Louis Vuitton x Supreme jesień/zima 17. Zdjęcie: Getty Images/Victor Virgile

les bananes sont de retour, que ça vous plaise ou non

Incontournable en 1990, ringarde dix ans plus tard, la banane de l'école primaire et des années rollers est de retour, portée par les fans de Supreme ou du gorpcore.

par Alice Newell-Hanson
|
11 Septembre 2017, 11:12am

Louis Vuitton x Supreme jesień/zima 17. Zdjęcie: Getty Images/Victor Virgile

Vous pouvez dire tout ce que vous voulez sur les bananes, reconnaissez qu'elles sont sacrément pratiques, et que leur charme a résisté à toutes les moqueries possibles et imaginables. Après avoir connu la gloire de la fin des années 1980 au milieu des années 1990, le sac banane a été l'objet de toutes les dérisions – et de la convoitise de tous les amateurs de rollers de la planète. Mais c'était pour mieux rebondir et nous revenir en boomerang en pleine décennie 2010. Nos rappeurs préférés en portent, Supreme et Louis Vuitton en ont intégré à leurs collections respectives et en février dernier, A$AP Rocky en arborait une rouge au premier défilé Calvin Klein new-yorkais de Raf Simons. Comme les claquettes, les polaires ou les bobs, les bananes vivent un revival qu'on ne s'explique pas toujours mais qui touche sûrement à leur fonctionnalité.

Pourtant, leur mauvaise réputation a la peau dure. J'ai fait un sondage au bureau. Et ce qui revient souvent dans l'esprit des collègues, c'est la dégaine des touristes à Disneyland. Pour d'autres, c'est celle des randonneurs, des globe-trotters, des festivaliers de l'EDM, des oncles aux habits gênants ou de George dans la série Seinfeld, qui se fait allègrement vanner pour avoir osé la banane bleue JanSport ( « On dirait que ton ventre est entrain de digérer un petit animal »).

Si on remonte plus loin que votre tonton esthétiquement lourdingue, l'ancêtre de la banane est à chercher par ici, en Europe, à l'ère médiévale, avant qu'on ne couse des poches aux vêtements, ou chez les Indiens d'Amérique et les poches buffalo. Mais la première véritable banane, comme on la connaît aujourd'hui, aurait été inventée en 1962 par une Australienne, Melba Stone, apparemment inspirée par la poche des kangourous. Mais il faut attendre les années 1980 pour l'avènement de la banane. En 1988, elle est élue produit de l'année par Adweek. Gucci et Chanel sortent rapidement leur propres versions luxe de l'objet, recouvertes de leur logo, et on les voit apparaître dans plusieurs éditos de Vogue et certains clips désormais cultes (coucou, Pump Up the Jam).

En 1994, le sac est immortalisé par une photo iconique de Dwayne « The Rock » Johnson. Tout en muscles engoncés, la star y arbore une chaîne en argent portée au dessus d'un col-roulé noir moulant, et pose tranquillement accoudé à un muret drapé d'un petit mouchoir blanc pour ne pas se salir la manche. Quand la photo refait surface en 2014, Jimmy Fallon demande à Johnson ce qu'il portait dans sa banane. « Des pop-tarts et des capotes, » répond-il.

Mais on le sait, c'est juste avant qu'elles ne meurent que les étoiles brillent le plus. Au milieu des années 1990, la popularité des bananes est en branle. Arrivés aux années 2000, le sac est une punchline plus qu'un accessoire. En 2001, dans un épisode de la série britannique The Office, le comptable de la boîte Keith Bishop conseille à sa collègue Dawn Tinsley d'emporter une banane pour son futur voyage aux Etats-Unis, pour y ranger en sécurité ses chèques-voyage. On est déjà loin du cool.

Récemment, certaines marques de mode et groupes médiatiques ont tenté de remettre la banane dans ce circuit du cool en la renommant. Aujourd'hui, sur certains sites de vente en ligne, on peut acheter des lumbar packs, belt bags, hip pouches ou waist packs. Et quand les sacs ont fait leur retour sur les podiums de défilés en 2015, chez Alexander Wang et Céline, les réactions furent assez mitigées. Mais le non-cool inhérent à la banane est aussi sa force. Sa popularité actuelle a été largement aidée par toutes les connotations ringardes qu'elle traîne avec elle. Récemment, elle s'est intégrée dans un nouveau style, le gorpcore, un retour aux labels pratiques, aux fringues techniques de randonneurs chevronnés. Un style qui ne s'embarrasse d'aucune ironie. Il n'y a rien de plus sérieux que de porter ses effets personnels dans un sac aussi pratique que la banane.

Cet article a été publié dans le numéro de septembre de VICE magazine.

Tagged:
VICE Magazine
The Rock
fanny packs
Supreme x Louis Vuitton