mais pourquoi les hommes ont-ils un problème avec les sacs à main ?

Esthétique et fonctionnel, le sac à main reste pourtant - à en croire Google - un sujet d'anxiété pour bon nombre d'hommes.

par Ethan Price
|
11 Décembre 2019, 10:37am

Warner Brothers Television

On fait rarement du Joey Tribbiani de Friends une fashion victim. Pourtant, lorsque Rachel l’habille d’une cravate olive assortie à sa chemise et lui met un sac à main, il tombe instantanément amoureux de son look – très inspiré de l’homme Miu Miu 1999 (jusque là, tout va bien). Lorsque tout le monde se moque de lui et de son sac à main – franchement plus proche de la mallette que du sac baguette – Rachel ne cache pas son dépit : « Je ne crois pas que le monde soit prêt pour toi et pour ton sac. Peut-être qu’il existe des sacs moins controversés ? »

Ces dernières années, la rigidité liée aux normes de genre a beau s’être assouplie, le concept du sac pour homme reste un sujet au fort potentiel anxiogène. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller faire un tour sur Google où les questions les plus fréquentes comprennent des interrogations de type : « Les hommes doivent-ils porter des sacoches ? » ; « Les hommes peuvent-ils porter des mini sac à dos ? » ou « Que doit-on mettre dans un sac pour homme ? ». Des hommes visiblement assez inquiets de ce que leur choix en matière de sac pourrait dire de leur masculinité.

Ce tabou entourant le sac recouvre toutes ses déclinaisons, à l’exception de l’ultracapitaliste (et donc masculine) mallette ainsi que de l’ultra pratique (et donc masculin) sac à dos. Il est récemment apparu que ce tabou était – comble du ridicule – un facteur de détérioration de la planète. Parce que plutôt que d’utiliser un tote bag en tissu qui risquerait de les faire passer pour des femmes ou (pire !) pour des gays, la plupart des hommes préfèrent acheter un sac en plastique à usage unique. Tuer la planète serait donc, en toute logique, un gage de virilité.

1575549046432-1533587185940-Danny-Bowien_Court

Photographie June Canedo. Courtesy Telfar.

Pourtant, il suffit de considérer la mode masculine pour voir combien les designers insistent pour que les hommes remisent mallettes et sac à dos au placard et s’emparent, eux aussi, de sacs à mains. Dior a notamment réinventé son mythique sac selle pour en faire le plus désirable des accessoires pour homme, remplaçant le traditionnel lacet d’épaule par une bandoulière plus adaptée. Initialement conçu par John Galliano pour son défilé femme printemps/été 2020, ce sac au charme tapageur s’est imposé dans l’imaginaire collectif à travers son apparition au bras d’une it-girl comme Paris Hilton ou à celui de Carrie Bradshaw – qui partagent un style très (très) féminin et très (très) assumé. L’arrivée du sac selle dans l’orbite de la mode masculine n’a donc rien d’insignifiant. Au contraire, son succès montre combien la vision de la masculinité évolue aujourd’hui.

Telfar Clemens, le parrain new yorkais du courant dégenré qui traverse la mode, a aidé à démocratiser les silhouettes masculines agrémentées d’un sac à main. Son « shopping bag », en trois tailles différentes et dans une large gamme de couleurs (le rose sort bientôt) s’est aussi bien glissé dans la garde-robe des hommes que dans celle des femmes. Cette année, au Met gala, Ashton Sanders était justement habillé par Telfar et portait la version mini du shopping bag. Et même si le thème était « Camp » – faisant du jeu autour du genre un quasi prérequis – le petit sac à main de Sanders portait malgré tout un message fort, celui de la non-conformité. Au milieu de cette farandole d’hommes faisant leur maximum pour rester virils en s’aventurant peureusement dans le « Camp » – dans l’histoire, l’apparition d'un homme sur un tapis rouge se limite au smoking – Sanders ridiculisait les hommes qui l’entouraient et n’avaient pas osé faire preuve de cette (petite) audace.

