand j'ouvre la fenêtre de ma chambre.

Tu sors où le soir ?
En semaine je me pose dans un bar ou dans un parc avec une petite bière et mes amis. Le week-end je suis un gros adepte des free parties. En hiver, je vais là où il fait chaud pour écouter de la tekno hardcore.

C'est bientôt les élections présidentielles en France. Comment les appréhendes-tu ?
Je me sens concerné évidemment, je vais voter pour la première fois. Même si j'ai l'impression que rien ne changera vraiment.

Il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?
Minor Threat de Minor Threat, ça hurle et j'adore ça.

Louise Raust, 17ans et Myssia Ghosn, 17 ans

Vous faites quoi dans la vie ?
Louise :
Je suis au lycée en Angleterre, je passe mon bac là-bas. J'étudie l'art, le théâtre et la photographie. Myssia : Je suis en terminale L.

Qu'est-ce que vous portez ?
Louise : J'ai un pantalon rose avec un petit t-shirt Nike bleu-vert et mon petit sac rose. Myssia : Un haut imprimé léopard et rose avec des strass, un treillis oversize.

Comment décririez vous votre style ?
Louise :
Je ne me réfère pas à un style particulier, tout dépend de mon mood. Je mets des habits que j'aime sans me prendre la tête. Myssia : Je mets ce qui me plaît, j'aime varier mes tenues et être satisfaite de l'ensemble.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
Louise :
C'est un peu difficile de répondre sans faire de généralités mais beaucoup de jeunes sont en compétition permanente pour être mieux que tout le monde, avoir un compte Instagram mieux que tout le monde et je trouve ça assez débile dans le fond : c'est pas tes followers qui dictent ou définissent la personne que tu es. Myssia : C'est être plus ouvert et "connecté", un pas en avant vers les autres.

Qu'est ce qui vous inspire à Paris ?
Louise :
Tout est inspirant. Les rues, les monuments... Ce qui est génial c'est que même si t'as l'impression de connaître Paris tu découvres toujours une petite ruelle ou un nouvel endroit caché. Myssia : Son lifestyle !

Où est-ce que vous faîtes la fête ?
Louise :
On n'a pas vraiment d'endroit, on s'aventure plus dans Paris mais en général on retourne assez rarement dans les mêmes endroits à part sur le canal à République quand on sait pas où aller mais c'est rare : je n'aime pas trop trainer là-bas. Myssia : Un peu partout tant que le spot me convient.

Si vous pouviez changer une chose au monde ce serait quoi ?
Louise :
Il y a beaucoup de choses que j'aimerais changer dans le monde. Il y a malheureusement une trop grande différence entre les pauvres et les riches. Les gens meurent de faim alors qu'on dépense notre argent pour des fringues ou des trucs sans valeurs. Myssia : La propriété privée.

Il y a un morceau que vous écoutez en boucle en ce moment ?
Louise :
Django, Oiseaux mais j'ai pas mal de musiques que j'écoute en boucle tout dépend de mon humeur. Myssia : Kotche - RDX

Tidian Diop Gonzalez, 17 ans

Que fais-tu dans la vie ?
Je suis en école de mode, j'ai monté ma marque il y a peu de temps. Je fais de la couture, du stylisme, de la photo et j'essaye d'être polyvalent.

Qu'est ce que tu portes ?
Un manteau de créateur, un pantalon de ma propre marque Cartel tdg, des bijoux, une ceinture Gucci, un t-shirt en résille Xuly Bet, un sac Dior, des chaines et des chaussures Buffalos.

Comment décrirais-tu ton style ?
On dit souvent qu'il est indescriptible. Moi je dirais alternatif à tendance punk.

Quel est ton rapport à la mode ?
Depuis mon plus jeune âge je dessine des croquis de mode.

Comment tes amis te décrivent-ils ?
Hautain et condescendant, avec amour.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
La grande question.. J'en sais rien, mais bon toute cette technologie, ces programmes télé à la con, ça rend les gens débiles. Tout le monde suit tout le monde comme être original se résumait à ne justement pas l'être.

Tu sors où le soir ?
Là où le vent me porte, pour être honnête !

