Publicité

le dernier mannequin saint laurent fait du post-punk (et il a 17 ans)

Le chanteur de Slow Hollows est aussi beau que talentueux : nouvelle star de la scène underground à Los Angeles, Austin Feinstein a rejoint la bande des cool kids de Saint Laurent. Rencontre.

par i-D Staff
|
15 Décembre 2015, 10:10am

Dire qu'Austin Feinstein est passionné de musique serait trop cliché. En fait, la musique coule littéralement dans ses veines. Il a écrit et enregistré seul depuis l'âge de 13 ans. Et aujourd'hui Austin et son groupe, Slow Hollows, s'immiscent à pas feutrés dans la scène bouillonnante et underground de Los Angeles - à tel point que le chanteur, pilier du groupe à seulement 17 ans a séduit Hedi Slimane qui l'a fait monter sur les podiums pour son dernier défilé Saint Laurent. Il rêve maintenant de collaborer avec Fiona Apple ou Dev Hynes - on vous parie qu'il les aura. 

Quelle chanson a rythmé ton adolescence ?
Je n'ai jamais écouté un genre de musique en particulier et là où j'ai grandi, il y avait très peu de concerts. Mon père et ma mère ont toujours eu bon goût mais je n'ai jamais été amené à écouter de la musique avec eux vraiment. Dans un sens, j'ai découvert ma passion pour la musique tout seul. Bien sûr, il y a beaucoup de gens dans ma vie qui m'ont inspiré, je suis naturellement allé chercher en eux ce qu'il me manquait, comme une éponge j'ai absorbé leur style et leur musique. Je dirais que Radiohead, Jon Brion, Lou Reed ou les Velvet Underground ont particulièrement façonné la personne que je suis aujourd'hui. Bon et aussi Nirvana ou les Beatles, comme tout le monde.

Quels posters avais-tu dans ta chambre ?
Je me souviens avoir accroché des posters de vieux film… Godzilla et Franckenstein.Je me rappelle aussi d'un poster de School of Rock. Ce film est sorti quand je commençais juste à pratiquer la guitare, ça a joué un rôle déterminant dans ma vie et dicté les choix que j'ai fait plus tard. 

Comment est né Slow Hollows, ton groupe ?
J'écrivais et j'enregistrais dès l'âge de 13 ans ma musique. J'avais toujours eu envie de créer un groupe pour m'aider à jouer en live donc j'ai commencé à faire une obsession sur cette idée de trouver des gens. Au lycée, j'ai rencontré mon meilleur ami, Nick Santana grâce à un ami commun. J'ai toujours admiré sa prestance, sa gentillesse et puis sa technique à la batterie… Je lui ai demandé de jouer avec moi. On a composé dans un deux pièces pendant quelques mois avant que notre ami Jamie Atkinson nous rejoigne à la basse. Fin 2013 enfin, Dylan Thinnes, un autre amis, nous a suivi à la guitare.

Quel est le sens caché du nom ?
On voulait s'appeler Hollows, c'était l'idée à la base. Et on s'est aperçu que beaucoup de petits groupes qui montaient à New York ou Norway avaient choisi ce nom aussi. Du coup on a décidé d'ajouter ''slow'' au nom du groupe. J'aurais vouluq u'il y ait un sens caché mais en fait non. Voilà, nous sommes Slow Hollows. 

Comment décrirais-tu ta musique ?
C'est toujours dur de répondre à cette question. Si je dis ''rock'' les gens qui ont un certain type de rock en tête ne penseront qu'à ça. Donc si je disais juste qu'on est un groupe de rock, les gens pourraient croire qu'on ressemble aux Strokes comme à Korn. Je n'aime pas coller des étiquettes sur la musique de façon générale. Mais bon, je dirais post-punk.

Qui t'inspire ?
je grandis comme je change d'influences.

Tu as joué avec The Garden ou Cherry Glazerr, c'était cool ?
Ces groupes sont géniaux. Et le public est vraiment déchainé. Les Garden et Cherry Glazerr sont vraiment des gens sympas, on adore jouer avec eux. 

Si tu pouvais collaborer avec quelqu'un, ce serait qui ?
Fiona Apple, Julian Casablancas et Dev Hynes. J'aimerais que notre prochain album soit en collaboration avec plusieurs artistes. Ce ne sera sans doute pas Fiona, Julian ou Blood Orange mais un jour, qui sait ?

Tu as défilé pour Saint Laurent cette année, tu t'intéresses à la mode ?
Je ne suis pas dans la mode come je suis dans la musique mais pour moi un beau vêtement, c'est comme un bon vinyle. Donc quand on m'a demandé de défiler pour Saint Laurent j'ai sauté sur l'occasion. J'ai rencontré des gens incroyables et j'espère pouvoir y revenir un jour.

Après la musique, qu'est-ce qui te parle ?
La musique, justement.

Quels sont tes projets en ce moment ?
On est en train de monter un petit film pour la fin de l'année. Je ne veux pas rentrer dans les détails mais on l'a réalisé en parallèle de notre dernier album, Atelophobia. On veut juste continuer à produire de la musique, réaliser, faire de l'art, plus qu'un groupe quoi. 

slowhollows.bandcamp.com

Credits


Texte : Tish Weinstock
Photographie : Daria Kobayashi Ritch