7 Césars iconiques

Entre coups de gueule, rires et larmes : Les César sont une télénovela en direct. Soirée aussi glamour que polémique, elle reste le rendez-vous incontournable des célébrités les plus prisées. Retour sur 7 moments cultes.

par Camille Laurens
|
25 Février 2022, 2:29pm

Depuis 1976, la cérémonie des Césars récompense les prestations des acteurs et actrices ayant marqué l’année. Révélations, émotions, protestations, la soirée manque rarement de piquant et le show marque les esprits au fer chaud. Devenu un parloir, les discours tout comme les tenues entrent dans l'histoire et les personnalités y voient un moyen de s'exprimer quitte à décontenancer. Mais avant tout, les Césars réunissent les cinéphiles, les protagonistes, les réalisateurs, les techniciens, et tous les passionnés des salles obscures, bref tout ce qui permet à l'écosystème du septième art de nous faire voyager tout au long de l’année. Focus sur les moments les plus iconiques de cette remise de prix unique … Et  comme dirait Tarantino : Vive le Cinéma !

Le baiser de Charlotte et Serge Gainsbourg pour L’Effrontée en 1986

Le baiser de Charlotte et Serge Gainsbourg pour L’Effrontée en 1986
Courtesy of Gentside

Alors qu’elle reçoit le césar du meilleur espoir féminin pour son rôle dans l’Effrontée à seulement 14 ans, son père, le légendaire Serge Gainsbourg l’embrasse plusieurs secondes sur la bouche. Une séquence qui choque, mais quoi de moins étonnant venant du roi de la provocation ? Larmes aux yeux, et voix chevrottante le discours de la jeune femme reste également dans nos mémoires : celui d’une enfant saluée unaniment par la critique devant ses parents, émotion garantie. 

La robe ultra-glam de Laetitia Casta en hommage à Saint-Laurent en 2010

@Getty Images Entertainment.png
Courtesy of Getty Images Entertainment

Scandale lorsque l'actrice se rend sur scène pour remettre le César du meilleur second rôle masculin tout en transparence et plume d’autruche, les esprits s’échauffent : la presse américaine aurait même refusé d’en parler et l’acteur Harrison Ford a déclaré à ce propos : "Il y a des robes que l'on ne pourrait porter à la télévision chez nous”. Si la robe est une pièce vintage de la maison Yves Saint-Laurent de 1968, autant dire d’exception, on ose espérer en 2022 que ce type de réaction serait risible, et que les femmes puissent s’habiller à leur convenance sans risquer des critiques malvenues. Merci. 

Le départ de Adèle Haenel en pleine cérémonie en 2020

© Berzane NasserABACA .png
Courtesy of Berzane Nasser ABACA

"C'est une honte, la honte !”  Révoltée, indignée, et pour cause, l'actrice en lice pour le Portrait de la jeune fille en feu se lève soudainement alors que le réalisateur Roman Polanski vient d’être sacré meilleur réalisateur. Au cœur d’un tourmente et de scandales multiples suite à des allégations de plus d'une dizaine d’agressions sexuelles, le sacre de ce dernier fait exploser l’actrice qui quitte violemment la cérémonie, suivie de la réalisatrice Céline Sciamma. Des images qui ont fait le tour du monde à l’heure ou le #metoo ébranle l’industrie cinématographique. 

La gaffe de Vanessa Paradis en 2010

@EyedealPresse.png
Courtesy of EyedealPresse

Il y a des erreurs qui peuvent vous coller à la peau toute une vie, surtout lors d’une cérémonie de cette trempe. Vanessa Paradis en a fait les frais tout comme l’actrice Judith Godrèche. Alors que la chanteuse est sommée de récompenser le meilleur espoir féminin, elle annonce par erreur le nom de Judith Godrèche avant de se reprendre pour celui de Judith Henry. Un moment d’errance et de gêne dont l’actrice ne lui aurait jamais vraiment pardonné l’écho, elle confie même sur la plateau de Thierry Ardisson que Vanessa Paradis ne se serait jamais excusé …

Le César du meilleur acteur d’Omar Sy pour Intouchables en 2012

@AFP PHOTO  ERIC FEFERBERG.png
Courtesy of AFP PHOTO ERIC FEFERBERG

Intouchables en tout c’est 16 prix et 48 nominations dans les festivals internationaux et surtout le prix du meilleur acteur à Omar Sy, qui déclare « Je suis trop content ! J’ai fait genre je m’en fous mais je suis comme un dingue ! » ! Succès phénoménal à la portée mondial, le film français séduit et offre à l’acteur une ora international. Hollywood s’intéressera d’ailleurs à son profil pour en faire un X-men. A l’heure, où les cérémonies manquent sévèrement de diversité, on espère assister à de nombreuses autres récompenses à l'énergie salvatrice.

L’engouement pour le film Portrait de la jeune fille en feu en 2020

@Pyramide Distribution.png
Courtesy of Pyramide Distribution

Ironie du sort, c’est aussi lors de cette même cérémonie des Césars, que le film de la réalisatrice Céline Sciamma, qui met en scène un amour lesbien aux 18eme siècle, est en lice pour les César. S’il obtient le prix de la meilleure photographie, on retient surtout l’histoire qui met en scène des actrices incroyables tels que Noémie Merlant et Adèle Haenel grâce au regard d’une réalisatrice singulière. Une ode à l’amour entre femmes, vu par une femme, et rendu visible à une cérémonie souvent sclérosée …   

L’hommage à l’acteur Gaspard Ulliel

@Instagram.png
Courtesy of Instagram
Tagged:
Paris
cinema
Césars