Alors, la peur autour du sac pour homme est-elle enfin révolue ? « À Londres, nous vivons dans une bulle mode, mais je pense que les hommes peuvent avoir de plus en plus confiance en ce qu’ils souhaitent porter, sac à main compris, explique le designer Stefan Cooke. Depuis quelque temps, je vois beaucoup de garçons porter de petits sacs à main autour du cou. » Stefan – et Jake Burt, son partenaire au sein de son label éponyme – n’a cessé de mettre en avant des hommes portant des sacs à main, et ce depuis les tous débuts de la marque. Et attention, ce ne sont pas des sacs pouvant laisser croire à des « sacs pour hommes », avec les réarrangements qu’il faut pour se fondre dans la masse. Non, ce sont de véritables sacs à main. Des sacs aussi beaux et innovants (peut-être même plus) que n’importe quel autre pensé spécifiquement pour les femmes.

Qu’essaye de communiquer Stefan Cooke en important ces objets socialement considérés comme « féminins » dans le vestiaire homme ? « On a mis ces magnifiques sacs à main vintage dans des boîtes transparentes, comme ces objets que l’on aime mais que l’on ne s’autorise pas à toucher – des spécimens infectés ou trop sacrés, » expliquent Stefan et Jake. « L’idée a toujours été de taquiner les hommes qui détestent porter le sac à main de leur copine, mais aussi et surtout de mettre en lumière la tension existante entre un objet et la personne qui le porte, et l’absurdité de ce tabou. » Considèrent-il que ce tabou est en train de tomber, ailleurs que dans la bulle mode ? « Je pense. Récemment, nous avons rencontré Matches pour un projet avec eux, une édition limitée de sacs à main bandoulière. Ils ont tous été achetés en 24h : 50% de femmes, 50% d’hommes. »

1575549204458-SS20M-SCooke-041
Stefan Cooke printemps/été 2020. Photographie Mitchell Sams.

Stefan Cooke – et beaucoup d’autres designers – tentent de faire du sac à main un objet dégenré, pour donner aux hommes la chance de profiter de belles choses sans honte aucune. Un homme portant un sac à main, c’est juste un homme avec un sac, qui prend sa vie en main ? Le sac à main n’est plus d’un autre monde, « féminin » ou « girly » : c’est une belle pièce fonctionnelle, sans genre. Pour Stefan et Jake, c’est simple : « Portez-les, ne les portez pas, peu importe. Mais le client que je respecte, c’est celui qui fouille une boutique de fond en comble jusqu’à trouver exactement ce qu’il recherche. » En d’autres termes, le client qui fait fi des catégories « hommes » et « femmes » des magasins.

« Je trouve ça stupide de déterminer le genre d’un objet en fonction de sa forme, » explique Miss Jason – un homme qui n’a pas honte d’aimer les sacs à main. On le connaît principalement pour son rôle de présentateur de l’émission en ligne Jason’s Closet, une exploration des nuits londoniennes et des looks de ceux qui y prennent part. Le show met en lumière l’importance de la tenue d’une personne dans la perception que le monde va avoir d’elle. Miss Jason considère sa garde-robe comme étant « dégenrée » et juge « toxiques » les propos masculins faisant des tote bags des pièces « féminines » ou « gays ». Il continue : « Nous, en tant que société, devons laisser derrière nous ces fonctionnements de pensée traditionnels tournés vers nos looks et nos perceptions de nous-mêmes. »

1575549313028-1561199539401-SS20M-Dior-043
Dior printemps/été 2020. Photographie Mitchell Sams.

Est-ce aussi simple de s’en foutre ? D’appeler au sac à main pour tous ? Eh bien oui, ça peut l’être. Les sacs à main n’ont pas de force politique, malgré les marquages de genre qu’on leur accole. Ce ne sont que des accessoires. Mais il n’est pas toujours facile pour les hommes de passer au-delà du ridicule auquel on peut les renvoyer s’ils ne sont pas aussi « masculins » que ce la société attend d’eux. Porter un sac à main pour un homme, c’est un petit doigt d’honneur aux normes du genre. Et franchement, ce n’est pas une mauvaise chose. Parce que les images sont fortes, impactantes et partout, notre société a encore besoin d'actes de transgression symbolique pour avancer. « En réalité, la fonction du sac à main est de transporter des choses. C’est fonctionnel, peu importe le genre. Il n’en devient pas moins fonctionnel parce que vous avez des couilles, » assure Miss Jason, avant de conclure : « Et puis quand il est beau, c’est encore mieux. »

Cet article a été initialement publié par i-D UK.

Tagged:
Gender
Opinion
Telfar
handbags
sac à main
mode homme