Courtesy of Nickolas Lorieux 

Nickolas Lorieux, l’instant solaire

Cet été, i-D France a souhaité mettre en lumière le travail de six photographes émergents à travers des images emblématiques qu’ils ont eux-même sélectionné. Cette semaine, focus sur le photographe Franco Américain Nickolas Lorieux qui vit à Paris.

par Julie Le Minor
|
12 Août 2020, 9:00am

Courtesy of Nickolas Lorieux 

Enfant, Nickolas ne pensait pas faire de la photographie son métier. S’il a toujours évolué dans cet univers grâce à sa famille et à son père, Daniel Lorieux, il étudie d’abord le stylisme et le modélisme avant de se tourner vers des études d’arts en intégrant les Arts Déco à Paris. Après avoir obtenu une bourse pour se rendre à la School of Visual Arts de New York, Nickolas oriente sa pratique à travers des cours d’éditorial où il se confronte pour la première fois à la réalité du métier. Pellicule, assistant, développement, retouche, tirage, logistique. Après quelques publications dans des magazines comme Self Service, il effectue un stage en tant qu'assistant de plateau auprès de Patrick Demarchelier. Aujourd’hui, Nickolas poursuit son travail de photographe de mode dans un style bien à lui emprunt d’univers solaire et aquatique, de jeunes modèles et d’instants volés.

Courtesy of Nickolas Lorieux

C’est une série où j’essaye de maîtriser un procédé chimique sur un support photosensible qui s’avérera toujours surprenant. Je l’expose à différents types d'éclairages naturels ou artificiels et à différents temps de pause puis en fonction de comment je vais l'étaler, j’obtiens des couleurs et des formes différentes. C’est un procédé que j’ai commencé en 2011 et que je poursuis aujourd’hui car j’aime l’effet de surprise et l’abstraction qu’il procure. Je ressens la même sensation lorsque je dessine ou que je peins.

2_ STORY.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

Cette image a été réalisée pour une campagne Lanvin et je l’aime particulièrement car le produit n'apparaît pas. Je ne pensais pas qu’elle pourrait être sélectionnée pour une campagne digitale mais ils l’ont gardé et j’ai trouvé cela génial car l’image semble de fait assez forte pour incarner la marque et l’identité du produit. On retrouve donc seulement cette silhouette et la peau omniprésente et qui revient très souvent dans mes images.  

Carven Lorieux Kodak 200 4F1040004.JPG
Courtesy of Nickolas Lorieux

J’ai adoré ce shooting. Cette photo a été prise dans le Sud dans la maison d’un ami. On y voit Irma, sa copine, une petite Brigitte Bardot, avec une autre modèle qui posent sous l’eau pour une campagne Carven. On a réalisé toute cette série dans la piscine seulement quelques minutes avant mon départ en train. J’ai fait deux pellicules en trois minutes dont cette image “volée”, c’est l’une de mes préférées. L’eau est un véritable leitmotiv artistique, elle revient toujours dans mes images. J’aime bien le côté abstrait qu’elle procure, un peu comme des peintures… J’ai un vieil appareil photo avec une optique qui peut aller dans l’eau sans distorsion et que j’utilise beaucoup en vacances. C’est d’ailleurs avec ce genre de photos que j’ai eu mes premiers éditos, notamment un que j’ai shooté à Palm Springs pour le magazine Wallpaper sur le thème de David Hockney et que j’avais beaucoup aimé.

4.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

J’ai pris cette image pour la marque Sergio Rossi. J’étais très libre durant ce shooting, il y avait une ambiance vraiment détendue, très vacances. On retrouve aussi sur ce cliché la peau qui est toujours très présente dans mes photographies. Et encore une fois, le produit n'apparaît pas.

5.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

Cette photo a été prise avec des copines sur l'ile de Pantelleria en Italie. L’eau y est sublime, presque transparente. Je trouve intéressant la lumière qui vient zébrer les corps. La distortion abstraite sur la surface de l'eau permet aussi de créer des photographies que l’on ne maîtrise pas pleinement et j’aime beaucoup cet effet de surprise au moment du développement.

6.JPG
Courtesy of Nickolas Lorieux

Dans cette photo prise pour All About, je souhaitais utiliser l’eau en studio, en travaillant la distorsion et la lumière. L’eau est vraiment le leitmotiv qui revient le plus dans  mes photos. Mon père aussi a sa propre signature avec des ciels bleus très polarisés. Je n’ai pas encore une signature aussi forte que lui mais je pense que je commence à avoir une identité autour de la peau, du ciel et de l’eau qui sont des éléments récurrents dans mes travaux.

7STORY.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

En février, juste avant le confinement, on est parti dans les îles Caïmans dans le superbe hôtel Palm Height où j’ai réalisé cette image avec mon téléphone. Ce verre d’eau posé devant moi qui perle avec la chaleur, ces deux personnes un peu abstraites et les parasols jaunes que l’on aperçoit derrière.

8_ SOTRY.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

J’ai pris cette photo en vacances à Formentera. J’ai appelé une de mes amies Laetitia Paul qui est styliste car je voulais absolument faire un shooting avec Frederike, magnifique modèle, et elle a finalement été publiée dans le Vogue Chine pour la rubrique beauté, ce qui est assez ironique, puisque Frederike était totalement naturelle dans ce shooting, nous n’avions ni coiffeur ni maquilleur.

9.jpg
Courtesy of Nickolas Lorieux

Cette image réalisée pour Amélie Pichard reprend les codes très eighties qui caractérisent son esthétique. Nous étions ensemble en cours de stylisme et nous nous sommes retrouvés récemment car Amélie aime beaucoup les clichés de mon père et nous avons donc décidé d’organiser un shooting tous ensemble. Amélie est fan du clip “Comme un ouragan” de Stéphanie de Monaco que mon père a réalisé, on s’est donc inspiré de cet imaginaire pour recréer cette ambiance rétro avec de grands réflecteurs et différents accessoires flashys. Là, j’ai pu capter ce moment off où la mannequin sourit spontanément et je trouve que ce sourire est fantastique.

Tagged:
Photos
Nickolas Lorieux