le nouveau clip hardstyle et émo d'aamourocean

I Find Love est à découvrir en exclusivité sur i-D.

par Micha Barban Dangerfield
|
09 Février 2017, 12:00pm

Le duo de producteurs français sort aujourd'hui son nouveau clip, I Find Love, en exclusivité sur i-D. Un véritable hommage à la culture geek dans lequel on peut apprendre à fabriquer l'épée de Guts, héros du manga Berserk. Nous les avons rencontrés pour parler de musique hardstyle et de Céline Dion.

Comment est né aamourocean ?
Antoine : On était au lycée ensemble près de Versailles et on s'est retrouvés en 2013. Ulysse faisait de la musique chelou sur des vidéos encore plus chelou et moi, je rentrais de 3 ans de boulot en Ambassade en Corée. On s'est mis à se revoir et à trainer sur Soundcloud ensemble. À l'époque on kiffait les débuts de la vague art-RnB avec How To Dress Well, Off Love ou Merely - d'ailleurs on a fait un track avec elle.

Ulysse : On était tous les deux un peu des « bedroom producers » et on s'est dit que ce serait pas mal de faire de la musique un peu plus sérieusement ensemble et pour Antoine c'était l'occasion de tirer une belle et grande croix sur son CV.

Que signifie ce nom ?
Au début on a voulu faire un clin d'œil à « Mar de Amor », la télénovela mexicaine qui cartonne depuis longtemps là-bas. Il faut absolument voir le générique de la série, les typos sont incroyables. Ça collait bien avec l'image des titres d'art-RnB de 2013. En français ça fait Amour Océan, on a collé les deux mots, viré l'accent et rajouté un « a » pour arriver en premier dans notre bibliothèque Itunes. On galère moins à trouver nos titres comme ça.

On retrouve des inspirations très hardcore et gabber dans ce dernier titre…
En fait nos inspirations sont plus « happy hardcore » et « hardstyle », le kick s'harmonise sur la basse et avec la disto, on est dans le hardstyle classique. On adore la musique « nightcore » donc on a produit l'ensemble avec des VST bien digitaux, très EDM 2017. Ensuite il y a clairement un écho avec le gabber, dans le kick régulier saturé à 160 BPM.

Qu'est ce que ce mouvement musical vous inspire ?
On a grandi dans les années 1990, on a toujours kiffé leur style, les survets Australian, les Tn 95, etc. On a réécouté plus tard les gros classiques gabber comme DJ Promo, DJ Chosen Few. Ça nous a mis une belle claque et on a changé notre rapport à la production et nous sommes orienté vers quelque chose de plus efficace, plus club. Plus tard, on a rencontré la team des Casual Gabberz avec Paul Orzoni, Maxime Aprile entre autres. On a directement accroché avec leur projet de faire renaitre toute cette culture hardcore. D'ailleurs on a un track sur leur compile, Inutile de Fuir, qui sort le 17 février avec 40 tracks, ça va bien taper !

Comment est venue l'idée du clip ?
On a bossé avec les réalisateurs Caroline Poggi et Jonathan Vinel en 2015 pour le teaser du FIFIB. On connaît leur boulot depuis longtemps. Dans leurs courts-métrages l'esthétique est impeccable et l'ambiance est ultra « émo ». On leur a demandé si réaliser la vidéo d'un de nos tracks les branchait et ils ont accepté sans hésiter. Ils nous ont montré la vidéo de Quiet « playing in the rain » dans Metal Gear Solid et c'est bien tombé car on a toujours adoré l'esthétique jeux vidéo. Du coup on est partis sur les univers de gamers et ils nous ont proposé le thème Cosplay tuto internet. On s'est dit banco !

C'est comment de composer en 2017 avec internet et toutes les communautés qui y naissent ?
En France ou ailleurs, aujourd'hui avec internet, il n'y a plus trop de frontières. Sur Soundcloud par exemple on est en contact avec plein de producteurs du monde entier, donc c'est forcément un peu plus cool qu'il y a 10 ans. Après tout va tellement vite que des nouveaux genres se créent tous les 3 mois et les prods sont de plus en plus qualitatives. Donc il faut suivre. Nous, on est tout le temps au studio, on travaille souvent sur 3 ou 4 projets en même temps et ça nous motive !

Que pensez-vous de la scène musicale française en ce moment ?
Nous, on aime beaucoup produire de la musique plutôt « club », ensuite en ce moment on ne sort pas beaucoup donc la scène française on la connaît assez peu au final. Par contre on est fans de producteurs français comme Nömak (Ö) ou notre pote Tielsie. On voit assez peu de line up avec ce genre d'artistes à Paris, qui font une musique bien nouvelle et très produite. Ce serait pas mal de voir plus de producteurs venir jouer leur propre musique en club.

Si je vous demandais de choisir un titre qui a changé votre vision de la musique à tout jamais, ce serait lequel ?
C'est hyper dur cette question ! Là comme ça, on penserait à Ziggy de Céline Dion, parce que c'est un garçon pas comme les autres, mais moi je l'aime c'est pas ma faute.

Quels sont vos plans pour le futur ?
Se mettre bien pour le 8ème de finale de C1 entre Paris et le Barça le 14 fev, le soir de la St Valentin, parfait.

Tagged:
hardstyle
Clip!
aamourocean