Il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?
Leave me Alone, ou plutôt tout l'album 99,9% de Kaytranada. On sent l'été sui arrive dans les basses..

Tanguy Ezeque, 18 ans et Emma Flamme ou Effly, 17 ans

Vous faites quoi dans la vie ?
Tanguy : Je suis en première STMG au lycée à Val de Fontenay. Effly : Je suis en terminale ES au lycée turgot.

Qu'est-ce que vous portez ?
Tanguy :
Du Supreme et des Converses. Effly : Un cachemire rouge sang de ma grand-mère avec une veste en cuir piquée à mon boyfriend et un pantalon à rayures super pattes d'eph' trouvé dans le placard de ma maman.

Comment décririez-vous votre style ?
Tanguy :
Simple mais décalé, tendance punk. Effly : Je suis une timeless punk! Une punk de 2017 qui porte des chaînes, des résilles et des piercings avec une touche d'années 80 dans son style.

Quel est votre rapport à la mode ?
Tanguy :
Je m'intéresse beaucoup à la mode luxe et streetwear, j'aime voir les nouveaux styles et l'évolution de la mode au cours des dernières années et l'histoire de grandes marques comme Chanel, Yves Saint Laurent, Goyard ... Effly : Je suis passionnée de mode depuis l'enfance : ma grand mère était mannequin et avait une marque de vêtement à notre nom. La mode, c'est ma façon a moi de m'exprimer.

Comment vous amis vous décrivent-ils ?
Effly : Borderless. Quelqu'un sans limite et totalement décalé.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
Tanguy :
C'est cool parce qu'aujourd'hui on peut s'exprimer et s'habiller comme on veut sans se soucier de ce que les gens pensent.

Qu'est ce qui vous inspire à Paris ?
Tanguy :
L'architecture et la beauté de la ville (surtout la nuit).

Vous sortez où le soir ?
Tanguy :
Souvent chez des potes sinon dans les bars a oberkampf/bastille parce que l'ambiance est cool car c'est souvent des jeunes décalés. Effly : On cherche des squats pour organiser nos propre free parties ou on se pose tranquille dans un appart.

C'est bientôt les élections présidentielles en France. Comment te sens-tu par rapport à ça ?
Tanguy :
Comme je viens d'avoir 18 ans je me sens obligé de voter cette année parce que je considère que c'est important. Effy : J'avoue que j'ai peur de l'avenir de la France, il suffit que les Français fassent le bon choix. Certaines mentalités vont causer du mal à la France et à l'humanité.

Si vous pouviez changer une chose au monde ce serait quoi ?
Tanguy :
Mettre fin aux guerres et aux idéologies radicales.

Il y a un morceau que vous écoutez en boucle en ce moment ?
Tanguy :
J'écoute à fond Iam de XXXTENTACION parce que ca me donne envie de bien démarrer la journée. Effly : 3 nuits par semaine ou 3ème sexe.

Lila Zucconi, 17 ans et Sasha Neuville, 17 ans

Vous faites quoi dans la vie ?
Lila :
Je suis au lycée en terminale et je rentre en école de design l'année prochaine, vivement que ça se termine ! Sasha : Je fais la fête ! Et je suis au lycée en terminale.

Qu'est ce que vous portez ?
Lila :
Un treillis noir, une veste camo piquée à un pote, un t-shirt rouge avec écrit « Bong » avec un crâne à la place du « o » (le tout vient de chez Guerrisol), des chaussures à plateforme Buffalo, des gants en résille blancs, et une chaine autour du cou achetée dans un magasin de bricolage. Sasha : Du noir comme à mon habitude, je porte un t-shirt avec une petite image de Death Note (le manga) au milieu, et un pantalon vintage noir large.

Comment décririez-vous votre style ?
Lila :
Plutôt éclectique, ça dépend des jours mais j'aime bien que ça fasse un peu hardcore. Sasha : Il reflète ma personnalité. Je ne qualifierais pas mon style de « grunge » ou « punk » car je n'aime pas qu'on me colle des étiquettes, du coup, disons qu'il est un peu dark.

