A hard day’s night

Alors que le confinement s'achève, nombreuses sont les œuvres à éclore portant sur le thème de l’isolement. Certaines résonnent plus que d’autres comme le court-métrage “A hard day’s night” réalisé par Benjamin Hoffmann et Mathieu Mondoulet.

par Julie Le Minor
|
15 Juin 2020, 10:35am

Mettant en scène le danseur Thibaut Eiferman, ancien membre de la Batsheva Dance Company à Tel Aviv, le film tourné avant le confinement se présente comme une expérience cathartique. Une ode inquiétante à l’enfermement et à la nuit dans ce qu’ils ont de plus beaux et de plus sombres aussi... Tourné dans l’une des maisons expérimentales et inoccupées de l’architecte Jean Daladier, le film narre l’expérience du corps et de l’esprit à l'épreuve du huis-clos entre songe et réalité.

À travers une chorégraphie contemporaine et rythmée, où le calme laisse soudain place à la violence et où l’attente et l’errance frôlent finalement la folie, le duo retranscrit les différents états dans lequel leur protagoniste est plongé. “On voulait raconter une histoire d’enfermement et l’actualité a rattrapé notre projet, explique Benjamin Hoffmann. Notre personnage a finalement pour seule ambition de s’échapper de cette maison où il s’est isolé le temps d’une nuit”. Se présentant comme une parabole de la solitude et du huis-clos, “la danse s’est imposée directement à nous pour exprimer ce voyage introspectif”, poursuit Mathieu Mondoulet. Un récit qui fait forcément écho à cette période confinée et dont la fin lumineuse promet un beau retour à la liberté retrouvée.

A hard day’s night, réalisé par Benjamin Hoffmann et Mathieu Mondoulet, avec le danseur Thibaut Eiferman.

Tagged:
danse
isolement
confinement
Benjamin Hoffmann
Mathieu Mondoulet
Thibaut Eiferman