mall grab a offert à i-D la mixtape de l'été

Entre deux sets et trois avions, le producteur et Dj australien Mall Grab a préparé un mix – délectable – pour i-D. On en a profité pour parler de fête, de musique et de bondage avec lui.

|
juin 8 2016, 12:05pm

Quels sont les trois tracks qui reviennent le plus souvent pendant tes sets ? 
Air - Playground Love
50 Cent - Window Shopper
Orbital - Belfast

La fête la plus folle et sauvage à laquelle tu as participé ? 
C'était à Tottenham avec mes trois potes Ben, Otto et Ali. On s'est pointés et tout le monde était habillé de cuir et portait des accessoires de bondage. Au milieu de la pièce, les couples s'échangeaient et faisaient l'amour. L'esprit était très très bondage. Si mon souvenir est bon, la chanson Relax de Frankie Goes To Hollywood jouait en fond lorsqu'on est arrivés. Autant vous dire que j'ai eu l'impression d'être projeté au beau milieu d'Eyes Wide Shut

Quel est le lieu le plus incroyable dans lequel tu as joué ? 
Ah, je dirais le Crown Casino à Sydney. Pour les jeux d'argent. Big Up à Mike Braid, le roi des salauds. 

Si tu devais faire un back to back avec un autre Dj, ce serait qui ? 
Damiano Von Erckert. Parce que je suis fou de lui.

La nuit qui a changé ta vie ? 
Quand j'ai vu Swedish House Mafia lors de leur ultime tournée. Une expérience hyper inspirante et triste à la fois.  

Dans la loge de tes rêves, qu'est ce qu'il y a à disposition ? 
Des bouteilles de Pocari Sweat, une boisson énergisante japonaise. 

Et dans la réalité, on trouve quoi dans ta loge ?
Des bananes. 

L'hymne de la fête pour toi, c'est quoi ?
Madonna - Into the Groove

Quel producteur percera cette année à ton avis ?
Steven B.C.

Tu fais quoi quand la fête est finie ? 
Après un show, c'est l'after party, et après ça, c'est le lobby de l'hotel. 

Tu mets quoi comme titre quand tout le monde est encore debout mais qu'il est temps d'aller se coucher ? 
Ahmad Jamal - The Awakening

C'est quoi la connerie que tu réitères à chaque fête ? 
Voler des couverts. 

@mallgrab

Credits


Texte and Photographie : Tereza Mundilová