Rencontrez Alex Wolfe, le gagnant dans la catégorie menswear lors du premier Global Design Graduate Show

Les juges ont été conquis par la collection menswear d’Alex qui ressemble à une dystopie corporate.

par Tom George; traduit par Haydée Touitou
|
23 Octobre 2020, 3:00pm

La collection de fin d’études d’Alex « The Boredroom » est, selon ses propres mots, « une exploration satirique et dystopique des concepts qui entourent ce que signifie être un homme, et ce que signifie être anglais ». À 29 ans et tout juste sorti de la prestigieuse Central Saint Martin School de Londres, il remporte le prix menswear de la catégorie mode du Global Design Graduate Show online de i-D et ARTSTHREAD, présenté avec le soutien de Gucci.

pjimage-6.jpg

Dans sa collection sombre et dystopique, Alex a repris le look quotidien « 9 to 5 » d’un employé de bureau lambda avant de le disséquer pour en relevé les éléments qui sont souvent ignorés ou non attendus, tout en donnant aux mannequins un moyen drôle de se transformer dans l’objet le plus quotidien mais aussi le plus intégral au sein d’un bureau : la chaise

Dans l’un des looks, la tenue comprend un masque de ski noir lisse qui couvre entièrement le visage alors que le blazer d’un costume à rayures est tordu et retordu, comme si il se penchait sur lui-même. La collection présente aussi un costume en lycra couleur bleu schtroumpf qui s’étend dans la forme d’une chaise pour couvrir le torse du mannequin, les quatre pieds sortant de son corps alors que l’on devine son visage parmi les ouvertures à l’arrière de la chaise. Dans l’un des designs les plus fantaisistes, tout semble normal des pieds au buste à part qu’entre les revers du blazer se trouve un tabouret à l’envers à la place de l’emplacement de la chemise et de la tête du mannequin, tout cela couvert d’un lycra vert fluo.

« J’ai envie d’apporter une touche de subversion et d’amusement à mon travail au sein d’un context comme celui du menswear, en y appliquant l’imagination d’un enfant avec peut-être une dimension un peu sombre » nous explique Alex. Le mot de subversion est rarement utilisé au sein d’un concept comme la masculinité qui est autant contrôlé, confiné, et prohibant, mais pour Alex, c’est précisément ce qui l’amuse. « J’ai toujours ressenti que j’existait en dehors (de la masculinité). Le menswear peut être tellement restrictif et ce simple fait me motive car il y a beaucoup de moyens cachés pour casser les règles, même si ces règles étaient invisibles avant que vous vous en approchiez réellement ».

pjimage-8.jpg

Même si il ne le savait pas encore, c’était clair qu’Alex avait le gène du design de mode dès ses premières années d’études. Si il n’a pas passé son bac, ses parents l’ont encouragé à poursuivre des études d’art, se rendant bien compte que la fibre créative était forte chez leur fils. « J’étais fasciné par le corps » nous explique Alex en nous parlant des dessins qu’il faisait dans ses cahiers de maths ou de sciences à la place de prendre des notes, « mais je n’ai jamais fait la connection avec la mode, ça restait très étranger pour moi ». Après s’est inscrit à la Central Saint Martins sur un coup de tête, Alex a été diplômé en Fashion Design en 2017 avant de faire un stage au SHOWstudio ou chez des designers respectés comme Walter Van Beirendonck ou Gareth Pugh.

pjimage-9.jpg

Pour sa collection de master, Alex était certain qu’il voulait suivre une approche durable en utilisant des stocks de laine chez le surplus d’un producteur tandis que le lycra et le coton jersey ont été fabriqué avec 80% de fibres recyclées. « En tant que designer aujourd’hui, je ne comprends pas comment on ne peut pas rechercher des alternatives qui font moins de mal. Pour moi, c’est un facteur essentiel ».

pjimage-7.jpg

Alors qu’il termine son master, Alex nous dit que gagner ce prix, sponsorisé par Gucci, est extrêmement encourageant, surtout suite à cette expérience indicible de présenter cette collection sur laquelle il a tellement travaillé au milieu d’une pandémie qui a mis fin aux défilés et aux expositions partout dans le monde. Aujourd’hui, Alex prépare sa prochaine collection et réfléchit à comment la présenter dans le contexte actuel. En attendant, il nous a annoncé une collaboration excitante avec Birkenstock qui sortira début 2021.

pjimage-5.jpg

Restez attentifs, nous allons bientôt annoncer le ou la gagnant(e) de la catégorie womenswear, et vous pouvez aussi découvrir plus de propositions pour le Global Design Graduate Show ici.