j'ai passé un hiver et un été avec la jeunesse condamnée des ardennes

Le jeune photographe Pablo Baquedano arpente le département maudit depuis près d'un an. Rencontre.

par Micha Barban Dangerfield
|
23 Février 2016, 3:15pm

Un automne, un hiver et un été. Le jeune photographe Pablo Baquedano, 28 ans, a passé trois saisons à arpenter les Ardennes dans le cadre d'un projet impulsé par Médiapart et Images Singulières, "La France vue d'ici". Il y a observé en silence les dégâts de la crise, comme ça, tout doucement, sans trop en faire, en noir et blanc. Loin d'un photo-journalisme larmoyant ou obscène, il révèle plus qu'il ne montre la vie normale d'un département qui se vide, sans que personne (ni là-bas, ni ailleurs) ne semble s'en inquiéter. Dans les Ardennes, en 2016, il n'y a presque plus que des grands-parents et des enfants, déjà bientôt partis.

Ton approche est très documentaire et journalistique. C'était un prisme évident dès le départ ?
Oui, vraiment. Dès le départ, les démarches et les grands noms de la photo qui me passionnaient s'orientaient tous plutôt vers ces approches. Quand il s'est agi de faire des choix pour ma propre pratique, j'ai essayé de mettre en place des projets de reportages "classiques" mais aussi tenté d'amener les thématiques du champ documentaire en studio. Avec la série Tandem, par exemple, je voulais présenter les personnes en situation de handicap autrement qu'en les suivant au quotidien.

Comment as-tu été initié à la photo docu ?
J'ai suivi la formation de praticien photographe au sein de l'école ETPA de Toulouse pendant trois ans. Les deux premières années m'ont apporté toutes les bases techniques et théoriques nécessaires pour maîtriser l'ensemble des pratiques photographiques. La troisième année, quant à elle, était pensée plutôt sous la forme d'un atelier : à travers le suivi de projets personnels notre professeur référent, Pierre Barbot, nous a amené, moi et camarades, à forger notre propre approche de la photo. J'ai aussi eu la chance de rencontrer, dans le cadre des workshops, plusieurs grandes figures de la photographie comme Jean Christian Bourcart, Ludovic Carème, Gilles Favier, Jane Evelyn Atwood ou encore Sarah Moon. Ce sont ces rencontres qui ont confirmé mon goût pour la photographie documentaire qui m'ont amené à m'orienter dans cette voie-là. J'ai donc amorcé à ce moment-là mes premiers reportages.

Il y a aussi une dimension très sociale et humaine dans ta photographie. C'est l'autre qui t'intéresse avant tout ?
C'est au contact des gens que je m'éclate. Si je n'ai pas ça, je m'ennuie. Pour moi la photo c'est de l'échange. En général mes projets naissent d'une discussion, d'une info qu'on me donne, d'une rencontre. Pendant le reportage, je vais au contact des personnes que je photographie, j'aime prendre le temps de discuter avec elles, autour d'un café, d'un verre. Et puis il y a l'après. Pour moi, le grand atout de la photo documentaire et journalistique c'est qu'elle a vocation à circuler, à être partagée et vue à grande échelle.

Peux-tu nous parler de ton projet sur les squats ?
Eh bien justement, ce reportage c'est avant tout une rencontre. Sans David et Delphine, ce couple qui est au c?"ur de mon reportage, je n'aurais pas pu faire cette série comme vous l'avez vue. C'est mon premier reportage à proprement parler. Je les ai suivis pendant six mois. Un travail d'immersion à essayer de capter les codes de cette vie-là, à découvrir cet univers si particulier pour en donner une image fidèle sans tomber dans le voyeurisme. C'est un reportage que j'aurai plaisir à continuer avec mon nouveau matériel et maintenant que j'ai un peu plus d'expérience. Je sais que David et Delphine m'attendent.

Quel est le fil rouge entre tes différents projets, le dénominateur commun ?
Très clairement, c'est l'humain. Faut qu'il y ait de la vie. Et, en général, ce que j'aime, c'est quand mon reportage peut s'inscrire dans la durée. Le côté fugace de l'évènement m'attire moins.

Pour ton dernier projet en date, tu as sillonné les Ardennes. Pourquoi avoir choisi cette région de France ?
Quand j'ai été sélectionné pour participer au projet Mediapart & ImageSingulières "La France vue d'ici", il fallait que je m'attaque à un nouveau sujet et j'avais envie de trouver un coin de France un peu "oublié". Et là, comme d'hab, en discutant avec mon beau-frère qui avait bossé comme professeur là-bas, l'idée a pris forme. Pour moi, ça a été une vraie découverte et l'idée de parler d'un territoire c'était quelque chose de nouveau et qui m'a fait envie.