Quel est votre rapport à la mode ?
Lila :
Je trouve ça cool quand les gens se l'approprient et essaient de faire des trucs différents, que tu remarques parce qu'ils sont rares. Je suis influencée par les endroits où je traîne, la musique que j'écoute, même si ça m'arrive de m'inspirer de quelque chose que j'ai pu voir dans la rue, sur un pote, ou sur internet.

Comment vos amis vos décrivent-ils ?
Lila :
Drôle, curieuse, mignonne, de bonne humeur, épicurienne. Ils sont vraiment sympas. Sasha : Comme quelqu'un de pétillant, sûre d'elle (parfois un peu trop), honnête (un peu trop aussi). Ils disent que j'ai du caractère et que je suis fine d'esprit. Mon sens de l'organisation et de l'orientation les impressionne : je suis capable de concilier boulot et sorties.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
Lila :
J'ai pas envie de faire de généralités sur la génération Y, mais on s'amuse bien et je suis contente d'être née à cette époque connectée où on peut partager nos idées et tout remettre en cause ; on n'a jamais été aussi libres. En tout cas être jeune tout court c'est vraiment cool. Sasha : Sympa et terrible. J'aurai adoré naître une vingtaine d'années plus tôt comme j'aurai détesté. En tout cas, je ne sais pas comment c'était avant, mais on s'amuse beaucoup quand on est jeunes en 2017, même si le monde dans lequel on vit ne satisfait pas les jeunes utopistes que nous sommes.

Qu'est ce qui vous inspire à Paris ?
Lila :
J'adore regarder l'architecture quand je me balade dans les rues, je fais attention aux détails de chaque endroit, j'aime explorer des bâtiments même si je suis clairement la plus nulle de tout le groupe en escalade. Sasha : Le Paris caché, le Paris qu'on ne voit pas et qu'on découvre par hasard, c'est celui là que j'aime. Je pense qu'il faudrait se perdre dans Paris des millions de fois pour en connaître les meilleurs recoins.

Si vous pouviez changer une chose au monde ce serait quoi ?
Lila :
C'est une réponse un peu bateau, mais je dirais le manque d'ouverture d'esprit qui nous cause bien des problèmes. Sasha : La violence, car il y a tant d'autres solutions.

Où sortez-vous le soir ?
Sasha : Un peu partout : boîte de nuit, soirée entre copains, grosses soirées, bars underground et puis, quand il fait beau, j'apprécie beaucoup les free parties.

Il y a un morceau que vous écoutez en boucle en ce moment ?
Lila :
Demain il pleut de Guerilla Poubelle que Popline m'a fait écouter y a 10 jours, je m'en lasse pas, merci Pop. Sasha : The Antidote de Stupeflip (tout leur album est aussi très sympa), Si un jour de La Femme et You can't always get what you want, des Stones.

Harry, 16 ans

Qu'est ce que tu portes?
Une veste customisée par Chamalet, un jean zippé customisé par Enechoi. Un hoodie Suprême.

Comment définirais-tu ton style ?
Swag School

Quel est ton rapport à la mode ?
J'espère en faire mon métier bientôt.

Comment tes amis te décrivent-ils ?
Mes amis me prennent pour un futuristik. Comme mon nom, ils adorent mon style.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
C'est plutôt cool et je pense qu'on s'en sort bien par rapport aux anciennes générations.

Tu sors où le soir ?
Trap Everyday.

Il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?
Playboi Carti ft Lil Uzi Vert - Woke Up Like This

Popline Fichot, 17 ans et Clara De Lataillade, 19 ans

Vous faites quoi dans la vie ?
Clara :
Je suis étudiante en communication visuelle, le graphisme me passionne j'adore créer le contraste dans chacune de mes réalisations. Sinon je sors beaucoup et je fais ce que j'aime avec mes potes, toujours accompagnée d'une bonne bière bien fraîche. Popline : Je suis en terminale es, je dessine, je visite des chantiers et j'allume ta clope.

