le créateur d'aalto rend hommage à la jeunesse finnoise

Fasciné par les clichés du photographe finlandais Jouko Lehtola, Tuomas Merikoski, le directeur de la marque Aalto, a choisi de réunir ses plus beaux tirages dans un livre. Le finaliste du Prix LVMH nous a parlé de son pays natal, de son adolescence et...

par i-D Staff
|
08 Juin 2016, 11:20am

La première fois que j'ai vu le travail de Jouko Lehtola, c'était en 2008. Une de ses photographies, réalisées pour sa série Young Heroes, m'a profondément touché. J'ai tout de suite cherché à en savoir plus. Sur son site, j'ai découvert sa série Finlandia. La dureté et la sincérité qui se dégagent de ses portraits définissent avec une justesse infinie la jeunesse finnoise, pleine d'audace, de folie et de contradictions. C'était la première fois que je retrouvais les émois de mon adolescence, à travers ses photographies. Si Finlandia me replonge avec nostalgie dans une période révolue, son esthétique, elle, vise l'atemporel. 

Car à la manière d'Aalto, Jouka Lehtola montre que la jeunesse, génération après génération, a la même hargne et le même regard, plein d'espoir et de révolte. La vérité, c'est que pas mal de gens, en Finlande, ont été choqués quand ces images sont apparues - parce que sa vision du beau, comme de la réalité, déroute par son impudeur. Ce n'est que tout récemment que Jouka a obtenu la reconnaissance que son travail méritait. Lorsque j'ai lancé Aalto, ma première ambition a été de rendre hommage à son travail. C'est pour cette raison que je suis très fier de publier, à ses côtés, le Finnish Youth book. 

Avec Aalto, nous sommes partis pour Helsinki. Nous nous sommes plongés dans ses tirages originaux, afin d'en extraire et d'en retranscrire au mieux l'essence. L'idée derrière la curation du livre, était de nous concentrer sur la jeunesse, les garçons et les filles dont le regard, la pose et l'état reflétaient les rouages de la société finnoise. Brutes et simples, les images trouvent leur pendant dans un format, un contexte, une mise en page qui leur ressemblent. Un ami à nous, le directeur artistique Daniel Baer, nous a aidé à les assembler. Et surtout, nous avons du reprendre contact avec les jeunes sur les photos originales. J'ai compris que la plupart avait mon âge, dont j'ai partagé, sans le savoir, l'adolescence. Jouko aurait pu me prendre en photo et je m'y retrouve aujourd'hui, malgré mon absence.

L'adolescence finnoise en 2016 est-elle semblable à ses ainées, qui ont grandi dans les eighties et les nineties ? Je pense que la jeunesse restera ce qu'elle a toujours été, un terrain d'expérimentation sans fin que notre époque n'a pas altéré. Nous sommes tous globalisés, mondialisés, et ces caractéristiques touchent évidemment la Finlande et sa jeunesse. Mais ce qui rend la jeunesse finnoise si atypique, c'est sa manière de dire, voir et penser les tabous, la liberté et l'impulsion. Dans les années 1980 et 90, la liberté était sans doute plus littérale qu'aujourd'hui. Les réseaux sociaux, aujourd'hui, nous engagent juste à la chercher encore plus loin. 

Credits


Texte Tuomas Merikoski
Photographie Jouko Lehtola