C'est une région qui a été ravagée par la crise. Comment l'as-tu perçu derrière l'objectif ?
Mon but était de parler de cette crise mais sans pour autant lui laisser toute la place dans mes images. Mais bien sûr, la crise est partout là-bas. C'est sans doute en discutant avec Jean-Paul Mayette, qui travaille au sein d'une coopérative défendant l'activité des forges ardennaises, que j'ai vraiment pris conscience des dégâts de cette foutue crise : les gars ont beau batailler et lutter pour préserver leur savoir-faire et leur activité, la crise est toujours plus forte qu'eux. Malgré tout, je crois avoir réussi à montrer que la vie dans les Ardennes continue, notamment grâce à des hommes comme Jean-Paul.

Comment ont réagi les gens ?
Dès le départ, j'ai choisi d'être logé chez l'habitant et j'ai été très bien accueilli, par des personnes investies dans la vie de leur territoire et qui avaient le souhait de me faire découvrir vraiment les Ardennes de l'intérieur. J'ai vite fait la rencontre de nombreuses personnes, d'horizons différents, travaillant dans différents domaines. Comme j'ai commencé mon reportage pendant l'hiver, les gens ont pu être parfois heurtés par des images qu'ils voyaient comme trop tristes, pessimistes. J'ai eu quelques réactions assez violentes face à mon travail. Mais ça fait partie de mon boulot. C'est par le dialogue et en expliquant systématiquement ma démarche que, peu à peu, les habitants du coin ont compris que mon but n'était pas d'"enfoncer" leur département mais bien d'en donner une image un peu différente. C'est sûr qu'on est assez loin des photos pour attirer le touriste… mais le but du reportage est avant tout de donner une image qui colle au plus près à la réalité du lieu et de ses habitants. Après trois saisons couvertes, j'ai de temps en temps le plaisir de voir qu'on me reconnaît, qu'on m'invite à prendre un café, à revenir. Ça, pour moi, c'est le vrai bon côté du boulot.

Ton projet se divise en plusieurs chapitres suivant les saisons qui changent. Pourquoi avoir choisi une telle temporalité ?
C'était important de prendre le temps. Après, les saisons étaient plus un axe de travail qu'un objectif en soi. Ce qui m'intéresse au final, c'est que le passage des saisons donne aux paysages et aux habitants un visage nouveau à chaque fois.

Il y a quelques clichés qui témoignent de la jeunesse ardennaise. C'est comment l'adolescence dans les Ardennes selon toi ?
C'est vraiment pas marrant. Pour la jeunesse, c'est difficile de penser l'avenir dans un territoire qui survit. Certains sont même allés jusqu'à me dire que les Ardennes, pour eux, c'est une prison. Pourtant, il y a pas mal d'associations qui se démènent pour trouver des solutions. Le souci c'est que, souvent, la solution, c'est de partir. Je trouve ça dingue que notre pays laisse un département se vider de sa vie de cette façon.

Il y a quelque chose d'indatable dans ta photographie. Le noir et blanc y est probablement pour quelque chose. Ta photo se veut atemporelle ?
Franchement, non. Je crois profondément que le noir et blanc a toute sa place dans la photo d'actualité. On associe trop souvent le noir et blanc à un exercice de style. Dans le jeu des lumières, des nuances et des contrastes que proposent le noir et blanc, il y a matière à montrer tout autant qu'avec la couleur. C'est une remarque qu'on me fait souvent. On me demande pourquoi je ne bosse pas mes reportages en couleur. Pour le moment, le noir et blanc correspond aux projets que je mène. Le prochain sera peut-être en couleur.

Quels sont tes projets à venir ?
Je dois retourner dans les Ardennes pour le printemps et ensuite il va y avoir un gros travail pour boucler le projet La France vue d'ici pour 2017. Ça va être ma priorité. Parallèlement à ça, comme tout jeune photographe, je suis en train de chercher d'autres opportunités pour travailler dans les domaines qui me plaisent, la photo de presse et le reportage. C'est une question de contacts, de rencontres et ça prend du temps. C'est sans doute ça qui déterminera le futur de mes projets.

Credits


Photographie : Pablo Baquedano
Texte : Micha Barban Dangerfield

Tagged:
Photographie
société
pablo baquedano
photo reportage