Qu'est ce que vous portez ?
Clara :
Des Doc Marteens, un treillis vert kaki, un haut de motard trouvé chez Guerrisol à Barbès (qui me tient à coeur d'ailleurs) en dessous d'un t-shirt Misbhv avec un motif que j'adore et une petite veste en daim des années 60 qui appartenait à ma mère. Popline : Un pantalon en faux cuir que j'ai arraché parce que la matière tenait pas et j'ai rajouté des bouts de scotch, un long manteau noir en cuir, des plateformes toujours en cuir. Un t-shirt tribal, des résilles rouges sur les mains et des chaînes, mes anneaux, mes épingles...

Comment décririez-vous votre style ?
Clara :
Classico-hardcore avec une touche destroy (évidemment, il me la faut toujours). C'est ça qui me plait. Popline : Core punk cyber metal Trash, tout ce qui est X-trem.

Comment vos amis vous décrivent-ils ?
Clara :
Drôle, réservée, attachante, rarement présente sans ma bière, d'une flemme incroyable et égoïste quand il s'agit de partager ma bouffe. Popline : Toujours fourrée dans des lieux improbables, optimiste, et qui s'y connaît en chaînes.

C'est comment d'être jeune en 2017 ?
Clara :
La meilleure des choses. Je vis mes meilleures années jusque-là. J'ai envie de rester jeune toute ma vie et profiter à fond sans me poser de question. Popline : Pas assez révolutionnaire, pas assez libre dans le sens où les codes de la société sont trop respectés, ou la remise en question est trop superficielle.

Qu'est ce qui vous inspire à Paris ?
Clara :
Pas mal de choses, j'ai toujours vécu dans le même quartier festif et bruyant. J'adore l'ambiance nocturne parisienne, ça m'apporte de la nostalgie et du plaisir. Popline : Les rues, mais surtout les gens qui s'y trouvent et ce qu'ils ont fait de la rue, de l'espace commun

Où sortez-vous le soir ?
Clara :
Le choix se fait entre soirée chez des amis, déconner dans la rue, ou alors danser en club sur de la tekno. Mais mes meilleures sorties restent les free parties qui durent jusqu'à 16h le lendemain. Ah ça… Popline : Free party, concert punk, soirée poseé, squat, soirée tekno.

Il y a un morceau que vous écoutez en boucle en ce moment ?
Clara :
La Femme, Tatiana ! Sinon j'suis une adepte du hardcore, du gabber et de la grosse techno industrielle. J'aime quand le BPM est élevé. Popline : Lepek, Le son de l'enfant, de la core et de la bonne humeur et Wir tanzen im 4-eck de stereo total.

Anouchka Mbia, 18 ans

Que fais-tu dans la vie ?
Je suis en école d'art appliqué à Paris.

Qu'est-ce que tu portes ?
Un top en jean et en jean pattes d'éléphant et une paire de Nike.

Comment décrirais-tu ton style ?
J'ai deux visions de la mode, j'aime beaucoup l'histoire de la mode et du prêt à apporté mais je trouve que c'est un milieu qui devrais s'ouvrir a tous. Parce que la mode se trouve partout!

Comment tes amis te décrivent-ils ?
Comme un rayon de soleil, enthousiaste, souriante et de bons conseils. Bavarde.

Qu'est ce qui t'inspire à Paris ?
Mon entourage m'inspire énormément, surtout mes amis. j'aime beaucoup aller à Porte de Clignancourt, c'est un endroit très cosmopolite. J'aime aussi le quartier qui entoure Beaubourg où je me balade souvent.

Où est-ce que tu fais la fête ?
Je sors un peu partout, je côtoie touts les milieux. Mais je préfère les petites soirées entre amis aux grosses fêtes.

Tu comptes voter en mai prochain ?
Je me sens concernée car je vais voter pour la première fois. Je suis de près la campagne.

Si tu pouvais changer une chose au monde ce serait quoi ?
Je viens d'un quartier populaire, je vois au fil des années mon quartier qui s'embourgeoise et j'aimerais que les nouveaux arrivants acceptent les anciens malgré les différences sociales.

Il y a un morceau que tu écoutes en boucle en ce moment ?
Jorge ben jor, Que Peña.

Credits


Photographie : Sophie Hemels

Tagged:
street style
style français