l'art de prendre un selfie (raté) avec justin o'shea

Dans le dernier épisode de sa série Fashion Creatives, Mercedes-Benz offre un cours de selfie très particulier, aux côtés de l'Australien Justin O'Shea et de la jeune créatrice Jayne Min – forcément cynique et mordant.

par i-D Staff
|
24 Mai 2016, 8:48am

Ça fait quelques temps, maintenant, que la mode se questionne et se regarde faire - un peu comme si elle maintenait une perche à selfie sur son industrie en excédent de vitesse et en quête de "fame" virtuelle. Mais bon, elle n'est pas la seule - que celui ou celle qui n'a jamais tenté au moins une fois de se prendre en selfie lui jette la première pierre. Cette obsession de se voir et se faire voir, plus que jamais dans l'air du temps, n'a pas échappé à Mercedes-Benz. En 5 épisodes, leur série de mini-clips Fashion Creatives, est parvenue à poser un regard à la fois cynique et bienveillant sur la monomanie d'une génération dangereusement admirative de son nombril. En Janvier dernier, déjà, le sound-maker des défilés des plus prestigieuses maisons, Michel Gaubert, acceptait de prendre la pose aux côtés de son assistant Petit Michel (un mini-lui en peluche, follement insolent) dans une vidéo hilarante - pour mieux railler l'univers hiérarchique et conventionnel que l'ancien disquaire du Palace côtoie depuis des années. 

Pour sa dernière vidéo, Selfie, le groupe allemand a laissé carte blanche à Parachutes et offert le premier rôle au brillant Justin O'Shea - l'autodidacte australien fraichement nommé à la direction artistique de Brioni et star d'Instagram. Il y joue un Docteur Selfie (oui, vous avez bien lu), tout droit venu d'Hollywood pour voler au secours de la jeune créatrice Jayne Min, reconvertie pour l'occasion en blogueuse, devenue son propre selfie raté - un cauchemar visuel à la hauteur de toutes nos angoisses générationnelles. 

Acerbe et tout en filigranes, le film présenté lors de la Mercedes-Benz Fashion Week Australie invite à prendre cette instance qu'est la mode avec un peu plus de légèreté - et toujours moins de snobisme. Bonne nouvelle, ça lui va très bien.