Publicité

vivienne westwood et juergen teller célèbrent 10 ans de photographie radicale

L'exposition « Vivienne Westwood, Andreas Kronthaler, Juergen Teller » rassemble une décennie d'images mode et punk, dans la boutique new-yorkaise de Dame Viv.

par Hannah Ongley
|
08 Septembre 2017, 8:29am

Si les créateurs de mode aiment mettre en scène et faire incarner leur vision par le corps des autres, d'autres n'hésitent pas à tourner l'objectif sur eux-mêmes et à se poser en sujet principal de leur imagerie. Dans le genre, Tom Ford est connu pour être apparu à maintes reprises dans ses propres campagnes et Marc Jacobs a posé nu et huileux à côté d'un flacon géant pour promouvoir son parfum, Bang. Mais aucun designer n'a poussé l'art de se fondre dans l'esthétique de sa marque comme Vivienne Westwood et Andreas Kronthaler l'ont fait, avec une telle régularité et une telle réussite. Une réussite qui s'explique facilement : pour les campagnes subversives de leur marque, Dame Viv et Andreas se sont chaque fois alliés à leur ami de longue date et (lui aussi) agitateur iconique de la mode, j'ai nommé Juergen Teller.

Vivienne Westwood printemps/été 2013, photographie Juergen Teller.

Le photographe – également à la manœuvre de cette fameuse pub Bang de Marc Jacobs – compte tellement de projets avec Vivienne et Andreas sur son disque dur qu'il en a fait un bouquin de 258 pages – et ce n'est qu'un best-of. L'ouvrage est complété par une exposition qui s'ouvrait hier entre les murs des six étages de la maison-mère new-yorkaise de Vivienne Westwood. Une collection de campagnes, de séries de portraits, de satires politiques et d'éditos marquants qui couvrent une décennie de l'œuvre du trio Teller/Westwood/Kronthaler. De la campagne automne/hiver 2007, que Viv perce d'un regard froid, une hache de bûcheron entre les mains, aux publicités éco-radicales shootées en Grèce l'an dernier. L'environnement est d'ailleurs une cause que Vivienne Westwood a continué de mettre en avant depuis l'arrivée officielle d'Andreas à la tête de la marque.

Vivienne Westwood automne/hiver 2008, photographie Juergen Teller.

« C'est ça, ce que j'appelle être créative, » assurait l'infatigable punk de la mode à i-D plus tôt dans l'année, au sujet de son nouvel activisme écolo. « Essayer de communiquer par la représentation, l'imitation de la réalité, c'est ça faire de l'art. C'est comme ça qu'on comprend le monde. Sinon, on ne pourrait compter que sur notre intuition, comme les animaux. Je pense que c'est la chose la plus créative que j'ai faite, » concluait-elle en parlant de l'intégration de la problématique environnementale dans son travail.

Vivienne Westwood printemps/été 2009, photographie Juergen Teller.

Quand elle évoque cette nouvelle exposition, Vivienne commence par rendre hommage à Juergen et son approche idiosyncrasique de l'art. « Il a quelque chose de particulièrement rare : un bon goût qui ne se trompe jamais et une maîtrise parfaite de son travail. On ne sait pas trop comment, mais Juergen arrive toujours à saisir la bonne image, à la comprendre rapidement, à extirper l'essentiel et ce qui va faire d'une photo une grande photo. » Et Andreas d'ajouter : « Quand Renoir disposait un vase de fleur devant lui, il lui arrivait de le retourner, pour le peindre de derrière. Juergen peut faire la même chose, et c'est ça que j'adore chez lui : cette spontanéité. »

L'exposition Vivienne Westwood, Andreas Kronthaler, Juergen Teller s'est ouverte hier à la boutique Vivienne Westwood New York.

Vivienne Westwood automne/hiver 2011, photographie Juergen Teller.
Vivienne Westwood printemps/été 2017, photographie Juergen Teller.
Vivienne Westwood printemps/été 2017, photographie Juergen Teller.
Vivienne Westwood automne/hiver 2007, photographie Juergen Teller.
Vivienne Westwood automne/hiver 2010, photographie Juergen Teller.
Vivienne Westwood printemps/été 2017, photographie Juergen Teller.